Test du Sony a7C II : petit appareil photo, peu de compromis

Le Sony a7C II est l’appareil photo plein format compact de type télémètre de deuxième génération de la marque. De conception similaire à son prédécesseur, l’a7C II utilise le même fantastique capteur BSI 33MP du plus grand. Sony a7 IV et possède des capacités impressionnantes de photo, de vidéo et de mise au point automatique qui devraient plaire à un large éventail d’utilisateurs.

Spécifications clés

  • Capteur plein format BSI CMOS 33 MP
  • Processeur Bionz XR et « AI Processing Engine » dédié
  • Suivi AF avec reconnaissance du sujet, 759 collimateurs AF avec une couverture de 94 %
  • Prise de vue jusqu’à 10 ips avec AF
  • Stabilisation dans le corps évaluée jusqu’à 7EV
  • Viseur OLED de 2,36 millions de points avec un grossissement de 0,7x
  • UHD 4K/30p suréchantillonné pleine largeur à partir de 7K
  • 4K/60p (à partir de la capture 4,6K) en mode Super35 / APS-C
  • Capture de vidéo 10 bits ou d’images fixes HEIF
  • Mode couleur S-Cinetone
  • Pas de premier volet mécanique

Le Sony a7C II est au prix de 2 199 $ pour le corps uniquement. Un kit avec l’objectif FE 28-60 mm F4-5.6 vous coûtera 2 499 $. Le Extension de poignée GP-X2 a un PDSF de 159 $.


Acheter maintenant:


Indice:


Qu’est-ce que c’est, quoi de neuf ?

L’a7C II regroupe de nombreuses spécifications impressionnantes dans un boîtier plein format raisonnablement compact.

Le Sony a7C II reçoit de nombreuses améliorations par rapport à son prédécesseur, notamment un nouveau capteur de plus haute résolution, des processeurs mis à jour, un viseur à plus fort grossissement, une mise au point automatique améliorée par l’IA, des molettes de commande avant et arrière et une vidéo 4K/60p suréchantillonnée. Cela s’accompagne cependant d’un prix d’autocollant plus élevé.

Nouveaux capteurs et processeurs

Doté du même capteur CMOS BSI 33MP et du même processeur Bionz XR que le Sony a7 IV de 2021, l’a7C II bénéficie également d’une unité de traitement « IA » supplémentaire pour faciliter la reconnaissance du sujet et de fonctionnalités telles que Cadrage automatique. Nous avons vu pour la première fois ce style de processeur secondaire, dédié à la gestion des algorithmes d’apprentissage automatique, dans le a6700 et ZV-E1. (Remarque : l’a7 IV n’en a pas.)

La puissance de traitement supplémentaire devrait donner à l’a7C II un avantage en matière de mise au point automatique par rapport à son prédécesseur et à l’a7 IV, en particulier en ce qui concerne la détection des visages et des yeux et les modes de suivi spécifiques au sujet. La nouvelle configuration du processeur apporte également les autres fonctionnalités récemment ajoutées par Sony, telles que le bracketing de la mise au point, la création de timelapse dans l’appareil photo et une multitude d’améliorations vidéo.

Le capteur 33MP mis à jour, en revanche, ne fournira aucune sorte de avantage significatif en matière de qualité d’image par rapport à la puce 24MP trouvée dans l’a7C d’origine. Vous verrez peut-être un peu plus de détails dans les photos à faible ISO, mais cela se fera au détriment d’une certaine plage dynamique et de détails dans les photos à ISO élevé. En contrepartie, cela signifie un peu plus de volet roulant en vidéo. Néanmoins, nos impressions sur les performances en matière de qualité d’image sont très positives.

Hors caméra JPEG.

Sony 16-35 mm f/2,8 GM II | ISO 100 | 1/1250 s | f/2.8 | 35mm
Photo de : Dan Bracaglia

Molette de commande avant et améliorations EVF

Notre problème de conception numéro un avec l’a7C d’origine était l’absence d’un molette de commande avant. Notre sentiment était que pour 1 800 $, vous devriez pouvoir ajuster les paramètres d’exposition avec votre pouce et votre index en même temps. Et nous ressentons toujours cela, c’est pourquoi nous sommes heureux de voir que Sony a pris à cœur nos commentaires (et les vôtres). Parfois, ce sont les plus petites choses qui ont le plus grand impact.

Grâce à ce nouveau cadran, l’appareil photo se comporte considérablement mieux.

Une autre mise à niveau qui améliore la convivialité est le passage de Sony d’un viseur électronique à grossissement de 0,59x à un viseur de 0,7x. L’a7C II utilise toujours un panneau de points de 2,36 millions, ce qui est un peu décevant. Avec des marges aussi minces différenciant les différents modèles sur le marché actuel, un panneau de 3,69 millions de points aurait permis à cet appareil photo de se démarquer davantage du lot.

4K/60p suréchantillonné et autres améliorations vidéo

Sur le plan vidéo interne, l’a7C II est à la hauteur de l’a7 IV en termes de sortie et de capacité. Vous obtenez une vidéo 4K/30p suréchantillonnée à partir d’un recadrage 7K, une vidéo 4K/60p en mode Super 35 (recadrage APS-C) et une capture Full HD jusqu’à 120 ips. Notamment, la vidéo 4K/30p est désormais 10 bits avec un échantillonnage de couleurs 4:2:2, une avancée majeure par rapport au précédent a7C, permettant un enregistrement plus flexible et une capture vidéo HLG HDR appropriée.

Pour ceux qui ont confiance en la post-production, vous bénéficiez également du S-Log3 et du S-Cinetone de Sony, ainsi que de LUT assignables par l’utilisateur. Ces LUT peuvent être utilisées pour donner un aperçu corrigé, intégrées à côté du métrage pour être utilisées lors du montage ou gravées dans le métrage directement pendant le tournage.

D’autres fonctionnalités et mises à niveau vidéo notables incluent la compensation de la respiration de la mise au point, une reconnaissance/suivi amélioré du sujet AF vidéo et Mode Cadrage automatique. Cette fonctionnalité utilise des algorithmes formés par l’IA pour imiter la façon dont un caméraman pourrait pointer sur un sujet tout en le gardant à la fois cadré et mis au point, et constitue un moyen pratique d’obtenir des photos de vous-même de qualité professionnelle sans un caméraman derrière l’objectif.

Côté vidéo externe, l’a7C II peut désormais diffuser du 4K/30p via USB-C en utilisant les protocoles UVC/UAC (ce qui signifie qu’il agit simplement comme une webcam USB : pas besoin de pilotes ou de logiciels spécialisés).

Menus mis à jour

Le menu principal en mode photo L’onglet Prise de vue dans le menu. Notez les deux options de format de fichier distinctes à droite.

L’A7C II propose la nouvelle version améliorée du système de menus de Sony. Même si la liste d’options est encore très longue, elles ne sont pas toutes bien nommées, la hiérarchie est améliorée et vous pouvez parcourir rapidement les éléments. Il existe différentes options pour les modes photo et vidéo, et les menus principal et de fonction (raccourci) sont conçus spécifiquement pour la prise de photos ou de films, et tout est personnalisable. Cela vaut également pour les commandes de la caméra dans leur ensemble.


Comment ça se compare

L’a7C II a de nombreux atouts. Mais la concurrence sur le marché des passionnés du plein format sans miroir est rude.

À bien des égards, l’a7C II éclipse à la fois son prédécesseur, ce qui ne devrait pas surprendre, et le Sony a7 IV. En fait, les seuls avantages notables qu’offre l’a7 IV par rapport à son cousin plus petit et moins cher sont un meilleur EVF et deux emplacements pour cartes.

Le Panasonic S5II est un autre boîtier de prix similaire qui donne à l’a7C II un véritable rapport qualité-prix à presque tous les égards, à l’exception de la taille, du poids et de la durée de vie de la batterie.

Sony a7C II Sonya7C Sony a7 IV Canon R8 Panasonic S5II
Lancer le PDSF 2 200 $ 1 800 $ 2 500 $ 1 500 $ 2 000 $
Nombre de pixels 33MP 24MP 33MP 24MP 24MP
Taille et type du capteur BSI-CMOS
Plein cadre
BSI-CMOS
Plein cadre
BSI-CMOS
Plein cadre
CMOS Plein format BSI-CMOS
Plein cadre
Rafale maximale avec AF 10 images par seconde 10 images par seconde 10 images par seconde 6 ips / 40 ips (obturateur électronique) 7 ips / 30 ips (obturateur électronique)
Classement IBIS 7.0EV 5.0EV 5,5 VE Objectif uniquement 5.0EV
Résolution et mag EVF 2,36 millions de points 0,70x 2,36 millions de points 0,59x 3,69 millions de points 0,78x 2,36 millions de points 0,7x 3,68 millions de points 0,78x
Vidéo 4K/60p (recadrage 1,5x)
10 bits
4K/30p
8 bits
4K/60p (recadrage 1,5x)
10 bits
4K/60p
(pleine largeur)
10 bits
6K/30p
4K/60p (recadrage 1,5x)
10 bits
Lunette arrière Écran tactile entièrement articulé de 1,03 M Écran tactile entièrement articulé de 0,92 M Écran tactile entièrement articulé de 1,04 M Écran tactile entièrement articulé de 1,62 M Écran tactile entièrement articulé de 1,84 M
Emplacements pour cartes 1x SD UHS-II 1x SD UHS-II 1x CFe Type A / SD UHS-II 1x SD UHS-II 1x SD UHS-II 2x SD UHS-II
Vie de la batterie
(CIPA)
LCD et EVF
540/510 740/680 580/520 290/150 370 /370
Poids 514 g 509 g 659 g 461g 740g
Dimensions 124x71x63mm 124x71x59mm 131x96x80mm 133x86x70mm 134x102x90mm

Un autre appareil photo auquel il vaut la peine de comparer l’a7C II – bien que plus cher (et non dans le tableau ci-dessus) – est le Canon EOS R6II, qui a un taux de rafale plus rapide (12 ips mécanique), un IBIS de meilleure qualité (8,0EV), une résolution 4K/60p pleine largeur, un viseur plus agréable et deux emplacements pour cartes. Cela dit, nous nous attendons à ce que l’a7C II surpasse le Canon dans les domaines de la mise au point automatique et du suivi du sujet avec une marge décente, en particulier en mode vidéo.


Carrosserie et tenue de route

La nouvelle molette avant est située juste en dessous du déclencheur pour un accès facile.

Le Sony a7C II ressemble beaucoup à un a7C avec quelques modifications mineures, la plus notable étant l’inclusion d’une molette de commande avant. En termes de taille, l’a7C II a la même hauteur et la même largeur que son prédécesseur, bien qu’il soit 4 mm (0,16″) plus épais et 5 g (0,2 oz) plus lourd (en d’autres termes, presque zéro). Et même s’il n’est certainement pas le plus inventif ou un appareil photo passionnant en termes de design, il se comporte bien. Là encore, nous avons toujours pensé que Sony se concentrait un peu plus sur la fonction que sur la forme.

Le châssis est construit en alliage de magnésium et Sony affirme que la carrosserie est construite de manière à la rendre résistante à la poussière et à l’humidité. En main, l’appareil photo tient confortablement avec une sensation solide et rassurante. De plus, la nouvelle molette avant semble bien placée, juste en dessous du déclencheur.

Un écran tactile entièrement articulé permet de prendre des selfies et de vlogging.

L’arrière de l’a7C II est également pratiquement inchangé par rapport à son prédécesseur, bien que vous disposiez d’un bouton de fonction personnalisé supplémentaire entre la molette de commande arrière inférieure et le bouton de menu. L’écran arrière, avec 1,04 millions de points, semble avoir une résolution légèrement supérieure à celle de son prédécesseur (0,92 millions), mais la différence est qu’il s’agit d’un écran légèrement plus large avec une résolution de 720 x 480 pixels, au lieu de 640 x 480. En utilisation, l’interface tactile est très réactive.

Le haut de l’appareil photo ressemble également beaucoup à celui de l’a7C, mais il y a quelques petits changements. Ce qui était autrefois une molette de compensation d’exposition dédiée est désormais une molette personnalisée vierge. Sony a également ajouté un sélecteur à trois voies, similaire à celui trouvé sur l’a7 IV, qui permet aux utilisateurs de passer facilement des images fixes à la vidéo en passant par le mode « S&Q » (Slow & Quick). Vous le trouverez caché juste en dessous de la molette de mode à l’arrière.

L’a7C II peut être chargé via USB-C. Le port permet également le transfert d’images et de vidéos ainsi que la diffusion en direct.

L’EVF voit son grossissement augmenté à 0,70x, mais le panneau reste une affaire de 2,36 millions de points, ce que certaines personnes pourraient trouver décevant, les pixels individuels étant visibles. Il n’y a toujours pas de joystick AF, ce qui pourrait dissuader les autres utilisateurs (même si vous pouvez utiliser l’écran arrière pour obtenir l’AF du pavé tactile, lorsque l’appareil photo est tenu devant vos yeux). Mais ce sont nos deux critiques les plus pratiques à l’égard du design, à côté de ce que nous considérons comme un manque de charme.

Sur le côté non grippé de l’a7C II, vous trouverez le seul emplacement SD UHS-II (la porte fermée dans l’image ci-dessus). La trappe au-dessus (ouverte) cache le microphone et le port USB-C, tandis qu’une trappe inférieure maintient en sécurité les ports micro-HDMI et casque. Notez que les prises casque et microphone sont de 3,5 mm standard.

L’appareil photo utilise la batterie Z de la plus haute capacité de Sony ; la durée de vie de la batterie est satisfaisante.

L’a7C II utilise la « batterie Z » de Sony, la NP-FZ100. Cependant, la durée de vie de la batterie est nettement inférieure à celle de l’a7C – 25 % inférieure lors de l’utilisation du viseur. Cela peut probablement être attribué au nouveau processeur AI secondaire et au capteur de résolution plus élevée..

Selon les normes CIPA, vous pouvez vous attendre à 510 prises de vue par charge lors de l’utilisation de l’écran arrière et à 540 lors de l’utilisation de l’EVF. Bien entendu, ces chiffres sont prudents et il n’est pas rare d’atteindre le double du chiffre indiqué en fonction de la manière dont vous photographiez et de la fréquence à laquelle vous examinez les images. Il est peu probable qu’une note supérieure à 500 prises de vue par charge présente un inconvénient pendant plusieurs jours de prises de vue assez fréquentes (bien que l’utilisation de la vidéo et du Wi-Fi y contribue de manière plus agressive).


Mise au point automatique

Quiconque a suivi la photographie numérique au cours de la dernière décennie sait que Sony a été à l’avant-garde du suivi de mise au point automatique. L’a7C II perpétue cette tradition, et il semble que la société ait rendu un peu plus facile la mise en place et le fonctionnement du suivi. Mettez simplement l’appareil photo en mode AF-C (accessible via le menu Fn), pointez-le vers votre sujet, appuyez à mi-course sur le déclencheur, et l’appareil photo veillera à ce que votre sujet reste au point quel que soit son mouvement (ou l’appareil photo). Si vous souhaitez choisir votre propre cible, passez à la zone de mise au point « Suivi : Spot », bien nommée, où vous pouvez sélectionner votre cible en pointant le collimateur AF sur votre cible, en appuyant sur l’écran ou en utilisant le bouton de navigation.

L’A7C II s’est accroché presque immédiatement à l’œil de notre sujet et s’y est collé alors qu’il rampait autour du tunnel.

FE 20-70 mm F4G @ 70 mm | OIN 6400 | 1/320 s | F4
Photo : Jeff Keller

Une fonctionnalité qui nous a vraiment impressionnés est la reconnaissance du sujet de l’a7C II. Choisissez parmi les humains, les animaux, les oiseaux, les animaux et les oiseaux, les insectes, les voitures/trains et les avions. Une personne détectée peut détourner le regard, se retourner, marcher ou disparaître un instant ; l’appareil photo les perd rarement (il y a un paramètre de sensibilité de suivi dans le menu si vous souhaitez que l’appareil photo se recentre sur d’autres visages plus proches, plutôt que de s’en tenir à votre sujet d’origine). Si l’appareil photo a détecté plusieurs visages, il se concentrera sur celui le plus proche de votre collimateur AF. Vous pouvez également basculer entre eux avec l’écran tactile ou en appuyant sur un bouton personnalisé et en faisant défiler la molette de commande, si vous avez du temps libre.

L’a7C II suivait en permanence Nala alors qu’elle courait dans la pièce sans perdre une miette. Même en continuant à courir après sa queue, le visage de Nala est toujours vif.

FE 28-60 mm F4-5.6 à 60 mm | ISO 800 | 1/60 s | F5.6
Photo : Jeff Keller

Nous avons constaté que la détection des animaux fonctionne tout aussi bien. L’un des chats de notre critique a décidé de commencer à courir partout, en courant après sa queue, comme le font les chats. L’a7C II s’était déjà fixé sur son œil et restait collé à elle alors qu’elle courait comme un missile incontrôlé, s’allongeait sur le dos pour essayer d’attraper sa queue, faisait quelques roulades puis prenait une pause pour prendre un bain.

Vous pouvez accéder à ce niveau de personnalisation pour chaque type de sujet (animaux et oiseaux, dans ce cas). En appuyant sur le bouton de la poubelle à l’arrière de l’appareil photo, vous obtenez une (très) brève explication de ce que fait chaque option.

Une section entière de cette revue pourrait être écrite sur les options AF pour les photos et les vidéos (dont beaucoup sont séparées les unes des autres), mais il suffit de dire qu’elles sont nombreuses. Ils incluent la sensibilité du suivi AF (la persistance, essentiellement), l’enregistrement de la zone AF, l’œil ciblé par l’appareil photo et bien plus encore. Vous pouvez même sélectionner les parties d’un sujet qui sont reconnues, comme le montre la capture d’écran ci-dessus.


Qualité d’image

Scène en studio

Notre la scène de test est conçue pour simuler une variété de textures, de couleurs et de types de détails que vous rencontrerez dans le monde réel. Il dispose également de deux modes d’éclairage, une lumière uniforme et une lumière faiblement directionnelle, pour voir l’effet de différentes conditions d’éclairage.

Notez que le Sony a7 IV sert de proxy au a7C II dans ce test. Les deux caméras partagent le même capteur et le même processeur d’image, et nous nous attendons à ce que la qualité d’image soit presque identique.

L’A7C II capture beaucoup de détailsmême s’il contient une quantité notable de moiré, on pourrait donc en déduire qu’il dispose d’un filtre anti-aliasing, il n’est pas très puissant. Comparé à la même hauteur d’image, l’a7C II le bruit est comparable à ses pairs (et à l’a7C) aux ISO moyens. À sensibilités plus élevées l’a7C II est juste un peu plus bruyant que les autres appareils photo de sa catégorie, mais pas de manière significative.

Couleur JPEG est séduisant. Les couleurs de l’a7C II sont saturées mais pas aussi saturé, comme c’est le cas avec le Canon EOS R8. L’algorithme de netteté de la caméra fait du bon travail, et le moiré est en grande partie – mais pas complètement – ​​éliminé. À sensibilités moyennes la réduction du bruit reste assez faible, laissant de nombreux détails intacts. La même chose est vraie lorsque vous traversez ISO à cinq chiffres: il y a beaucoup de détails avec lesquels travailler, et bruit est bien maîtrisé.

Obturateur électronique

Un problème que vous rencontrerez en mode silencieux, ou si vous choisissez manuellement d’utiliser l’obturateur entièrement électronique, est l’obturateur roulant, le résultat du fait que l’appareil photo termine son exposition en lisant (relativement) lentement son capteur. Cela provoque une distorsion désagréable lors du panoramique de l’appareil photo ou si un sujet en mouvement rapide passe, car les différentes parties de la photo ont été prises à des moments légèrement différents. Voici un exemple de panoramique dans une rafale à grande vitesse :

Une photo panoramique prise avec un obturateur électronique montre un obturateur roulant en action.

Sony FE 28-60mm F4-5.6 | F5.6 | 1/125 s | OIN 3200
Photo : Jeff Keller

Vous rencontrerez également ce problème lors de la capture de vidéo 4K, c’est donc un élément à prendre en compte si vous déplacez l’appareil photo ou si vous capturez des sujets qui se déplacent rapidement dans le cadre. C’est beaucoup plus visible en mode photo, où le capteur lit sa pleine précision de 14 bits, ce qui prend 67,6 ms (environ 1/15ème de seconde). La vidéo est capturée à partir d’une région plus étroite du capteur et en lecture 12 bits, donc l’effet est beaucoup moins prononcé, mais il est plus probable que vous déplaciez l’appareil photo pendant la prise de vue.

Premier volet électronique

Comme avec l’a7C et celui de Canon EOS R8, l’A7C II ne dispose pas d’un premier obturateur mécanique, s’appuyant à la place d’un premier rideau électronique (EFCS). Cela signifie que l’exposition est démarrée électroniquement mais terminée avec un obturateur mécanique.

Dans presque toutes les situations, les résultats ne se distinguent pas de l’utilisation de lames mécaniques pour démarrer et terminer l’exposition. Le seul inconvénient est que si vous utilisez un objectif à ouverture très lumineuse et que vous photographiez à des vitesses d’obturation très élevées, le « bokeh » flou en arrière-plan sera moins fluide qu’il ne devrait l’être. Les sources lumineuses ponctuelles qui doivent être restituées sous forme de cercles attrayants verront leur bord inférieur coupé. Mais cela n’arrive que dans des circonstances très précises.

Retour à l’index


Vidéo

Nous avons couvert les spécifications vidéo de l’a7C II plus tôt dans la revue et allons nous concentrer ici sur les fonctionnalités et la convivialité. Une chose est sûre : mis à part l’éventuel volet roulant, la qualité 4K est excellente.

Les images de l’a7 IV ont été prises avec un zoom, elles ne semblent donc pas aussi nettes que les autres images de la scène de test, mais il est clair qu’il y a beaucoup de détails à obtenir du Sony. Il en va de même pour l’a7C II, qui utilise le même capteur et le même processeur principal. Les images 4K/30p et 4K/24p sont prises sur toute la largeur du capteur et utilisent les 7 008 pixels pour fournir ses images 4K UHD (3 840 x 2 160). Cela fournit beaucoup de détails, mais a un coût en termes d’obturateur roulant : il faut environ 27,4 ms pour lire chaque image. C’est suffisant pour provoquer des mouvements brusques de caméra ou des mouvements rapides à travers la scène, qui se déforment de manière rebutante. Ce n’est pas un résultat terrible, mais il est plus de 20 % pire que celui des pairs immédiats de l’appareil photo et une lecture plus de 60 % plus lente que le meilleur de ses concurrents.

Mise au point automatique vidéo

L’a7C II effectue la mise au point avec autant de confiance en vidéo qu’en photo. La reconnaissance du sujet brille encore une fois, les chats et les avions suivant les sujets de manière fiable (même avec des avions en arrière-plan dans la seconde situation). Il existe de nombreux paramètres liés à la mise au point automatique, notamment la vitesse de transition, la sensibilité au déplacement du sujet et bon nombre des mêmes options de reconnaissance du sujet disponibles pour les images fixes.

Outils vidéo

La vidéo est accessible à l’aide d’un commutateur de mode de prise de vue situé sous la molette du mode d’exposition sur le dessus de l’appareil photo. Une option dans le menu des paramètres vous permet de décider quels paramètres sont transférés des images fixes à la prise de vue vidéo et lesquels ne le sont pas. De cette façon, vous pouvez vous assurer de ne pas filmer accidentellement des vidéos saccadées avec des vitesses d’obturation très élevées ou des photos floues avec des vitesses d’obturation très basses, lorsque vous passez d’un mode à l’autre. Il vous permet également de prendre des photos de profils de couleurs différents pour chaque mode, comme vous le jugez approprié.

La carte de mise au point montre les zones focalisées avant (rouges) et arrière (bleus) autour de la montre au centre du cadre.

Il y a beaucoup plus de paramètres sur l’a7C II en plus du format de fichier vidéo, de la profondeur de bits, de la fréquence d’images et du profil Log pour capturer une plus grande plage dynamique afin de préserver la flexibilité lors de l’édition de la couleur et du ton de la séquence finale. Comme l’a7 IV, l’a7C II peut capturer des images Log avec une profondeur de couleur de 10 bits, ce qui encode plus d’informations tonales sur la scène, fournissant des images beaucoup plus malléables et moins susceptibles d’afficher des bandes si vous effectuez de gros réglages de couleur ou de luminosité/contraste.

La caméra affiche les niveaux d’enregistrement audio, qui sont réglables, et un filtre anti-vent logiciel peut être activé manuellement ou automatiquement. En plus des options de mise au point et de motif zébré, il existe une « carte de mise au point » pratique qui montre les zones autour du point AF qui sont focalisées à l’avant ou à l’arrière.

Stabilisation vidéo

L’a7C II propose une stabilisation SteadyShot régulière et « Active » en mode vidéo, cette dernière ajoutant une stabilisation numérique. Bien que le mode standard soit tout à fait correct, le mode actif est très bon. Ce n’est pas tout à fait la qualité du cardan, mais c’est une énorme amélioration. Un recadrage de 1,15x est ajouté lors de l’utilisation du mode actif, alors gardez cela à l’esprit, surtout si vous êtes déjà confronté au recadrage de 1,5x lors de la prise de vue de séquences 4K/60p.


Conclusion

Par Jeff Keller

Ce que nous aimons Ce que nous ne faisons pas
  • Excellente qualité d’image
  • Reconnaissance de sujet et suivi de mise au point automatique de premier ordre
  • Stabilisation de l’image dans le corps
  • La poignée raffinée et la deuxième molette de commande constituent de grandes améliorations par rapport au modèle original.
  • Vidéo 4K/60p suréchantillonnée de haute qualité (recadrée)
  • Capture des séquences 4:2:2 10 bits
  • Profils vidéo S-Log3 et S-Cinetone
  • Très bonne autonomie par rapport à ses pairs
  • Sujet au volet roulant lors d’un panoramique de la caméra en vidéo ou avec un obturateur électronique
  • Pas de manette AF
  • Recadrage 1,5x lors de la capture de séquences 4K/60p
  • Résolution EVF et LCD du côté faible
  • Plus cher que ses pairs
  • Grosse baisse d’autonomie par rapport au modèle d’origine

Sony a porté l’a7C plein format d’entrée de gamme vers de nouveaux sommets avec l’a7C II. L’ajout d’une deuxième molette de commande, d’un EVF plus grand et d’un capteur de résolution plus élevée le place parmi les meilleurs appareils photo de sa catégorie. Il est cher par rapport à ses pairs, mais il a beaucoup à offrir.

Converti au goût de Raw

FE 28-60 mm F4-5.6 à 40 mm | ISO 100 | 1/200 s | F8
Photo : Jeff Keller

Certains des plus gros problèmes que nous avons eu avec l’a7C original étaient son petit viseur, sa molette de commande unique et l’absence de joystick AF. Le Mark II répond à deux des trois, sans joystick en vue, bien qu’il soit difficile d’imaginer où il irait. Bien que l’EVF soit plus grand, la résolution semble trop faible pour un appareil photo aussi cher.

L’a7C II arbore désormais le même capteur CMOS BSI plein format de 33 mégapixels que l’on retrouve dans l’a7 IV. La qualité d’image est excellente, bien qu’il y ait un obturateur roulant impossible à manquer qui apparaît lorsque vous effectuez un panoramique rapide dans l’appareil photo en rafale ou en prise de vue 4K.

Converti au goût de Raw

FE 28-60 mm F4-5.6 à 48 mm | ISO250 | 1/100 s | F5.6
Photo : Jeff Keller

Sony est depuis longtemps le leader en matière d’acquisition et de suivi de mise au point automatique, et l’a7C II est ridiculement bon. Qu’il s’agisse de personnes, de chats sprintant ou d’avions, les points AF collent au sujet comme de la superglue. Après avoir modifié quelques paramètres pour que tout soit configuré, cet excellent suivi du sujet devient un point-and-shoot.

FE 16-35 mm F2.8 GM2 à 29 mm | OIN 160 | 1/1250 s | F2.8
Photo de : Dan Bracaglia

L’a7C II est également un cinéaste compétent. Il capture des séquences 4K/60p (avec un recadrage 1,5x) en utilisant toute la largeur du capteur (il n’y a pas de recadrage à 30p et moins). Les vidéophiles apprécieront la possibilité de capturer des séquences 4:2:2 10 bits à l’aide de S-Log3 ou S-Cinetone. Mis à part le risque d’obturation roulant, la qualité vidéo est très impressionnante.

FE 16-35 mm F2.8 GM2 à 16 mm | ISO 100 | 1/2000 s | F2.8

Photo de : Dan Bracaglia

À 2 199 $ pour le boîtier uniquement, l’a7C II n’est pas une bonne affaire par rapport aux Canon EOS R8, Nikon Z6 II et Panasonic S5 II, mais une partie de ce que vous payez est sa compacité. Et pour cet argent, vous obtenez un appareil photo qui restera compétitif pendant des années. Que vous soyez déjà dans l’écosystème Sony ou que vous recherchiez simplement un appareil photo plein format compact et bien construit, l’a7C II vaut bien votre considération.

Notation

La notation est relative uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour savoir ce que signifient ces chiffres.

Par rapport à ses pairs

Le EOS R8 est l’un des deux Canon qui rivalisent avec l’a7C II. Si vous regardez les spécifications, elles sont assez similaires ; leurs EVF ont le même grossissement et la même résolution, les joysticks AF non plus, et chacun peut enregistrer des séquences 4K/60p suréchantillonnées (non recadrées dans le cas du R8). De manière significative, le R8 manque de stabilisation d’image et sa durée de vie de la batterie est la pire de sa catégorie, alors que celle du Sony est plutôt bonne. Le Canon est en retard en termes de qualité de fabrication (il est cependant nettement moins cher), et bien que le suivi de la mise au point automatique soit très bon, celui de l’a7C II est meilleur. L’ergonomie du Canon est un peu plus confortable mais le Sony gagne sur le choix des objectifs.

L’autre modèle Canon est le EOS R6 Mark II, un appareil photo plus grand avec une bien meilleure qualité de construction. Comme le R8, il dispose d’un capteur plein format de 24 MP et du système AF Dual Pixel de Canon, mais il dispose également d’une stabilisation d’image intégrée au corps. Avec 8 arrêts de réduction du tremblement revendiqués, c’est un peu mieux que les 7 arrêts de Sony. Le R6 II offre une vidéo 4K/60p non recadrée, une prise de vue en rafale ultra-rapide, deux emplacements pour cartes et un EVF de résolution plus grande et plus élevée. L’autonomie est compétitive lors de prises de vue avec le viseur (mais pas avec l’EVF) mais la grande différence est que l’on préfère l’ergonomie du Canon.

Le Nikon Z6II je C’est une autre option moins chère. Cet appareil photo 24MP offre des vitesses de rafale plus rapides et deux emplacements pour cartes, et le viseur est considérablement plus grand et plus détaillé. Il dispose d’une stabilisation d’image intégrée au corps, mais elle n’est évaluée qu’à 5 arrêts. Comme l’a7C II, il peut capturer du 4K/60p avec un recadrage 1,5x, avec la prise en charge du format N-Log de Nikon. Le suivi de la mise au point automatique du Z6 II est nettement en retard par rapport à celui de Sony et la durée de vie de la batterie est d’environ 20 % inférieure à celle de l’a7C II. Encore une fois, il présente un avantage ergonomique par rapport au Sony, et pas seulement grâce à la présence d’un joystick AF.

Enfin et surtout, il y a le Panasonic Lumix DC-S5II, un appareil photo beaucoup plus grand avec stabilisation d’image intégrée (évaluée à 6,5 arrêts) et un capteur 24MP. Le S5 II est un peu plus fort en vidéo ; il peut capturer des séquences 4K/60p sans limite de surchauffe, ce qui est réalisé à l’aide d’un ventilateur de refroidissement intégré, il présente également moins d’obturateur roulant. Il dispose d’un grand EVF haute résolution, de deux emplacements pour carte SD, d’un mode de prise de vue haute résolution portable et du premier système AF hybride de Panasonic, ce qui le rapproche en termes de performances de celui de Sony.

Retour à l’index

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *