Images de produits par Dale Baskin

Le Canon EOS R6 II est un appareil photo plein format de 24 MP destiné aux photographes et vidéastes passionnés. Il peut paraître identique à son prédécesseur de l’extérieur, mais il bénéficie de nouvelles fonctionnalités utiles pour les photos et la vidéo tout en offrant une expérience de prise de vue raffinée.

Spécifications clés

  • Capteur CMOS 24,2 Mpx
  • Obturateur mécanique 12 ips (obturateur électronique 40 ips)
  • Stabilisation d’image intégrée évaluée à 8,0 arrêts
  • Détection de sujets AF de personnes, d’animaux et de véhicules
  • Vidéo 4K/60p (suréchantillonnée à partir de 6K)
  • Vidéo 6K ProRes RAW avec un enregistreur Atomos compatible
  • Mode rafale brut avec pré-capture
  • Mode HDR sujet en mouvement
  • EVF de 3,68 millions de points capable d’un rafraîchissement jusqu’à 120 ips (grossissement 0,76x)
  • Écran tactile arrière de 1,62 million de points, 3 pouces
  • Deux emplacements pour carte SD UHS-II
  • Indice de batterie de 580 tirs par charge (CIPA)

L’EOS R6 II est disponible au prix de détail de 2 499 $. Un kit avec l’objectif Canon RF 24-105mm F4-7.1 IS STM USM est disponible au prix de 2 799 $, et un kit avec l’objectif Canon RF 24-105 mm F4 L IS USM est disponible au prix de 3 599 $.



Quoi de neuf

Capteur plein format 24MP

La principale nouveauté du R6 II est un nouveau capteur plein format de 24,2 MP, contre 20 MP dans le R6 d’origine. Cela ne représente pas une augmentation massive de la résolution effective, mais cela permet au R6 II d’égaler la résolution de nombreux appareils photo amateurs populaires.

Comme c’est généralement le cas pour les boîtiers EOS, le nouveau capteur est conçu et fabriqué par Canon. Cependant, bien qu’il ait la même taille et la même résolution que le capteur du produit phare actuel de Canon, le R3, il ne s’agit ni d’un BSI ni d’un capteur empilé. Malgré cela, Canon affirme que les performances de l’obturateur roulant sont toujours améliorées par rapport au capteur du R6. Il est capable d’atteindre des taux de rafale allant jusqu’à 40 images par seconde avec l’obturateur électronique, bien que l’appareil photo passe à une lecture de 12 bits pour y parvenir.

Fonctionnalités vidéo

Le R6 d’origine pouvait capturer des vidéos UHD 4K/60p mais avec quelques limitations : il forçait un léger recadrage (1,07x) sur toute la largeur du capteur, et la vidéo dans tous les modes était limitée à 30 minutes par clip. Le nouveau modèle s’améliore dans les deux domaines tout en ajoutant de nouvelles fonctionnalités intéressantes.

Le R6 II capture des vidéos UHD 4K/60p suréchantillonnées en utilisant toute la largeur de son capteur – plus de recadrage. Il est également possible de capturer du 4K/60p à partir d’un recadrage APS-C du capteur. Dans les deux cas, les performances thermiques semblent améliorées. Canon affirme que vous pouvez enregistrer en 4K/60p jusqu’à 40 minutes en utilisant toute la largeur du capteur et jusqu’à 50 minutes en mode APS-C, en supposant une température ambiante de 23°C (73°F). Il n’y a aucune restriction de temps lors de la prise de vue à des fréquences d’images plus lentes comme 4K/30p ou 4K/24p.

Les performances de fréquence d’images élevée ont également été améliorées, le R6 II étant capable de capturer jusqu’à 1080/180p, contre 1080/120p sur le R6. Cependant, les images Full HD ne sont pas suréchantillonnées, ce qui entraîne une certaine perte de qualité. Canon indique que vous devriez pouvoir enregistrer pendant 60 minutes ou plus dans ce mode avant que la surchauffe ne devienne un problème. Cela fait beaucoup de séquences au ralenti.

Notre équipe chez DPReview TV a pu enregistrer en 4K/60p pendant plus d’une heure à température ambiante (vraisemblablement en dessous de 23°C), ce qui suggère que la surchauffe n’est pas un problème particulièrement important sur cette caméra, sauf si vous devez enregistrer de longs clips, comme interviews, en 4K/60p.

Le R6 II prend également en charge un flux de travail vidéo ProRes RAW lorsqu’il est associé à un enregistreur Atomos compatible. Cela inclut la vidéo Raw 6K utilisant toute la largeur du capteur ou la vidéo Raw 3,7K utilisant un recadrage Super35. La caméra peut enregistrer simultanément des fichiers proxy FHD en interne lors de l’utilisation du flux de travail Raw externe. Le support d’Atomos n’était pas disponible pour tester sur notre boîtier de pré-production, mais le support est généralement annoncé parallèlement au lancement d’un nouvel appareil photo.

Dans d’autres clins d’œil aux utilisateurs de vidéo, Canon a ajouté plusieurs fonctionnalités pour améliorer le flux de travail vidéo. Lorsque vous travaillez en mode vidéo, le menu Q présente une interface différente, plus orientée vidéo et, comme en mode photo, le menu Q peut être personnalisé.

La caméra comprend également une variété de marqueurs de rapport hauteur/largeur, à la fois horizontaux et verticaux, ainsi qu’un affichage en fausses couleurs qui permet de juger facilement de l’exposition d’une scène. Il dispose également d’un mode que vous pouvez activer pour pré-enregistrer et mettre automatiquement en mémoire tampon la vidéo pendant trois ou cinq secondes, en enregistrant le clip avant d’appuyer sur le bouton d’enregistrement.

Mise au point automatique

Selon Canon, le R6 II intègre davantage d’apprentissage automatique dans ses algorithmes AF et hérite d’une partie de la technologie de son produit phare EOS R3 (mais pas du système AF contrôlé par l’œil du R3). Le résultat devrait être une meilleure adhérence lorsque la caméra suit les sujets.

Le R6 II ajoute de nouveaux modes de suivi du sujet, allant au-delà des options « personnes » et « animaux » du R6. Il existe désormais une option « véhicule » optimisée pour les sports mécaniques, les voitures, les motos, les avions (y compris les hélicoptères) et les trains. Le suivi des animaux inclut désormais la prise en charge des chevaux (et des zèbres, pour ceux qui partent en safari), avec la caméra configurée pour reconnaître à la fois l’œil et la tête.

Lorsque vous photographiez des personnes, l’appareil photo peut désormais être réglé pour faire la mise au point sur l’œil gauche ou droit ou pour sélectionner automatiquement l’œil le plus proche. Pour plus de contrôle, il est possible de définir un bouton personnalisé pour basculer manuellement entre les deux yeux.

Cependant, l’ajout qui pourrait s’avérer le plus utile est un nouveau mode « auto » pour la reconnaissance et le suivi du sujet. Au lieu de présélectionner votre mode sujet, la fonction automatique combine tous les modes spécifiques au sujet et tente d’appliquer le meilleur algorithme en fonction du sujet détecté. Cela peut simplifier considérablement le flux de travail de prise de vue lors de la photographie de sujets mixtes.

Enfin, lors de l’enregistrement vidéo, le R6 II comprend un nouveau mode AF « détection uniquement ». Lors du suivi d’un sujet qui disparaît hors du cadre, ce mode demande à l’appareil photo de laisser la mise au point là où le sujet s’est arrêté plutôt que de rechercher de nouveaux sujets.

Mode rafale brute

Le mode rafale brute est une nouvelle fonctionnalité qui superpose certaines fonctionnalités potentiellement utiles en plus de la capacité de prise de vue à 40 ips de l’appareil photo. Cela fonctionne uniquement avec l’obturateur électronique.

Lors de la prise d’une rafale d’images Raw, l’appareil photo regroupe l’ensemble des photos et se présente en mode lecture sous une seule image miniature avec une icône spéciale. Vous pouvez ensuite parcourir la série d’images à partir d’une seule rafale, de la même manière que vous parcourez un groupe d’images en rafale sur de nombreux smartphones, et sélectionner la ou les meilleures photos de chaque séquence à enregistrer.

Cette fonctionnalité a le potentiel d’être très utile. Dans la plupart des scénarios où les tirs en rafale sont courants, il y a de fortes chances que vous essayiez réellement de capturer un seul moment décisif, comme un plongeur juste avant d’entrer dans l’eau. Le mode rafale brute vous permet de revoir chaque séquence de rafale et de sauvegarder la ou les deux prises de vue qui vous intéressent.

Le mode rafale brute comprend également une fonction de pré-prise de vue en option. Lorsqu’il est activé, une demi-pression sur le déclencheur indique à l’appareil photo de commencer la mise en mémoire tampon des images. Une fois l’obturateur complètement enfoncé, l’appareil photo capture une demi-seconde d’images pré-clic mises en mémoire tampon, suivies du reste des prises de vue en rafale.

Sujet en mouvement HDR

Canon a ajouté une nouvelle fonctionnalité appelée HDR à sujet en mouvement. Canon affirme que ce mode peut capturer une plage dynamique supplémentaire sans pratiquement aucune image fantôme des sujets en mouvement, bien qu’il présente certaines limites. Pour commencer, il ne produira pas de fichiers Raw, vous serez donc limité au JPEG. Dans notre boîtier de pré-production, cela a également quelque peu ralenti le tournage en rafale. Enfin, le HDR avec sujet en mouvement élève l’ISO de base à 800. Dans notre utilisation limitée, il a produit des images qui semblaient sur-traitées, et nous n’avons pas particulièrement aimé les résultats exagérés, mais nous ne l’avons pas testé sur un boîtier de production complet.

L’appareil photo peut également créer des images fixes HDR PQ, des images uniques réalistes adaptées à la lecture sur un téléviseur HDR.

Bouts

Le R6 II comprend un mode de scintillement haute fréquence similaire à celui du R3. Il est conçu pour vous permettre d’affiner la vitesse d’obturation afin de compenser des éléments tels que les tableaux d’affichage numériques et l’éclairage LED qui fonctionnent à hautes fréquences.

Retour à l’index


Comment ça se compare

L’EOS R6 II s’inscrit dans l’un des segments les plus compétitifs du marché des appareils photo plein format : des modèles de milieu de gamme destinés aux passionnés voire aux pros.

Le passage de 20 à 24 MP ne constitue peut-être pas une augmentation colossale de la résolution effective, mais c’est probablement une décision judicieuse dans un marché où 24 MP est devenu la norme de facto, et certains modèles commencent à progresser à partir de là (nous cherchons à le faire). à vous, a7 IV).

Le R6 II semble trouver sa place dans ce groupe du côté des performances du spectre. Le système AF très apprécié de Canon et l’obturateur électronique à 40 ips lui donnent une longueur d’avance. Il est également performant sur le plan vidéo, offrant une résolution 4K/60p suréchantillonnée sur toute la largeur de son capteur et la prise en charge d’un flux de travail 6K Raw (externe).

Canon EOS R6II Sony a7 IV Nikon Z6II Canon EOS R6
PDSF au lancement 2 500 $ 2 500 $ 2 000 $ 2 500 $
Taille/type du capteur FSI CMOS (double pixel) BSI-CMOS BSI-CMOS FSI CMOS (double pixel)
Nombre de pixels 24MP 33MP 24MP 20MP
Vitesse de rafale maximale Obturateur mécanique 12 ips
40 ips électronique (12 bits)
10 ips (brut avec perte) 14 images par seconde* Obturateur mécanique 12 ips
20 ips électronique
Cote de stabilisation d’image (CIPA) Jusqu’à 8 EV Jusqu’à 5,5 EV Jusqu’à 5,0 VE Jusqu’à 8 EV
Vitesse de synchronisation du flash 1/250** 1/250 1/200 1/250**
Indice AF en basse lumière*** –5,0 VE –4,0 VE -4,5 VE
(Mode AF faible luminosité –6EV)
–5,0 VE
EVF rés/mag 3,68 millions de points
/ 0,76x
3,69 millions de points
/0,78x
3,68 millions de points
/ 0,80x
3,68 millions de points
/ 0,76x
Lunette arrière Écran tactile entièrement articulé de 1,62 million de points Écran tactile entièrement articulé de 1,04 M Écran tactile inclinable de 2,1 millions de points Écran tactile entièrement articulé de 1,62 million de points
Résolution/taux maximum de la vidéo UHD 4K/60p
(pleine largeur, à partir de 6K)
UHD 4K 30p
(pleine largeur)
UHD 4K 60p
(1,5x recadrage)
UHD 4K 30p
(pleine largeur)
UHD 4K 60p
(1,5x recadrage)
UHD 4K 60p
(1,05x recadrage)
Autonomie de la batterie LCD / EVF (CIPA) 580/320 580/520 410 / 340 510 / 380
Formats de cartes Double carte SD UHS-II 1x SD CFe Type A / UHS-II
1x SD UHS-II
1x CFe Type B
1x SD UHS-II
Double carte SD UHS-II
Poids 670 g (23,6 onces) 659 g (23,2 onces) 705 g (24,9 onces) 680 g (24,0 onces)

* En mode brut 12 bits

** En mode obturateur électronique premier rideau, 1/200 avec obturateur entièrement mécanique

*** normalisé pour l’utilisation d’un objectif F2.0

Retour à l’index


Carrosserie et maniabilité

Corps et commandes

L’EOS R6 II devrait être familier à toute personne utilisant un boîtier EOS. Il comporte trois cadrans principaux, un pour votre index à côté du déclencheur, un pour votre pouce à l’arrière de la plaque supérieure et un grand cadran sur la plaque arrière, une commande qui remonte à l’époque pré-numérique de Canon. Les cadrans peuvent tous être personnalisés pour fournir le flux de travail opérationnel qui vous convient le mieux.

La disposition de la carrosserie et des commandes de la R6 II est presque identique à celle de son prédécesseur. Il a la même prise, les mêmes courbes, les mêmes boutons (pour la plupart), les mêmes dimensions, et fonctionne même avec le même poignée de batterie verticale comme le R6. Comme le R6, il semble substantiel entre vos mains, et Canon le décrit comme résistant à la poussière et aux intempéries, mais pas au même degré que des modèles plus chers comme le R3 ou le R5.

En fait, il n’y a que quelques différences physiques notables entre la R6 et la R6 II, mais elles sont importantes.

Le changement le plus évident est que l’interrupteur marche/arrêt, auparavant situé sur l’épaule gauche de la caméra, a été déplacé vers l’épaule droite. À sa place, l’épaule gauche abrite désormais un commutateur photo/vidéo dédié qui ressemble et se sent presque identique à l’ancien interrupteur d’alimentation.

Pour les utilisateurs R6 existants, il existe un certain risque de confusion ici, et vous pourriez au début vous retrouver à basculer entre les images fixes et la vidéo au lieu d’allumer ou d’éteindre l’appareil photo. Cependant, une fois que vous vous y êtes habitué, le nouvel emplacement du bouton d’alimentation prend tout son sens, car il vous permet de saisir l’appareil photo et de l’allumer d’une seule main. Avoir un commutateur dédié pour basculer entre les images fixes et la vidéo est également pratique. Cependant, l’interrupteur de notre unité de pré-production n’était pas assez rigide pour l’empêcher d’être déplacé par inadvertance plusieurs fois par accident.

L’arrière de la caméra est inchangé, à une exception près : le joystick du R6 est légèrement concave, tandis que celui du R6 II est quelque peu convexe. Cela semble être un changement modeste, mais la forme concave du joystick du R6 permettait de se différencier facilement des boutons environnants au toucher. En revanche, la forme convexe du joystick du R6 II le rend plus difficile à identifier. Dans l’ensemble, nous préférons le design concave.

Le R6 II partage également avec le R6 une fonctionnalité historiquement réservée aux boîtiers Canon les plus professionnels : le bouton « Rate » sur l’épaule supérieure gauche. Il peut appliquer des notes par étoiles sur le terrain tout en examinant les images en mode lecture, qui sont lisibles par la plupart des logiciels de retouche photo.

Affichages et connexions

Le R6 II possède le même écran tactile arrière de 3 pouces de 1,62 millions de points que son prédécesseur, ainsi que le même viseur électronique de 3,68 millions de points pouvant fonctionner à 60 ou 120 ips, avec un grossissement de 0,76x.

Une amélioration fonctionnelle mineure provient du mode de simulation OVF de Canon, qui a fait ses débuts sur l’EOS R3 et offre une expérience d’affichage plus proche de celle d’un reflex. Sur le R6 II, cette fonctionnalité ne bénéficie pas de l’affichage de la plage dynamique plus élevée du R3, elle est donc un peu moins convaincante.

Le R6 II reçoit une mise à niveau sous la forme de la griffe porte-accessoires multifonction de Canon, qui prend en charge les flashs avancés, les microphones ou un Adaptateur audio Tascam qui accepte les connexions de microphone XLR et facilite l’audio à 4 canaux.

L’appareil photo utilise deux emplacements pour carte SD UHS-II, choisissant de ne pas inclure d’emplacement CFexpress comme nous l’avons vu sur certains modèles récents. Il comprend également un port USB-C, des prises micro et casque et une prise pour une télécommande filaire. Il y a un port de sortie HDMI, mais il utilise le connecteur micro-HDMI toujours aussi fragile, ce qui ne manquera pas de faire grincer des dents quelques tireurs vidéo, surtout s’ils envisagent d’utiliser un enregistreur hors caméra.

Les menus du R6 II seront familiers à tous ceux qui ont utilisé un appareil photo Canon. Cependant, Canon affirme avoir simplifié le processus de création de connexions Bluetooth et Wi-Fi, ce que nous n’avons pas pu essayer sur notre unité de pré-production. L’appareil photo prend également en charge la connectivité MFi, ce qui signifie que vous pouvez le brancher directement sur un iPhone pour transférer des fichiers.

Batterie

Le R6 II utilise la même batterie LP-E6NH que celle de nombreux autres appareils photo EOS, bien que Canon ait amélioré la durée de vie de la batterie. Il donne au R6 II 580 prises de vue CIPA dans son mode par défaut (fluide) lors de l’utilisation de l’écran LCD arrière ou 320 prises de vue par charge via le viseur. Cela se compare aux cotes CIPA de 360 ​​et 210 sur le R6 d’origine. Tous ces chiffres passent respectivement à 760 et 450 si vous activez le mode d’économie d’énergie.

Les évaluations CIPA fournissent une base utile pour comparer les performances de la batterie entre les caméras, mais sous-estiment souvent la durée de vie de la batterie par rapport à l’utilisation réelle de nombreuses personnes. Fidèles à notre habitude, nous avons largement dépassé ces chiffres sur notre boîtier de pré-production lorsqu’il est utilisé avec l’EVF ou l’écran LCD arrière, mais la note de 320 prises de vue par charge pour une utilisation EVF est plutôt faible pour cette classe d’appareil photo.

Retour à l’index


Premières impressions

Par Dale Baskin

L’EOS R6 II est, comme on pouvait s’y attendre, une version raffinée de l’EOS R6 original. Là où le R6 était un appareil photo solide, le R6 II donne l’impression d’être un produit plus complet avec le potentiel de plaire à un plus large éventail d’utilisateurs.

Dans un sens, le R6 II est peut-être le meilleur exemple actuel d’appareil photo de type couteau suisse de Canon : il n’excelle dans aucun domaine au point de devenir un produit spécialisé ou de niche, mais il a le potentiel de faire un énormément de choses exceptionnellement bien. Il bénéficie certainement du fait que Canon a désormais plusieurs années de développement EOS sans miroir à son actif, ouvrant la voie à un appareil photo de niveau intermédiaire plus avancé.

Après avoir pris des milliers de photos sur un R6 II de pré-production pendant quelques jours, j’ai eu le sentiment qu’il pouvait s’agir d’un appareil photo assez rapide. La rapidité est relative : le R6 II n’a pas de capteur empilé comme le R3 (et à ce niveau de prix, je ne m’y attendais pas), mais si vous avez besoin de prendre des photos rapidement, 40 ips vous y mèneront, et j’étais agréablement surpris de voir à quel point les artefacts d’obturateur roulant sont rarement apparus dans les images de sports en mouvement rapide.

Bien sûr, ces 40 images par seconde fonctionnent en partie parce que le R6 II bénéficie de l’excellent système AF sans miroir de Canon, qui a maintenant quelques années pour mûrir. Même sur une carrosserie de pré-production, je l’ai trouvé étonnamment réactif, ne prenant souvent qu’une fraction de seconde pour se verrouiller sur une cible en mouvement rapide, comme un vélo BMX volant dans le cadre par le côté. Le fait que le système AF dispose désormais d’un mode de reconnaissance pour détecter différents types de sujets rend l’expérience encore plus fluide.

La plupart des améliorations apportées à cet appareil photo proviennent de flux de travail améliorés pour les images fixes ou vidéo. Par exemple, le mode rafale Raw a le potentiel de permettre un véritable gain de temps. La possibilité de parcourir chaque rafale, à la manière d’un smartphone, et de choisir un ou deux gardiens de chaque séquence tout en étant assis dans un siège d’avion est attrayante. De même, la possibilité de pré-buffer les photos avant d’appuyer sur le déclencheur, comme peuvent le faire d’autres systèmes de caméra, peut être d’une grande aide lorsque les choses sont sur le point d’évoluer rapidement.

Canon semble également déterminé à améliorer les flux de travail vidéo. En plus de spécifications vidéo améliorées et d’une meilleure gestion thermique, des outils tels qu’un menu Q centré sur la vidéo, un affichage en fausses couleurs et la possibilité de pré-mettre en mémoire tampon la vidéo jusqu’à cinq secondes devraient plaire aux vidéastes. Cela ajoute également au mystère de savoir pourquoi Canon n’a pas répondu à l’une des plaintes les plus courantes des vidéastes : l’incapacité d’utiliser l’histogramme ou la jauge de niveau une fois l’enregistrement démarré.

L’EOS R6 II est un appareil photo très performant qui coche de nombreuses cases. Le R6 original était également un appareil photo solide ; en fait, nous l’avons recommandé dans notre guide d’achat comme le meilleur appareil photo pour environ 2 000 $ depuis longtemps, donc le fait que le R6 II s’améliore dans certains domaines critiques tout en ajoutant de nouveaux outils utiles est un très bon signe. J’ai hâte de mettre la main sur un modèle de production complet et de le pousser plus loin, en photographiant une gamme plus diversifiée de sujets et en découvrant tout ce qu’il peut faire.

Retour à l’index


Qualité d’image

Scène de studio

Notre la scène de test est conçue pour simuler une variété de textures, de couleurs et de types de détails que vous rencontrerez dans le monde réel. Il dispose également de deux modes d’éclairage pour voir l’effet de différentes conditions d’éclairage.

Le passage de 20MP dans l’EOS R6 à 24MP dans le Mark II ne fait pas une énorme différence en termes de capture de détails, mais met les spécifications citées en conformité avec la plupart des pairs immédiats de la caméra. En termes de bruit, l’EOS R6 II offre une performance très similaire à ses rivaux à des ISO modérés. Le R6 II et le Sony a7 IV sont tous deux légèrement en retard à leurs réglages ISO les plus élevés.

C’est Affinage JPEG fait du bon travail en extrayant les moindres détails des données brutes, même si son réduction du bruit à des ISO plus élevés n’est pas aussi doué pour conserver les détails que le meilleur de ses contemporains. Cette différence devient plus apparente dans un éclairage plus difficile.

Le Réponse couleur JPEG est la sortie attrayante habituelle de Canon, avec des bleus et des verts assez saturés, des tons chair caucasiens riches et des jaunes qui penchent légèrement vers l’orange plutôt que vers le vert. Cela se traduit par des photos très sympathiques dans la plupart des situations.

Réduction de bruit

En termes de plage dynamique, l’EOS R6 II des performances comparables à celles de ses pairs plein format immédiats. Cependant, si vous regardez les ombres très profondes (qui pourraient devenir visibles si vous essayez d’exploiter la DR complète de l’appareil photo), il semble y avoir une légère tache de détail. Cela ressemble au réduction du bruit que Canon appliquait dans l’EOS R5. Ce n’est pas nécessairement un gros problème, puisque ces tons les plus sombres sont de toute façon presque inutilisables, mais c’est un facteur dans la façon dont le R6 II peut sembler si performant.

Voici nos OIN 6400 et ISO 200 + 5 VE images du test d’invariance ISO, retraitées avec une réduction du bruit minimisée :

Prise de vue à grande vitesse

Nous avons vérifié à la fois la vitesse d’obturation roulante et l’impact sur la plage dynamique de l’activation des modes d’obturation électronique haute vitesse de l’appareil photo. En termes d’obturateur roulant, nous l’avons mesuré à 18 ms (1/56 sec). Ce n’est pas particulièrement rapide par rapport au Sony a9 (1/150 sec), mais c’est assez rapide pour que même assez les sujets en mouvement rapide ne doivent pas être trop déformés s’ils se déplacent dans le cadre pendant que vous prenez une photo. Nous ne recommandons cependant pas d’utiliser le mode 40 ips de l’EOS R6 II pour les sports mécaniques en gros plan ou l’analyse du swing de golf.

Pour atteindre cette vitesse, le capteur semble passer en mode de lecture 12 bits (ce que font la plupart des appareils photo, pour fournir une lecture électronique de l’obturateur suffisamment rapide). Il en résulte que la caméra n’a pas assez de précision pour encoder entièrement toute sa plage dynamique, ce qui explique probablement en grande partie pourquoi les ombres profondes de ses fichiers Raw deviennent beaucoup plus bruyantes.

Retour à l’index


Gestion vidéo

L’EOS R6 II fait bien plus que simplement fournir un commutateur, en termes de simplicité de commutation entre photos et vidéos.

L’EOS R6 II est une caméra vidéo bien spécifiée qui sépare ses paramètres d’images fixes et vidéo afin que vous ne vous retrouviez pas accidentellement à utiliser des vitesses d’obturation et des paramètres de balance des blancs adaptés aux films si vous revenez rapidement du mode vidéo aux images fixes.

Les outils de support incluent un affichage en fausses couleurs (avec une simple touche dans les menus), qui facilite les réglages d’exposition ; il continue de fonctionner dans les modes C-Log et HDR PQ, mais ne peut pas être utilisé conjointement avec l’aperçu corrigé « View Assist » de C-Log. Il ne peut pas non plus être utilisé avec des zèbres ou avec la mise au point, comme on peut s’y attendre. Les fausses couleurs restent actives pendant l’enregistrement, contrairement à l’histogramme à l’écran ou à la jauge de niveaux.

Les fausses couleurs donnent un aperçu monochrome de la scène, avec différentes zones colorées, en fonction de leur luminosité aux niveaux d’exposition actuels. Une touche dans les menus (illustré en encadré) vous aide à mémoriser ce qu’indique chacune des couleurs.

Il est intéressant de noter que vous pouvez modifier les options et leurs positions dans le menu Q pour les modes photo et vidéo, mais, même si vous pouvez ajouter des zèbres ou des pics au menu Q, vous ne pouvez pas ajouter l’accès au mode fausses couleurs ou aux pré-réglages de l’appareil photo. -mode d’enregistrement vidéo.

Ces outils facilitent la prise de vue d’images bien exposées et bien mises au point. D’autres options qui peuvent être ajoutées au menu Q incluent la vitesse AF Movie Servo et la sensibilité du suivi. Cependant, nous avons trouvé que l’AF était nettement moins fiable qu’en mode photo, passant régulièrement à l’arrière-plan.

Le R6 II peut produire un flux de données à encoder au format ProRes RAW si vous connectez un enregistreur Atomos, mais la prise micro HDMI de l’appareil photo risque de rendre cela peu fiable à long terme. Il convient également de considérer l’avantage que cette façon de travailler vous apporte par rapport à une approche C-Log3 10 bits.

Performances vidéo

Nous avons testé le taux d’obturation roulant des différents modes vidéo du R6 II et pris des photos vidéo pour sa sortie 4K pleine largeur et recadrée, afin d’évaluer les niveaux de capture de détails.

Lorsque vous utilisez toute la largeur du capteur, la sortie du R6 II ressemble beaucoup à celui de ses pairs immédiats. Ce qui impressionne, c’est que c’est capture 60p ressemble à ses images 24p. En revanche, tant les Sony a7 IV et Panasonic DC-S5 je dois recadrer pour livrer 60p.

Le Modes de recadrage de l’EOS R6 II sont un peu moins détaillés que ceux pleine largeur (et nous nous attendons également à un coût sonore lié au recadrage). Ils se comparent toujours favorablement aux modes de culture de ses concurrentsmalgré la capture apparemment d’une région légèrement inférieure à 3 840 x 2 160 pixels et la mise à l’échelle du résultat.

En termes d’obturateur roulant, l’EOS R6 II s’en sort très bien, affichant des chiffres confortablement inférieurs à 20 ms pour sa capture pleine largeur suréchantillonnée et des chiffres d’environ 10 ms pour sa région recadrée 1,6x.

60p 23,98p
Pleine largeur 15,2 ms 16,9 ms
1,6x région cultivée 9,5 ms 10,5 ms

Pour référence, le capteur 24MP utilisé dans les Panasonic S5, Nikon Z6 II et Sony a7 III prend environ 22 ms pour lire son 4K pleine largeur, avec pour conséquence un effet d’obturateur roulant. La capture 24p pleine largeur de l’a7 IV prend environ 27 ms et celle de l’EOS R6 d’origine environ 30 ms, ce qui rend les deux très sujets à la distorsion visible de l’obturateur roulant.

Cela dit, nous avons constaté qu’il y avait suffisamment d’obturateur roulant pour qu’il semble exagérer l’action de la stabilisation d’image de l’appareil photo. En particulier lors de l’utilisation d’objectifs grand angle, l’IBIS du R6 II peut avoir tendance à présenter d’étranges oscillations de déformation dans les coins du cadre.

Retour à l’index


Mise au point automatique

L’EOS R6 II dispose de la dernière version de l’interface AF de Canon : vous pouvez choisir parmi jusqu’à cinq tailles de zone AF, de « spot » à « zone entière ». Il existe également trois modes de zone personnalisables, qui vous permettent de définir des rectangles de différentes tailles et proportions en fonction du mouvement de votre sujet dans le cadre. En mode AF continu (« Servo AF » dans la terminologie de Canon), vous pouvez activer le suivi, qui tentera ensuite de suivre tout ce qui se trouvait sous ou à proximité de la région AF choisie.

Je dis « proche » parce que l’appareil photo essaiera de choisir un sujet à suivre, et ce sujet peut être quelque chose immédiatement à côté de votre collimateur AF, plutôt que l’objet souhaité. Cela peut être utile si vous espérez que l’appareil photo suivra l’un des sujets pour lesquels il a été entraîné à reconnaître, mais peut parfois être frustrant lorsque vous le dirigez vers un détail spécifique et constatez qu’il a dérivé vers quelque chose à proximité qu’il a trouvé plus intéressant. ou distinctif. Cette habitude de choisir le mauvais sujet était principalement un problème lorsque l’on essayait d’utiliser le suivi AF pour rester verrouillé sur un point spécifique lors de la recomposition de la photo, plutôt que lors du suivi de sujets en mouvement.

La capacité de l’appareil photo à reconnaître les personnes en tant que sujets contribue à rendre le système AF simple et efficace à utiliser, facilitant ainsi la capture de moments occasionnels.

Canon RF 50mm F1.2L | ISO 400 | 1/1600 s | F1.2
Photo : Jordan Drake

En particulier lorsque la détection des « personnes » est activée, la caméra était extrêmement efficace pour continuer à suivre un sujet choisi, même lorsqu’il détournait le regard et malgré la confusion potentielle des autres personnes présentes dans la scène. Dans l’ensemble, le système AF de Canon réussit à être à la fois simple et puissant.

Comme nous l’avons mentionné, l’AF vidéo est un peu moins fiable, même si cela ne vaut rien que, lors d’un déplacement vidéo, l’option « Movie Servo AF » vous offre le choix si le système AF doit donner la priorité aux types de sujets reconnus ou se concentrer uniquement sur les types de sujets reconnus. sujets. Nous avons trouvé que le paramètre ‘Subj. détecter AF’ sur ‘Détecter. seulement’ la fiabilité de l’AF vidéo a été considérablement améliorée lors de la mise au point sur les personnes.

Retour à l’index


Conclusion

Par Richard Butler

Ce qu’on aime… Ce que nous ne faisons pas…
  • Excellente qualité d’image en Raw et JPEG
  • Superbe ergonomie
  • Prise de vue rapide avec option de pré-rafale
  • Système AF simple et puissant
  • IBIS efficace combiné à la stabilisation intégrée à l’objectif
  • Séparation judicieuse des images fixes et vidéo pour une commutation rapide
  • Ensemble de fonctionnalités vidéo puissantes avec de bons outils de support (fausses couleurs, option audio 4 canaux)
  • Vidéo 10 bits pour l’étalonnage des couleurs ou la lecture directe sur les téléviseurs HDR
  • Autonomie raisonnable de la batterie
  • Chargement USB intégré à l’appareil photo (avec source USB-PD)
  • Chargeur de batterie séparé inclus
  • Le menu Q personnalisable donne un accès rapide à vos paramètres préférés
  • Autofocus moins fiable en mode vidéo
  • Le suivi AF n’est pas toujours assez spécifique pour la sélection et la recomposition du sujet
  • Les taux de rafale les plus rapides utilisent le mode d’obturation électronique DR inférieur
  • Oscillation désagréable dans les vidéos grand angle lors de l’utilisation d’IBIS
  • Réduction du bruit non facultative appliquée aux fichiers Raw
  • L’interface comporte des erreurs de grammaire mineures mais potentiellement déroutantes
  • L’histogramme et la jauge de niveaux ne sont pas disponibles pendant l’enregistrement vidéo
  • Certaines fonctionnalités plus récentes ne peuvent pas être incluses dans le menu Q

Comme tous ses concurrents, l’EOS R6 II offre une excellente qualité d’image et, comme le meilleur de ses pairs, il le soutient avec un autofocus simple et décisif et peut filmer de très bonnes vidéos. En soi, cette combinaison le rend très attractif : son autofocus est meilleur que celui du Nikon Z6 II et sa vidéo a l’avantage sur celle du Sony a7 IV.

La caractéristique qui le distingue vraiment de ses contemporains est sa capacité à prendre des photos jusqu’à 40 ips et à pré-buffer les rafales, pour vous aider à capturer le moment clé. Son obturateur roulant signifie que ces modes ne sont pas idéaux pour capturer des mouvements très rapides, mais ils sont suffisamment bons pour être véritablement utiles. Cela n’en fait pas soudainement un mini EOS R3, mais cela élargit encore les types de photographie que le R6 II peut accueillir.

L’EOS R6 II vous offre toute la qualité d’image que vous attendez d’un appareil photo plein format moderne, dans un emballage qui vous encouragera à l’emporter avec vous.

Canon RF 24-105 mm F4L IS USM à 63 mm | ISO 100 | 1/400 s | F5
Photo : Chris Nicolls

Au-delà des spécifications et des capacités, l’EOS R6 II est tout simplement un appareil photo très agréable à utiliser. Ses menus sont longs, mais sa prise en main est confortable, ses commandes bien placées et une grande attention a été clairement accordée au nombre de points de contrôle dont il a besoin. Cela ressemble à un outil bien rodé, affiné par des personnes qui ont passé beaucoup de temps à utiliser des appareils photo.

Mais ce n’est pas toute l’histoire. La monture RF est relativement jeune et encore il manque beaucoup d’objectifs à prix moyen un passionné pourrait vouloir s’adapter à un corps comme celui-ci. Les anciens objectifs « EF » de Canon peuvent être utilisés, si vous en avez, mais monter un objectif reflex numérique à l’extrémité d’un adaptateur n’est pas la même chose que de disposer d’objectifs natifs modernes. La durée de vie de la batterie (en particulier lors de l’utilisation de l’EVF) semble également un peu limitée pour un appareil photo aussi performant que le R6 II.

Dans l’ensemble, cependant, c’est un appareil photo qui impressionne à chaque fois que vous l’utilisez et, comparé à certains des meilleurs appareils photo que vous puissiez acheter, cela compte beaucoup.

Notation

La notation est relative uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour savoir ce que signifient ces chiffres.

Retour à l’index


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans toute newsletter/magazine sans autorisation préalable (voir notre page droits d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils puissent les télécharger sur leurs propres machines pour un examen personnel ou une impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Galerie d’échantillons de pré-production

Toutes les images prises à l’aide d’un Canon EOS R6 II de pré-production.

Retour à l’index

Nous récupérons les offres pour votre emplacement, veuillez actualiser la page pour voir les prix.