Nikon Z9 Wildlife Impressions: Libor Vaicenbacher

Tout comme les enfants attendent Noël avec impatience, de nombreux photographes animaliers de 2021 se sont également concentrés sur la fin de l’année. Quelle est la cause de cette effervescence ? C’est exactement la même chose que pour les enfants : Les photographes animaliers attendent avec impatience de recevoir de nouveaux jouets.

Sony avait déjà un cadeau pour ses utilisateurs sous la forme de l’appareil photo A1, qui a été annoncé en janvier 2021. Les fans de Canon et de Nikon ont dû attendre un peu plus longtemps, mais les premières précommandes pour les appareils Canon EOS R3 et Nikon Z9 sont maintenant disponibles.

La plupart des exemplaires du Nikon Z9 n’ont pas encore été expédiés, mais heureusement, un exemplaire de démonstration du Z9 est arrivé au cœur de l’Europe il y a quelques semaines. J’ai eu l’occasion de le tester récemment et je vais l’examiner de plus près dans cet article.

LV_Nikon-Z9_14
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6 + 1.4x @ 700 mm, ISO 2000, 1/3200 second, f/8.0

Comme mon principal intérêt photographique est la photographie d’oiseaux, ce premier regard correspondra à ce genre. Ne vous attendez pas à un examen approfondi pour l’instant, comme vous en avez l’habitude sur Photography Life, mais plutôt aux premières observations que j’ai recueillies au cours de mon bref passage avec le Z9 pour photographier la faune.

Et quelles sont les qualités qui font d’un appareil photo un bon choix pour la photographie animalière ? L’appareil photo idéal doit être…

Rapide comme un faucon pèlerin

Peu de genres photographiques mettent autant l’accent sur la vitesse du couple appareil-photographe que la photographie animalière. Seuls les photographes sportifs pourraient peut-être me dire qu’ils ont eux aussi besoin d’appareils ultrarapides et d’objectifs ultra-rapides.

Mais la main sur le cœur, aussi époustouflant que cela puisse être de regarder un sprinter humain courir après une médaille olympique, il ne fait qu’un petit trot par rapport aux athlètes animaux.

Et qu’en est-il du sport automobile ? Oui, les vitesses y sont comparables à celles des animaux les plus rapides, mais dans le cas des sports mécaniques, la trajectoire du mouvement est généralement assez prévisible. Donc, si nous voulons donner un vrai défi à la vitesse d’un appareil photo, nous devons chercher parmi ces « champions » animaux, et aucun n’est plus rapide que les oiseaux de proie.

C’est sur deux de ces oiseaux que j’ai mis à l’épreuve les capacités de la nouvelle caméra. Un aigle royal eurasien m’a servi de modèle et, pour obtenir un chevauchement international, un oiseau américain, la buse de Harris, a également participé.

LV_Nikon-Z9_05
Nikon Z9 + 400 mm f/2.8, ISO 3200, 1/2000 second, f/5.0

J’utilise le mot « vitesse » tout le temps, mais qu’est-ce que j’entends par là ? Qu’un oiseau vole vite, c’est une chose, mais qu’en est-il d’un appareil photo ?

Tout d’abord, il s’agit de la vitesse de l’autofocus et des capacités de suivi. Et c’est dans ce domaine que les appareils photo sans miroir de Nikon sont légèrement en retard par rapport aux plus performants au monde ces dernières années, comme Sony et plus récemment Canon.

À l’époque (désormais historique) des reflex numériques, Nikon était à la pointe en matière de mise au point. Mais la situation a quelque peu changé avec le système Z, c’est-à-dire les appareils photo sans miroir. Bien que les appareils sans miroir de Nikon disposent de modes dédiés à la mise au point pour les personnes, les chats et les chiens, ce n’est pas comme si je me concentrais strictement sur ces trois types d’organismes. Pour les photographes d’oiseaux comme moi, il ne restait que les modes de mise au point standard (zone dynamique, zone large ou suivi 3D), dont aucun ne fonctionne de manière tout à fait convaincante.

En fait, j’ai obtenu des taux de réussite nettement supérieurs pour la photographie d’oiseaux avec mon reflex numérique éprouvé, le Nikon D500. Quel que soit l’endroit où j’ai placé le point de mise au point (généralement la zone dynamique), c’est là que j’ai fait la mise au point, et l’appareil photo l’a suivi dans ses déplacements. C’est simple, fiable et surtout efficace.

Coupez au 11 décembre 2021. Je tiens le nouveau Z9 dans ma main pour la première fois. Un aigle royal vole droit sur moi à environ 80 km/h (50 mph pour mes amis américains). Je lève mon appareil photo vers mon œil et je vise. Pas sur l’œil, comme j’en ai l’habitude, mais… eh bien, juste sur l’aigle.

L’appareil photo trouve l’œil tout seul ! Ça marche ! Bon, d’accord, ça ne marche pas à 100%, mais je jette tout au plus quelques plans de chaque séquence qui sont un peu flous. De plus, je dois tenir compte du fait que je tiens un échantillon de pré-production avec un objectif adapté, le Nikon 500 mm f/5.6 AF-S PF.

LV_Nikon-Z9_18
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 2500, 1/2000 second, f/5.6

À l’époque des reflex numériques, la mise au point s’apparentait davantage à la prise de vue d’une cible en mouvement. Vous deviez maintenir le point AF sur la tête de l’animal, idéalement sur l’œil. Si l’oiseau dans le viseur se déplaçait hors de la zone de mise au point formée par le point principal et ses compagnons les plus proches (zone dynamique), vous ne pouviez plus faire la mise au point là où vous le souhaitiez. Même si vous choisissiez le mode de zone AF avec suivi 3D, plus lent, pour inclure tous les points de mise au point disponibles, ils seraient toujours centrés dans le viseur.

Nikon D810 Viewfinder
Nikon D810 DSLR viewfinder

Un avantage général des appareils photo sans miroir est que leurs points de mise au point couvrent pratiquement toute la surface du viseur. Et lorsque ces points supplémentaires fonctionnent comme ils le devraient, c’est sans faille. J’ai testé cela sur le Z9 en composant les oiseaux près du bord du cadre. Et leurs yeux sont restés aussi nets qu’ils peuvent l’être ! J’ai trouvé que cela m’aidait à être plus un photographe et moins un tireur sur cible.

LV_Nikon-Z9_07
Nikon Z9 + 24-120 mm f/4.0 @ 24 mm, ISO 5000, 1/2500 second, f/7.1

D’un autre côté, il ne faut pas non plus avoir des attentes irréalistes vis-à-vis du Z9. Ce n’est pas comme si vous pouviez pointer votre objectif dans un fourré enchevêtré et que l’appareil trouvait l’animal aussi facilement que l’envahisseur spatial dans le film Predator.

Cependant, j’ai trouvé que les boutons personnalisables du Z9 étaient utiles dans ces situations. J’ai réglé la reconnaissance des yeux d’animaux sur un bouton près de mon index, le suivi 3D sur mon pouce et le bon vieux mode Zone dynamique sur mon majeur. Je pouvais ensuite sélectionner rapidement cet arsenal de modes en fonction des besoins de mon sujet.

Un mode qui m’a surpris est le mode 3D-Tracking. Dans ce mode, vous sélectionnez la mise au point initiale et l’appareil photo suit cette partie du sujet dans le cadre. J’ai trouvé que le suivi 3D était sensible aux yeux dans le viseur, donc si l’œil de votre sujet est visible, il a tendance à le suivre.

Normalement, je n’ai jamais utilisé le mode de suivi 3D sur un reflex numérique et je suis toujours revenu immédiatement à la zone dynamique. Mais sur mon futur Z9 (oui, j’ai l’intention d’en acheter un après avoir fait ce test), il deviendra l’un de mes principaux modes de mise au point.

Les nouvelles règles du jeu sont de composer, de laisser l’AF faire son travail et d’attendre que quelque chose d’intéressant se produise. Merveilleux !

LV_Nikon-Z9_11
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 160, 1/800 second, f/6.3

Nous sommes donc au point. Maintenant, nous voulons simplement capturer la scène dynamique qui se trouve devant nous. Mon D500 peut prendre des photos à 10 images par seconde (FPS). Si je prenais le D6, le fleuron équipé d’un miroir, la cadence serait déjà de 14 images par seconde. Les appareils sans miroir Z6II et Z7II offrent respectivement 10 et 9 images par seconde (en RAW 14 bits). Et qu’en est-il du Z9 ? Préparez-vous à ce que la touche « supprimer » de votre clavier souffre beaucoup. Une séquence de cinq secondes avec la prise de vue à 20 ips du Z9 écrira pas moins de 100 photos RAW 14 bits sur la carte.

La concurrence (Canon R3 et Sony A1) peut aller encore plus loin, jusqu’à des fichiers RAW à 30 FPS – avec toutefois quelques limitations mineures dans les deux cas. Mais si vous n’insistez pas sur le format RAW, le Z9 peut également faire 30 FPS en JPEG et jusqu’à 120 FPS en JPEG si vous prenez des photos en basse résolution de 11 mégapixels. Et quel est l’intérêt d’une fréquence d’images aussi élevée ? Un cerf en train de brouter ou un hibou immobile sur une branche ne nécessitent pas une telle vitesse. Mais lorsqu’il s’agit de photographier un rapace en vol ou un toucan se rendant à son nid, par exemple, chaque image par seconde peut être utile.

LV_Nikon-Z9_02
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 2500, 1/2000 second, f/5.6

Pour moi, le viseur de l’appareil fait également partie de la « vitesse ». Laissons de côté la résolution et la luminosité du Z9 pour l’instant et concentrons-nous sur la vitesse.

Pour les prises de vue occasionnelles, je n’avais rien à redire sur l’affichage dans le viseur précédent des Nikon Z6 et Z7. Cependant, lors de la prise de vue de scènes plus riches en action, je me suis retrouvé quelque peu perdu dans la réalité saccadée et légèrement retardée lors de la prise de vue à la FPS maximale. Oui, il faut s’y habituer, mais le viseur optique était pour moi une alternative plus agréable.

En revanche, le viseur du Z9 est exactement ce qu’il devrait être. Non seulement il est magnifiquement lumineux et d’une résolution que je juge suffisante, mais surtout, il est vraiment sans occultation.

LV_Nikon-Z9_12
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 1100, 1/2500 second, f/6.3

Si vous craignez de manquer le claquement frénétique du miroir, il est en fait possible de définir des lignes clignotantes autour des bords du champ de vision. Et si vous craignez de ne pas entendre le son traditionnel du miroir ou de l’obturateur (puisque le Z9 n’en a aucun), vous pouvez également les simuler grâce au haut-parleur intégré.

Mais avec le temps, je pense que de nombreux photographes se rendront compte qu’ils n’ont pas besoin d’entendre ces sons pour chronométrer correctement leurs photos.

Et cela m’amène à une autre caractéristique importante d’un appareil haut de gamme pour la faune sauvage. Il doit être…

Silencieux comme une chouette effraie

Cette chouette peut planer dans la nuit si silencieusement que sa proie ne le saura jamais. Et le Z9 a une relation similaire avec sa « proie ».

Si vous avez déjà travaillé avec un reflex numérique, vous savez à quoi je fais référence. « Prenez-vous Jane…CLICK ! CLIQUEZ ! … pour être votre légitime épouse ? » …CLICK ! CLIQUEZ !… « Je le veux » … CLIQUEZ ! DÉCLIC ! CLICK ! DÉCLIC ! CLICK !…

Maintenant, imaginez qu’il n’y a pas de miroir, pas d’obturateur, juste le silence absolu. J’aime beaucoup plus ce scénario, pas vous ? Et les animaux l’aiment aussi. Contrairement à la mariée, ils s’enfuient souvent après le premier « CLIC » !

LV_Nikon-Z9_20
Nikon Z9 + 400 mm f/2.8, ISO 1600, 1/2500 second, f/5.6

Le Nikon Z9 est le premier appareil photo de son genre à ne pas avoir non seulement de miroir, mais aussi d’obturateur mécanique. Il fonctionne dans un silence complet, à moins que vous ne choisissiez dans le menu que le système de haut-parleurs émette des bruits de cliquetis. (D’autres appareils photo sans miroir peuvent également prendre des photos en silence en mode obturateur électronique, mais beaucoup ont des obturateurs électroniques dont la vitesse de lecture est lente et qui ne sont pas destinés à photographier des actions rapides).

La conception du Z9 présente une autre valeur ajoutée : Un obturateur inexistant a un taux de défaillance inexistant. Tous les obturateurs mécaniques finissent par tomber en panne et leur réparation est coûteuse. Cela n’a peut-être pas d’importance pour les photographes de paysages qui se targuent de ne prendre que les quelques douzaines de meilleures photos, mais les photographes animaliers sont un peu différents !

LV_Nikon-Z9_16
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6 + 1.4x @ 700 mm, ISO 2500, 1/1250 second, f/8.0

Pourquoi, me direz-vous, un fabricant n’a-t-il pas décidé plus tôt de supprimer l’obturateur mécanique ? La raison en est que les capteurs conventionnels souffrent de distorsion d’image (effet de volet roulant) lorsqu’ils combinent un obturateur électronique avec un sujet en mouvement rapide.

Cela est dû au fait que l’appareil photo ne lit pas la scène dans son ensemble, mais de la même manière que nous lisons un livre.

C’est-à-dire, plutôt lentement, de haut en bas. La différence est que lorsque nous lisons un livre, l’histoire en bas de la page ne change pas au fur et à mesure que nous lisons. Mais la scène qui se trouve devant la caméra ne peut pas être arrêtée.

Le résultat sera alors, par exemple, un guépard en train de ruer avec des pattes tordues ou un colibri en vol stationnaire avec des ailes en arc de cercle.

Le capteur superposé du Z9 peut lire la scène si rapidement que je n’ai pas pu imaginer les déformations susmentionnées.

LV_Nikon-Z9_10
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 560, 1/2000 second, f/6.3

J’ai trouvé que le silence du Z9 – combiné à l’absence d’obturateur roulant – était une excellente caractéristique pour les photos d’animaux sauvages présentées dans cet article.

Mais il y a d’autres caractéristiques qui comptent dans un appareil photo animalier.

L’une des raisons pour lesquelles j’ai conservé mon D500 jusqu’à présent est l’autonomie de sa batterie. Je veux simplement que mon appareil soit…

Persistant comme une barge à queue barrée

La barge à queue barrée détient un record parmi les oiseaux migrateurs. Elle a réussi à parcourir 12 000 km / 7500 miles en un seul vol sans  » recharge  » lors de son voyage de l’Alaska à la Nouvelle-Zélande. En tant que photographe, je suis satisfait si je peux passer une seule journée de photographie intense sans recharger mon appareil ! C’était un défi, même pour le Nikon D500.

LV_Nikon-Z9_17
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 2500, 1/2000 second, f/5.6

Dans ce cas, les gagnants pour la photographie ont été les grands reflex numériques phares comme les Nikon D5 et D6. Quant aux appareils photo sans miroir, lors de mon dernier atelier en Équateur, nous avions les Z6 II et Z7 II à tester. Ils ont résisté vaillamment (et mieux que leurs spécifications ne le laissaient supposer), mais nous devions toujours transporter trois batteries par appareil.

Je n’ai pas eu l’occasion d’observer le comportement du Z9 à long terme, mais je trouve le résultat de 65% de batterie après environ 5000 photos et le GPS en permanence activé très prometteur. Bien sûr, j’ai pris des photos en rafales rapides, ce qui est relativement peu gourmand en batterie. Si j’utilisais l’appareil pour la photographie de paysages, par exemple, le ratio d’énergie consommée par image serait beaucoup moins favorable.

LV_Nikon-Z9_19
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 640, 1/1250 second, f/5.6

Ainsi, le Z9 n’est peut-être pas aussi persistant que la barge à queue barrée, mais je peux certainement m’imaginer filmer toute la journée avec une seule batterie. Les reflex numériques professionnels tiennent toujours le haut du pavé, mais le Z9 semble durer plus longtemps que mon D500 sur une seule charge.

Et cela m’amène à la prochaine caractéristique que je recherche dans un appareil photo animalier. La plupart des meilleures photos d’animaux sont prises dans des conditions météorologiques extrêmes. Un appareil que j’emmène dans de telles conditions doit être…

Dur comme un manchot empereur

Je ne travaillerais pas par moins 70 degrés Celsius comme un manchot empereur, alors je ne demande pas vraiment cela à mon appareil photo. Mais j’attends de lui qu’il fonctionne dans des conditions de grand froid et qu’il soit traîné dans la végétation tropicale humide.

Je traite mon matériel de manière équitable. Je veux qu’il résiste aux mêmes conditions que moi, et j’essaie de ne pas le plonger dans la boue ni de le torturer physiquement.

C’est un domaine qui nécessite vraiment des tests à long terme pour en avoir le cœur net. En l’occurrence, j’ai utilisé le Z9 dans la neige et le froid de la République tchèque en décembre – c’est-à-dire dans le froid, mais pas dans un froid digne d’un empereur pingouin – et il a continué à fonctionner sans le moindre accroc. Espérons que cela reste vrai dans des conditions pires que celles-ci.

LV_Nikon-Z9_21
Nikon Z9 + 24-120 mm f/4.0 @ 24 mm, ISO 5000, 1/1600 second, f/8.0

Mais l’appareil photo est avant tout un outil artistique, il doit donc avoir…

Des couleurs comme l’oiseau de paradis de Wilson.

Le magnifique oiseau de paradis de Wilson ne se résume pas à des tons vibrants de rouge, de bleu et de jaune. Il présente également des milliers de nuances terreuses de brun, de gris et de vert auxquelles nos yeux sont sensibles – et cela correspond à ce que je veux capturer avec mes appareils photo.

En matière de couleurs, je ne me suis jamais plaint de la palette Nikon, et j’ai toujours apprécié la gamme dynamique élevée. En ce qui concerne le Z9, j’attends toujours que mon logiciel habituel prenne en charge les fichiers RAW compressés sans perte de 14 bits que j’ai capturés. Mais mon impression actuelle est que la qualité de 45,7 mégapixels n’est pas une révolution par rapport au D850, au Z7 ou au Z7 II. Cependant, elle est nettement supérieure à celle du Nikon D6 de 20,8 mégapixels.

LV_Nikon-Z9_04
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 2500, 1/2000 second, f/5.6

Au cours des 15 dernières années environ, les appareils phares de Nikon ont connu des augmentations de résolution plutôt timides. Ce n’est plus le cas. Le Z9 parvient à atteindre simultanément une haute résolution et les vitesses élevées d’un appareil phare. Ainsi, même si j’ose dire que le Z9 n’est pas meilleur que le Z7 II en termes de qualité d’image, la vitesse élevée du Z9 est plus que suffisante pour justifier la nouvelle conception du capteur de l’appareil photo.

Mais ce traitement plus rapide se traduit par un boîtier plus grand que d’habitude pour un appareil photo sans miroir. N’oubliez pas que le meilleur appareil photo est celui que vous avez avec vous. Ainsi, l’appareil photo optimal pour la photographie animalière ne doit pas être inutilement lourd, et doit plutôt être…

Colibri léger comme une abeille

Bon, j’ai peut-être légèrement exagéré ici. Le Nikon Z9, avec ses 1340 g, pèse à peu près le même poids que 750 colibris !

Par rapport à son prédécesseur de l’ancienne époque, le D6, il a perdu 100 grammes (soit 55 colibris d’abeille). Mais c’est toujours un appareil lourd que l’on sent sur son cou.

Avec sa poignée verticale intégrée, le Z9 a, à première vue, la carrure d’un appareil photo professionnel.

Je m’abstiendrais définitivement d’utiliser des adjectifs comme compact ou minuscule, bien qu’il tienne parfaitement dans la main. Sony a misé sur un concept différent avec le A1 et a laissé le grip vertical comme un accessoire optionnel.

LV_Nikon-Z9_15
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6 + 1.4x @ 700 mm, ISO 2500, 1/3200 second, f/8.0

Personnellement, cependant, je préfère le monobloc. Qu’est-ce qui me fait dire ça ? Le boîtier plus robuste forme une unité plus équilibrée avec les téléobjectifs plus lourds.

Le monobloc donne également une impression plus robuste et durable. Il m’arrive de poser l’appareil sur un sol humide, et je considère le couvercle du logement de la batterie ou les contacts entre le grip et le boîtier comme une porte d’entrée possible pour l’humidité, la saleté et donc les problèmes.

Mais le principal avantage réside dans la prise de vue verticale, qui est sans faille sur le Z9. L’obturateur vertical est accessible à tout moment, tout comme les autres commandes. Avez-vous déjà essayé de composer à main levée en mode portrait avec un objectif lourd ? Sans la prise en main verticale, c’est une agonie avec peu de chance de bien se terminer.

LV_Nikon-Z9_06
Nikon Z9 + 70-200mm f/4 @ 200 mm, ISO 560, 1/1000 second, f/4.0

Sommaire

Après avoir lu tout ce qui précède, vous avez peut-être eu l’impression que je ne suis pas critique envers le nouveau Z9. Mais il est très difficile d’être critique à l’égard d’un appareil dans lequel Nikon a mis le meilleur de ce dont il dispose actuellement. Il a fallu un certain temps aux développeurs pour y parvenir, mais en même temps ils ont pu éviter les erreurs pour lesquelles les modèles Z6 et Z7 ont été critiqués dans le passé.

LV_Nikon-Z9_13
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6 + 1.4x @ 700 mm, ISO 1600, 1/3200 second, f/8.0

Il est également un peu plus facile de dépasser la barre fixée par la concurrence que d’en fixer une nouvelle. Le Z9 est un appareil photo étonnant, mais il tire sans aucun doute les leçons du Sony A1 et du Canon EOS R5 (ainsi que de l’EOS R3). C’est un exemple classique de concurrence saine dont toutes les parties profitent.

Y a-t-il encore de la place pour la critique ? La critique habituelle associée aux modèles haut de gamme de toutes les marques est leur prix. Oui, il n’est pas bas non plus ici. Mais malgré cela, le Z9 n’est pas aussi cher que ce que beaucoup attendaient, et il coûte moins cher que les modèles similaires de Canon et Sony. Avec un prix de 5 497 $, il est en fait inférieur de 1 000 $ au prix actuel de son aîné, le D6.

Mais le coût ne s’arrête pas à l’achat de l’appareil photo. L’énorme quantité de données qui sortent du Z9 en prise de vue continue (sans parler de la vidéo 8K) impose des exigences sans précédent aux cartes mémoire.

Vous pensiez avoir les cartes les plus rapides ? Avec le Z9, vous risquez de devoir revoir votre opinion à grands frais. La différence entre les cartes « très rapides » et « super rapides » que j’ai utilisées pour le test était notable.

LV_Nikon-Z9_03
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 2500, 1/2000 second, f/5.6

Un autre petit point négatif concerne ceux qui aiment travailler au flash à la lumière du jour. Le temps de synchronisation le plus rapide de l’obturateur du Z9 est de 1/200 seconde, ce qui n’est pas aussi rapide que sur la plupart des appareils photo de ce niveau (qui sont plutôt de 1/250 ou 1/320).

Personnellement, je trouve également les connecteurs saillants un peu gênants d’un point de vue ergonomique. Ils rendent le bouton de déclenchement de l’objectif plus difficile à atteindre pour mon index. Je suppose que je vais devoir apprendre à déclencher l’objectif d’une autre manière. Mais ma critique s’arrête là pour le moment.

LV_Nikon-Z9_08
Nikon Z9 + 500 mm f/5.6, ISO 1000, 1/1250 second, f/5.6

Alors, que puis-je espérer lorsque mon tour viendra dans la longue file des personnes intéressées par le Z9 ? J’attends avec impatience un boîtier qui allie une vitesse extraordinaire à une qualité d’image supérieure. Il dispose également d’une mise au point au niveau que les excellents objectifs du système Z méritent, notamment les objectifs sportifs comme le Z 70-200 mm f/2.8. C’est aussi un caméscope de premier ordre, si c’est votre style.

LV_Nikon-Z9_05
Nikon Z9 + 400 mm f/2.8, ISO 3200, 1/2000 second, f/5.0

Mais surtout, le Z9 est un boîtier d’appareil photo qui remet Nikon dans le jeu, à la manière d’Hollywood. Les espoirs de Nikon semblaient bien sombres face à la concurrence. Quelques coups de poing dans le viseur, un coup de genou à l’écran, un crochet du gauche au niveau du déclencheur. De la concurrence partout où l’on regarde. Mais au dernier moment, Nikon s’est relevé et a rendu les coups à tout le monde dans ce qui, d’après mes impressions, est un grand retour.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *