Test du Canon EOS R8

Images de produits par Brendan Nystedt

Le Canon EOS R8 est un appareil photo sans miroir plein format d’entrée de gamme, doté du capteur CMOS 24,2 MP de l’EOS R6 II. Il apporte les dernières capacités AF de Canon et une vidéo bien améliorée à la même taille et au même style que l’EOS RP existant.

Spécifications clés :

  • Capteur CMOS plein format 24,2 mégapixels
  • Prise de vue continue jusqu’à 40 ips avec obturateur électronique (6 ips avec mécanique)
  • Mode Raw Burst à 30 ips avec pré-mémoire tampon de 1/2 seconde
  • Vidéo 4K pleine largeur à partir d’une capture 6K jusqu’à 60p
  • Capture vidéo 10 bits C-Log3 ou HDR PQ
  • Option HDR HEIF 10 bits
  • Viseur OLED 2,36 millions de points (grossissement 0,7x)
  • Lunette arrière entièrement articulée
  • Audio 4 canaux avec adaptateur XLR en option

L’EOS R8 sera disponible à partir du printemps 2023 au prix recommandé de 1499 $. C’est 200 $ de plus que le prix de lancement de l’EOS RP auquel il ressemble beaucoup, bien que Canon affirme que le RP restera dans la gamme pour environ 1 000 $. C’est 800 $ de moins que le prix de lancement de l’EOS R, Canon impliquant fortement que l’EOS R6 II à 2500 $ et l’EOS R8 à 1500 $ partagent la responsabilité du remplacement de ce modèle.

L’EOS R8 sera également disponible en kit avec un nouvel objectif zoom rétractable 24-50 mm F4.5-6.3 IS, pour 1699 $.


Sauter à:


Quoi de neuf

L’EOS R8 intègre l’excellent capteur 24MP et le processeur Digic X de l’EOS R6 II dans le boîtier plus compact de l’EOS RP.

L’EOS R8 reprend essentiellement le boîtier de l’EOS RP d’entrée de gamme et ajoute le capteur et le système AF de l’EOS R6 Mark II, un appareil photo qui coûte 1 000 $ de plus. Il remplace efficacement l’EOS R d’origine et peut-être le RP, à long terme, et représente une concurrence féroce pour les modèles Z5 de Nikon et les anciens modèles a7 de Sony qui restent disponibles.

Canon affirme que le capteur et le processeur de l’EOS R8 sont les mêmes que ceux de l’EOS R6 II, et qu’il peut correspondre à son grand frère à bien des égards, notamment la qualité d’image, les performances de mise au point automatique et la qualité vidéo. Il existe cependant des différences essentielles qui en font le modèle budgétaire ; par exemple, il n’y a pas d’obturateur de premier rideau mécanique dans le R8 (ce que Sony a fait dans son a7C comparable), ce qui réduit considérablement ses références à haute vitesse. Il existe des différences appréciables dans le matériel et la manipulation des deux appareils photo, mais la photographie à grande vitesse est la plus grande différence de performances entre eux.

Mise au point automatique

Les écureuils ne sont pas l’un des types d’animaux que l’EOS R8 est explicitement entraîné à reconnaître, mais il a fait du bon travail en ramassant ce petit gars en une fraction de seconde où il s’asseyait sur l’herbe, avant de se baisser et de courir. encore.

Canon RF100-500 mm F4.5-7.1 L IS USM @ 500 mm | ISO 1600 | 1/500 s | F7.1

Le système de mise au point automatique de l’EOS R8 est essentiellement emprunté en gros au R6 II, ce qui signifie qu’il a été formé pour reconnaître une large sélection de types de sujets. Ceci est construit au-dessus du système de style EOS 1D pour indiquer à l’appareil photo comment vous vous attendez à ce que le sujet se déplace à mesure qu’il s’approche de l’appareil photo.

L’interface elle-même est très simple : vous choisissez la taille de la zone AF que vous voulez et si vous voulez que l’appareil photo suive les sujets sous ou immédiatement autour de votre collimateur ou zone AF choisi. Comme le R6 II, le R8 a été formé pour reconnaître les sujets suivants :

  • Personnes (Corps / Visage / Yeux)
  • Animaux (Chiens / Chats / Oiseaux / Chevaux)
  • Véhicules (Voitures et motos de sport automobile / Avions / Trains)
  • Auto (auto-sélectionne parmi les groupes ci-dessus)

L’une des fonctionnalités absentes de l’EOS R8 est un joystick AF. Au lieu de cela, vous pouvez appuyer sur l’écran ou l’utiliser comme un pavé tactile qui peut être touché ou glissé pour positionner le point AF pendant que l’appareil photo est à vos yeux. Comme auparavant, vous pouvez limiter la zone de l’écran qui agit comme un pavé tactile, pour éviter la « mise au point du nez ».

Les options toucher-glisser ou « appuyer pour faire défiler les sujets reconnus » vous permettent d’utiliser l’écran arrière pour positionner le collimateur AF lorsque l’appareil photo est tenu à hauteur de vos yeux.

Il y a maintenant aussi une option pour appuyer sur l’écran pour faire défiler les sujets reconnus, lorsque l’appareil photo est à vos yeux. L’appareil photo n’indique pas combien de sujets il y a, donc vous devez essentiellement continuer à taper et être sûr que l’appareil photo aura reconnu le sujet sur lequel vous vouliez faire la mise au point, mais cela ajoute une autre option.

Enfin, il y a la possibilité de configurer les points cardinaux du contrôleur à quatre directions pour déplacer le point AF. Ainsi, même s’il serait certainement agréable d’avoir un joystick AF, vous n’êtes pas exactement à court d’alternatives. Comme avec le Sony a7C, c’est un prix payé pour réduire la taille du corps.

Volet mécanique simple rideau

Le RF 24-50 mm F4.5-6.3 IS STM rétractable aide l’EOS R8 à présenter un boîtier compact.

Comme l’a7C de Sony, le Canon EOS R8 dispose d’un mécanisme d’obturation mécanique pour terminer les expositions, mais pas des lames d’obturation correspondantes pour déclencher l’exposition. Cela se traduit par un ensemble d’obturateur plus léger et moins coûteux, mais a également quelques effets d’entraînement mineurs.

Le plus évident est la réduction du taux de rafale de l’appareil photo : seulement 6 ips en mode premier rideau électronique, par rapport à l’obturateur mécanique de 12 ips de l’EOS R6 II. Mais il y a aussi un problème de qualité d’image potentiel qui se glisse à des vitesses d’obturation très élevées (généralement 1/1000 s ou plus) lorsqu’il est utilisé avec des valeurs d’ouverture très larges.

Exemple de bokeh de deux images prises avec le Canon RF 50 mm F1.2L USM, l’exemple de gauche en mode premier rideau électronique, le droit en mode entièrement électronique, prises avec le Canon EOS R6 Mark II, qui utilise le même capteur que l’EOS R8. Ce sont des exemples extrêmes : une ouverture F1.2 très large et une vitesse d’obturation très élevée de 1/8000 s ont été utilisées.

Canon RF50mm F1.2L USM | F1.2 | 1/8000 s | ISO 320
Photos : Jordan Drake

Il prend la forme de la troncature du bas du bokeh (surtout avec des reflets distincts). Cela se produit parce que la lumière peut se glisser derrière la lame de l’obturateur mécanique lorsqu’elle tombe, ajoutant un peu d’exposition supplémentaire à la moitié supérieure des cercles bokeh. Cependant, comme l’exposition est initiée en allumant les rangées de pixels, il n’y a aucun moyen pour que cette lumière supplémentaire s’infiltre au début de l’exposition. Pour la plupart des prises de vue, cette petite différence est imperceptible, mais dans les expositions très courtes, la lumière supplémentaire gagnée pendant la fermeture de l’obturateur devient une proportion significative de l’exposition globale, et vous pouvez voir une différence d’exposition entre les moitiés supérieure et inférieure du bokeh .

C’est quelque chose qui ne se produit que dans une rare combinaison de circonstances, mais il vaut la peine de savoir si vous envisagez d’adapter des primes rapides à l’EOS R8.

Rafale brute avec pré-tampon

À partir de l’EOS R6 II, l’EOS R8 gagne la capacité de prendre des photos jusqu’à 40 ips à l’aide de son obturateur électronique ou de prendre des rafales d’images Raw à 30 ips. Le mode Raw Burst comprend une option de pré-mémoire : conserver les images dans la mémoire de l’appareil photo lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, puis enregistrer 15 de ces images sur la carte lorsque vous appuyez à fond. Cela signifie que vous capturez une demi-seconde d’action avant l’appui complet sur l’obturateur, ce qui vous aide à capturer le moment parfait.

Les images Raw Burst sont combinées dans un fichier CR3 Raw non standard, que seul le logiciel de Canon peut actuellement extraire (ou vous pouvez utiliser le système de conversion Raw intégré à l’appareil photo pour générer des JPEG ou des HEIF des meilleurs clichés). Ce mode et le mode 40 ips utilisent tous deux l’obturateur entièrement électronique de l’appareil photo, qui est raisonnablement rapide (~ 18 ms) mais est susceptible de déformer horizontalement tout ce qui se déplace rapidement sur le capteur lorsque vous le capturez.

Retour à l’index


Comment ça se compare

Arriver au prix de 1499 $ fait toujours de l’EOS R8 l’un des appareils photo numériques plein format les moins chers jamais lancés : seuls l’EOS RP et le Nikon Z5 ont été lancés pour moins cher. Malgré cela, il arrive dans un environnement concurrentiel, car Sony a continué à vendre ses anciens modèles a7 à des prix de plus en plus bas au fil du temps.

Cependant, l’utilisation par l’EOS R8 du dernier système AF de Canon le rend beaucoup plus capable que les goûts de l’a7 II, et même à son prix de lancement, il réduit l’étiquette a7 III actuelle, nous pensons donc qu’il est plus logique de le comparer. au modèle a7C de Sony : le seul appareil photo de la série Alpha à être explicitement conçu en pensant à l’améliorateur et au voyageur.

Nous le comparerons également ici au Canon EOS R6 II, juste pour montrer ce que vous faites et n’obtenez pas, par rapport au modèle plus axé sur les passionnés.

Canon EOS R8 Nikon Z5 Sony a7C Canon EOS R6 II
PDSF 1499 $ 1399 $ 1799 $ 2499 $
Nombre de pixels 24MP 24MP 24MP 24MP
Stabilisation d’image Dans l’objectif uniquement Dans le corps Dans le corps Dans le corps
Modes d’obturation EFCS
Volet électronique complet
Mécanique complète
EFCS
Volet électronique complet
EFCS
Volet électronique complet
Mécanique complète
EFCS
Volet électronique complet
Vitesse de rafale
(obturateur électronique)
6fps (40fps*) 4.5fps 10fps** 12 ips (40 ips*)
Résolution du viseur
/ grossissement
2,36 millions de points
/ 0,7x
3,69 millions de points
/ 0,8x
2,36 millions de points /
0,59x
3,68 millions de points
/ 0,76x
Lunette arrière 1,62 millions de points entièrement articulé
écran tactile
1,04 million de points
écran tactile inclinable
0,92 M points entièrement articulé
écran tactile
Écran tactile entièrement articulé de 1,62 million de points
DE manette? Non Oui Non Oui
Emplacements pour cartes 1x UHS-II 2x UHS II 1x UHS-II 2x UHS II
Option vidéo 4K jusqu’à 60p
Pas de recadrage
Mode HDR 10 bits
4K jusqu’à 30p
1,7x recadrage
4K jusqu’à 30p
1,2x recadrage (30p)
4K jusqu’à 60p
Pas de recadrage
Modes Log 10 bits ou HDR
Sortie vidéo brute
Vie de la batterie
LCD / EVF
290 / 150 470 / 390 740 / 680 580 / 320
Dimensions 133 x 86 x 70 mm 134 x 101 x 70 mm 124 x 71 x 59 mm 138 x 98 x 88 mm
Poids 461g 675g 509g 670g

* Lecture 12 bits
** Lecture 12 bits et compression avec perte

Une comparaison côte à côte devrait montrer clairement que l’EOS R8 se démarque de ses pairs dans le département vidéo, mais qu’il lui manque ses systèmes de stabilisation d’image intégrés. Son viseur est comparable à ses rivaux immédiats, mais est évidemment un domaine qui a été réduit par rapport à l’EOS R6 II.

D’après ce que nous avons vu jusqu’à présent, l’EOS R8 semble correspondre à l’EOS R6 II en termes d’obturateur roulant en mode e-shutter, ce qui signifie que sa prise de vue en rafale à 40 ips (et le mode Raw Burst à 30 ips avec pré-tampon) est assez utilisable pour les sujets raisonnablement rapides.

Retour à l’index


Carrosserie & manutention

Le corps de l’EOS R8 correspond essentiellement à celui de l’EOS RP, un corps avec lequel nous l’avons trouvé très simple à photographier, mais avec quelques commandes échangées. Il n’offre pas autant de points de contrôle directs que l’EOS R6 II (l’absence de joystick étant le plus notable), mais il place deux molettes de contrôle en relation confortable avec une poignée de taille décente, ce qui est un détail assez important. pour avoir raison.

Canon affirme que la pénétration de poussière et d’eau a été prise en compte dans la conception, mais qu’il n’est pas scellé ou construit au même degré que l’EOS 6D II, adoptant à la place une construction plus légère avec une plus grande utilisation de plastique.

Il y a cependant des coins coupés : il n’y a qu’un seul emplacement pour carte SD et, peut-être plus important pour la plupart des photographes, il est placé dans le compartiment de la batterie sous l’appareil photo. Il n’y a pas non plus d’option pour ajouter une poignée de batterie accessoire, bien que le R8 soit compatible avec le petit prolongateur de poignée de l’EOS RP qui permet à l’appareil photo de mieux s’installer dans de plus grandes mains.

L’EOS R8 possède les cinq mêmes ports que l’EOS R6 II : micro HDMI, USB-C, prises casque et micro et un port de télécommande filaire. Comme pour le plus grand appareil photo, le port USB de l’EOS R8 est à la hauteur de la norme 3.2 Gen 2 (10 Gbit/s).

Batterie

L’une des dégradations les plus importantes de l’EOS R8, par rapport au R6 II plus cher, est l’utilisation de la batterie LP-E17. Il s’agit vraisemblablement autant de réduire la taille de l’appareil photo que de réduire les coûts ou d’assurer une certaine différenciation entre les produits, mais cela a un impact appréciable sur la prise de vue avec le R8.

Le LP-E17 relativement petit de 7,5 Wh signifie que l’EOS R8 ne peut pas prendre de photos pendant des périodes particulièrement longues et atteint une cote de seulement 150 prises de vue par charge en mode « fluide » standard, si vous utilisez le viseur. Cela augmente un peu à 220 prises de vue en mode d’économie d’énergie, tandis que le chiffre LCD de 370 passe à 440. Comme toujours, ces chiffres standard CIPA peuvent avoir tendance à sous-estimer considérablement le nombre de prises de vue que vous êtes susceptible d’obtenir, mais en gardant le R8 alimenté pendant de longues périodes nécessitera une certaine planification.

L’appareil photo peut être chargé via USB ou alimenté, si vous disposez d’une source d’alimentation USB-PD suffisamment puissante, mais si vous êtes quelqu’un qui prend beaucoup de photos, vous devrez planifier comment garder l’appareil photo rechargé ou emportez des piles supplémentaires. C’est encore plus pressant pour les tireurs vidéo.

Retour à l’index


Capacités vidéo

Malgré la réputation de Canon de retenir les fonctionnalités de ses modèles plus abordables, l’EOS R8 bénéficie d’une quantité impressionnante de capacités vidéo de l’EOS R6 II.

L’EOS R8 peut enregistrer des vidéos 4K, dérivées de la capture 6K pleine largeur, jusqu’à 60p. Il peut enregistrer des séquences 10 bits en C-Log3 ou HDR PQ, il dispose de prises casque et micro et, comme la plupart des Canons, d’un écran entièrement articulé. Il a même les connecteurs dans sa griffe pour permettre la connexion d’accessoires, tels que l’adaptateur XLR de Tascam qui permet la capture audio à quatre canaux.

Les broches d’interface à l’avant du sabot permettent l’utilisation de diverses connexions, y compris l’adaptateur audio Tascam CA-XLR2D-C, qui fournit des entrées XLR et TRS, permettant une capture audio à quatre canaux.

Les problèmes de température signifient que 4K/60p et 1080/120 ont une limite de 30 minutes par clip (20 minutes pour 1080/180). 4K ou FullHD 30p peuvent filmer pendant deux heures par clip (bien qu’il soit probable que la capacité de la carte ou de la batterie ait arrêté la procédure avant cela, de toute façon).

Les modes vidéo 8 bits de l’appareil photo peuvent tous être filmés sur des cartes SD de classe U3 relativement abordables. Vous aurez besoin d’une carte V60 plus chère pour la capture C-Log3 10 bits ou HDR PQ.

Performances vidéo

Pour un modèle de milieu de gamme compact et léger, l’EOS R8 peut produire une résolution 4K très détaillée. En effet, la caméra sous-échantillonne à partir de 6K, ajoutant une touche de détail supplémentaire. Comme vous pouvez le voir ci-dessus, que vous filmiez à une fréquence d’images inférieure à 30 ips ou que vous utilisiez le mode interne 60 ips de l’appareil photo, vous obtiendrez des images nettes. Les caméras rivales ne peuvent pas capturer 10 bits 4K/60 dans l’appareil photo comme le R8 peut le faire.

Volet roulant

Au moment de rédiger cette critique, nous étions à peu près sûrs que le capteur était le même que l’unité de 24 mégapixels de l’EOS R6 II plus coûteux de Canon. Nous pouvons vérifier notre intuition non seulement en examinant la qualité de l’image, mais également en vérifiant la vitesse de lecture du capteur. Dans ce cas, les R8 et R6 II sont dans la marge d’erreur. C’est une excellente nouvelle pour l’obturateur roulant en vidéo, mais c’est encore plus important dans le R8 car il s’appuie sur un obturateur électronique au premier rideau lors de la prise de photos.

Canon EOS R8
4K/24P 16,4 millisecondes
4K/60P 14,8 millisecondes
4K/24P (recadrage APS-C) 10,3 millisecondes
4K/60P (recadrage APS-C) 9,3 millisecondes

Retour à l’index


Qualité d’image

Scène d’atelier

Notre scène de test est conçue pour simuler une grande variété de sujets du monde réel avec différentes couleurs, textures et niveaux de détail sur le graphique. Nous en capturons des images sur toute la plage ISO et dans des conditions de lumière vive et faible pour évaluer la qualité globale de l’image.

Nous pensons que dans l’ensemble, la qualité d’image de l’EOS R8 est incroyablement proche de celle de l’EOS R6 II, plus cher. Cela a du sens puisque les deux caméras ont des capteurs de 24 mégapixels très similaires et partagent la technologie de traitement Canon.

Comparé aux appareils photo plein format milieu de gamme concurrents de Sony et Nikon, le R8 rend mieux les détails fins en JPEG, en particulier à des ISO plus élevés lorsqu’il est utilisé avec la réduction du bruit

Dans le profil de couleur JPEG par défaut, le R8 semble juste assez vibrant pour éviter une sursaturation de dessin animé, tout en faisant en sorte que les couleurs du Sony a7 II semblent en sourdine. Le moteur du Canon garde également les tons chair chauds et réalistes.

Réduction de bruit

Dans le scène en basse lumière, la technologie de réduction du bruit plus moderne de Canon conserve les détails fins dans l’image plus longtemps à des ISO plus élevés que l’ancien Nikon et le Sony a7 II de 9 ans, qui efface et écrase le bruit dans un désordre doux et souillé. Bien sûr, il y a un peu plus de bruit dans les images à haute sensibilité ISO, mais cela semble beaucoup plus réaliste et moins pictural que la concurrence. C’est une bonne nouvelle pour les débutants qui espèrent explorer la photographie de nuit, et pour tous ceux qui sont plus enclins à prendre des photos au format JPEG plutôt qu’à traiter des fichiers Raw.



Retour à l’index


Mise au point automatique

Si vous espérez suivre des sujets ou capturer des actions rapides avec l’EOS R8, vous serez satisfait de ses capacités, et à cet égard au moins, vous n’aurez pas l’impression d’avoir manqué en choisissant un plus option de monture R abordable. Même si l’EOS R8 est plus petit et moins cher, il bénéficie d’une grande partie de la technologie de mise au point automatique qui Canon EOS R6 II comprend. Cela signifie toute une série d’options à la fois en AF continu (ce que Canon appelle « AF servo ») et en AF monopoint.

Le R8 comprend également les modes de reconnaissance de sujet de Canon, avec des options pour suivre les trains, les voitures, les animaux et les oiseaux. Lors de l’utilisation, nous avons constaté que le système de détection de visage du R8 captait parfois de faux positifs dans le feuillage d’arrière-plan, ce qui rendait la prise de vue occupée et des scènes floues un peu gênantes.

Heureusement, le système AF de l’appareil photo utilise la détection du sujet et le point AF choisi en conjonction, donnant la priorité au sujet le plus proche du point AF (et s’y tenant si vous avez activé l’AF Servo et le suivi) au lieu de se concentrer sur un visage ou un animal dans votre composition. Vous ne devriez pas avoir à changer constamment les paramètres de mise au point automatique avec l’EOS R8.

Les performances en rafale de cet appareil photo sont assez bonnes et la mise au point automatique précise devrait vous aider à garder votre sujet net lorsqu’il s’approche de vous. À 6 images par seconde avec l’obturateur mécanique et un seul point AF fixe, vous obtiendrez de nombreuses photos de vos rafales parmi lesquelles choisir, et la plupart d’entre elles doivent être nettes.

1 2

3

4

5

6

7

8

9

dix

11

12

13

14

15

16

Les performances de la mise au point automatique à 6 ips sont excellentes lors de l’utilisation d’un seul collimateur AF fixe ou d’une petite zone.

Si votre sujet se déplace de manière plus imprévisible, activez les options de suivi et de détection de personne de Canon et vous devriez pouvoir les suivre, car nous avons constaté un taux de réussite élevé lors de notre deuxième test AF qui s’attend à ce que l’appareil photo identifie et suive un sujet.

1 2

3

4

5

6

7

8

9

dix

11

12

13

14

15

16

Même lors du suivi d’un sujet à travers une scène, l’EOS R8 suit plutôt bien.

Il convient de noter que bien qu’il existe un obturateur électronique qui peut se déclencher à 40 ips, le tampon du R8 se remplit après seulement quelques secondes, ce qui le rend d’une utilisation limitée. Cette lacune est aggravée par la faible autonomie de la batterie et la tendance à accumuler de la chaleur lorsqu’elle est utilisée pendant des périodes prolongées – nous avons remarqué que l’EOS R8 commençait à enregistrer une barre sur la lecture de la température de l’appareil photo après seulement quelques rafales en plein soleil, et la batterie a commencé à tomber après seulement une demi-douzaine de rafales dans ces scénarios de test.

Retour à l’index


Conclusion

Par Brendan Nystedt

Ce qu’on aime Ce que nous n’aimons pas
• Conception légère et compacte
• Bon prix de départ
• Haute qualité d’image
• Jusqu’à 40 ips en rafales avec obturateur électronique
• Large éventail de modes AF de détection de sujet
• Commutateur vidéo/photos pour un basculement hybride rapide
• Modes vidéo compétitifs, y compris 10 bits et 4K/60 intégrés à l’appareil photo
• Charge USB-C PD, prise micro et prise casque incluses
• Autonomie de la batterie très courte
• L’interrupteur d’alimentation On-Lock-Off peut être fastidieux
• Pas de stabilisation d’image dans le corps
• Mise au point automatique vidéo médiocre
• Manque de manette de mise au point automatique
• EVF basse résolution

Bien que l’EOS R8 ne soit pas l’appareil photo le plus performant que nous ayons vu de Canon ces derniers temps, il s’agit d’une option d’entrée de gamme exemplaire. Il offre aux acheteurs d’appareils photo la plupart des performances de l’EOS R6 II haut de gamme, mais dans un package simplifié, ce qui le rend suffisamment simple pour ceux qui essaient un appareil photo plein format moderne pour la première fois. La petite forme et le poids léger le rendent facile à manipuler et pratique à emballer pour un voyage avec son kit d’objectif en remorque.

L’EOS R8, même associé à son objectif en kit, peut créer des images attrayantes, tout en étant suffisamment petit et léger pour s’étendre entre les ronces.

Canon RF 24-50 mm F4.5-6.3 IS STM @ 45 mm | ISO 500 | 1/80 s | F6.3

Mais, du point de vue d’un passionné, la R8 se sent beaucoup plus compromise. Par exemple, le manque de stabilisation d’image dans le corps, la dépendance à l’obturateur électronique du rideau avant et l’absence d’un joystick seront des désagréments. Si vous avez un R6 II, le R8 est un excellent deuxième boîtier pour les voyages et vous obtiendrez une qualité d’image presque identique.

Avec son important sélecteur de mode Stills/Video trouvant une place à côté de l’EVF, le R8 a des spécifications vidéo impressionnantes pour le prix. Le fait que vous obteniez 10 bits et 4K/60 non recadré lui donne une longueur d’avance, mais les inconvénients se feront toujours sentir. Pour les clips courts, il épatera ses pairs immédiats, mais la durée de vie de la batterie, les plafonds d’enregistrement et la surchauffe peuvent rendre sa grande fiche technique moins utile en réalité.

Ajoutez la macro F2 85 mm à 500 $ et quelques lumières et le R8 peut prendre des images tout à fait égales à l’EOS R6 II haut de gamme.

Canon RF 85 mm F2 Macro IS STM | ISO 6400 | 1/125 s | F4.0

Le plus gros problème que le Canon EOS R8 rencontre à maintes reprises est sa faible autonomie. Bien que du point de vue des fonctionnalités et de la qualité d’image, le R8 soit très compétitif, la durée de vie de la batterie est la pire de sa catégorie. Sur le papier et d’après notre expérience, c’est le talon d’Achille de l’appareil photo, avec tout ce qui est intensif détruisant la durée de vie de la batterie. Avec des appareils photo concurrents comme le Sony a7C ou le Nikon Z5, vous doublerez le nombre d’images sur une seule charge. À une époque où nous avons une autonomie de batterie semblable à celle d’un reflex numérique à partir d’appareils photo sans miroir hautes performances, l’EOS R8 ressemble au mauvais type de retour en arrière. Si vous prenez un EOS R8, dépensez l’argent pour une batterie de rechange – ou une batterie USB-C PD.

Si vous pouvez vivre avec ses défauts, l’EOS R8 représente un excellent rapport qualité-prix et élève la barre des performances plein format d’entrée de gamme.

Ensuite, il y a la sélection d’objectifs à monture RF, qui est bien mais pas géniale. Même si le R8 vous fera économiser de l’argent avec son objectif de kit d’effondrement RF 24-50 mm, vous constaterez qu’une grande partie du reste du système (à l’exception de quelques primes abordables, telles que les RF 35 mm et 85 mm) est chère, peut-être niant ce que vous économiseriez en optant pour un corps moins cher comme celui-ci.

Si vous pouvez vivre avec ses défauts, l’EOS R8 représente un excellent rapport qualité-prix et élève la barre des performances plein format d’entrée de gamme.

Notation

Le score est relatif uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour savoir ce que signifient ces chiffres.

Par rapport à ses pairs

Le Canon EOS R8 offre une technologie plus moderne que la concurrence Nikon Z5, y compris un meilleur capteur et une vidéo plus rapide et plus nette. Le système Nikon propose une gamme plus large d’objectifs, y compris ceux de fabricants tiers, ce qui pourrait donner plus d’options aux nouveaux photographes plein format. Le Z5 dispose également d’un viseur plus agréable, d’un joystick de mise au point automatique, d’une meilleure autonomie de la batterie et de deux emplacements pour cartes, ce qui le rend peut-être plus attrayant pour les passionnés.

La sélection d’objectifs sans miroir plein format de Sony est excellente, mais ses appareils photo de milieu de gamme vieillissent. Le a7 II, par exemple, peut sembler être une bonne affaire, mais il a près de dix ans et est médiocre à ce stade. Le plus petit Sony a7c a des performances légèrement plus récentes, et plus de fonctionnalités de mise au point automatique et une grande autonomie de la batterie. Comme il contient des pièces Sony de troisième génération, nous recommandons l’a7c plutôt que l’a7 II si vous voulez qu’un Sony compare le Canon EOS R8.

Le haut de gamme de Canon EOS R6 MarkII est de 1000 $ de plus que le R8, mais offre un corps étanche plus grand, un meilleur viseur, plus de commandes et une bien meilleure autonomie de la batterie. C’est sans doute exagéré pour les débutants à la recherche d’un appareil photo abordable, mais dans l’ensemble, ce sera un meilleur appareil photo pour les passionnés.

Le même prix Canon EOS R7 semble être un concurrent naturel de la R8. Il a de meilleures performances en rafale, une stabilisation dans le corps, un nombre de mégapixels plus élevé, deux emplacements pour carte SD UHS-II… mais un capteur plus petit. Vous n’obtiendrez pas la même faible profondeur de champ d’un appareil photo plein format comme l’EOS R8, ni un tel choix d’objectifs bien adaptés, mais si vous photographiez des sports ou des animaux sauvages, cela pourrait être un avantage. Et, enfin, la batterie du R7 fait honte au R8, offrant jusqu’à 660 prises de vue sur une seule charge.


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans un bulletin d’information/magazine sans autorisation préalable (voir notre page de droit d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils les téléchargent sur leurs propres machines à des fins d’examen personnel ou d’impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Retour à l’index

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *