Test du Panasonic Lumix DC-G9 II

Près de six ans après l’annonce du Lumix DC-G9, Panasonic a lancé son successeur, le Lumix DC-G9 II. Il s’agit du modèle haut de gamme de la société destiné aux photographes, et c’est le tout premier appareil photo Lumix Micro Four Thirds à inclure une mise au point automatique à détection de phase. Malgré sa cible démographique, le G9 II est également doté d’une liste étonnamment longue de fonctionnalités vidéo. Une refonte complète, le G9 II est basé sur le châssis des Lumix S5 II et S5 IIX plein format, ce qui lui laisse de la place pour de nombreuses commandes et ports.

Spécifications clés

  • Capteur CMOS 25MP avec double gain de sortie
  • Stabilisation d’image intégrée au corps sur 5 axes (classée CIPA jusqu’à 8 arrêts)
  • Détection de phase sur capteur (779 points)
  • Écran tactile entièrement articulé de 3 po, 1,84 million de points
  • Viseur électronique OLED de 3,86 millions de points avec un grossissement de 0,8x
  • Prise de vue en rafale à 60 ips avec AF-C et obturateur électronique (10 ips mécanique)
  • Mode haute résolution portable 100 MP
  • Jusqu’à 5,8K Open Gate 4:2:0, C4K 4:2:2 10 bits, avec V-Log et HLG
  • Enregistrement ProRes 422 et 422 HQ sur SSD
  • Sortie brute vers les enregistreurs externes Atomos et Blackmagic
  • Autonomie de 390 photos par charge (avec écran LCD)
  • Alimentation USB-C
  • Deux emplacements pour cartes UHS-II

Le prix du G9 II est de 1 899 $ pour le corps seul : une augmentation de 200 $ par rapport à son prédécesseur.


Acheter maintenant:



  • 12 septembre : Première revue publiée
  • 25 mars : Qualité d’image, mise au point automatique, vidéo, conclusion et galerie d’échantillons supplémentaires publiées

Quoi de neuf

Le Lumix G9 II s’écarte du design original du G9 sur plusieurs points clés.

Plutôt qu’un rafraîchissement du concept original du Lumix G9 de type reflex numérique, le G9 II va dans une direction plus moderne. Non seulement il reprend les avancées technologiques de la gamme Lumix S plein format, mais il présente le même design externe que le S5 II annoncé plus tôt dans l’année. Il est plus grand, plus carré et possède plus de commandes que son prédécesseur. Ce n’est pas seulement une conception similaire – c’est littéralement la même coque extérieure, mais sans ventilation et avec une monture d’objectif et un capteur différents à l’intérieur.

Améliorations de l’autofocus hybride et du DR Boost

Le G9 II est basé sur un capteur similaire à celui du GH6, mais qui, selon Panasonic, a été revu tant au niveau matériel que logiciel. La différence la plus évidente est que la version du G9 II possède des éléments de détection de phase qui en font le premier modèle Micro Four Thirds Lumix à offrir une mise au point automatique intrinsèquement sensible à la profondeur.

L’autre changement qui fera une grande différence est la manière dont fonctionne le système de gain à double sortie. Panasonic le décrit comme ayant deux chemins de lecture parallèles soumis à différents niveaux de gain, qui sont ensuite combinés. De cette façon, vous bénéficiez des avantages de capture des hautes lumières d’un faible gain et des performances d’ombre plus nettes des chemins à gain élevé, combinés sous la forme d’un fichier brut de 16 bits pour garantir l’espace nécessaire à l’encodage de cette plage dynamique élargie.

Le capteur du G9 II est dérivé de celui du GH6 mais avec quelques améliorations clés, tant au niveau matériel que logiciel.

Pour le G9 II, Panasonic semble avoir réduit le pas le plus bas offert par la voie à gain élevé. Alors que sur le GH6, le chemin à gain élevé (ombre) n’était utilisé qu’avec des réglages ISO trois valeurs au-dessus de la base (c’est-à-dire 800 ISO en modes couleur standard, 2 000 ISO en mode V-Log), sur le G9 II, Panasonic affirme qu’il est disponible. à partir de l’ISO de base vers le haut, ce qui suggère que l’étape de gain élevé peut être réduite davantage, pour la rendre disponible à ces ISO inférieurs.

Cependant, il convient de noter que les ISO de base du GH6 étaient de 100 pour les modes couleur standard et de 250 pour le V-Log, mais pour le G9 II, ils sont respectivement de 100 et 500. Le saut d’un arrêt dans l’ISO de base en mode V-Log semble suggérer un chemin à gain élevé appliquant un gain de plus d’un arrêt que le chemin faible dans son état de base (plutôt que la différence de 3 arrêts requise pour DR Boost sur le GH6) . Cela n’explique pas comment Panasonic peut proposer un mode incluant un composant à gain élevé tout en conservant le même indice ISO 100 pour le gamma standard, et il est intéressant de noter que lorsque vous dépassez 60 ips (là où le mode Dual Output ne peut pas fonctionner) que l’ISO minimum dans V-Log tombe à 250, ce qui suggère que cela pourrait encore être le véritable état « de base ».

Plus de vidéo que prévu

Contrairement au G9, qui a acquis de nombreuses fonctionnalités vidéo après son lancement, le G9 II offre tout sauf l’évier de la cuisine dès le premier jour. Panasonic jure qu’il s’agit d’un appareil photo pour les photographes, mais le nombre de résolutions vidéo et de fonctionnalités en tient compte : y compris V-Log, open gate 5.8K et prise en charge ProRes – cela le rend presque aussi hybride que le GH6 ou le S5 IIX. Il conserve le port HDMI pleine taille de la série S5 II et peut même enregistrer directement sur un SSD USB-C.

Bien qu’il ne soit pas commercialisé comme modèle hybride, le G9 II possède une tonne de fonctionnalités qui le rendent intéressant pour les tireurs hybrides et les curieux de vidéo.

Avec sa mise au point automatique améliorée, pourquoi achèterait-on un GH6 plutôt que le G9 II ? Soyez assuré que la prise en charge de la carte CFexpress et le ventilateur intégré permettent au GH6 de conserver sa couronne hybride pour le moment. Panasonic affirme que les tireurs du G9 II devraient considérer cet appareil photo davantage comme une caméra B que comme une configuration principale de type run-and-gun et que l’absence de ventilateur pourrait devenir un problème lors de l’enregistrement de vidéos haute résolution dans des environnements chauds.

IBIS amélioré

Le plus petit capteur de type Four Thirds est protégé des bousculades par un système agressif de stabilisation d’image intégré au corps à 8 arrêts, évalué par la CIPA. Panasonic affirme que le système SyncIS, dans lequel les systèmes de stabilisation du capteur et de l’objectif fonctionnent ensemble, n’est évalué que pour 7,5 arrêts et qu’il atteint à ce stade les limites physiques des systèmes de stabilisation optique basés sur l’objectif. Il y a cependant un avantage : la synchronisation entre les systèmes IS du boîtier et de l’objectif permet à l’appareil photo de maintenir 7,5 arrêts de correction à des distances focales plus longues là où le système intégré au corps seul ne le pouvait pas.

Mode haute résolution

L’IBIS amélioré permet également le mode haute résolution portable 100MP du G9 II. Bien que la résolution plus élevée de ce mode signifie qu’il est un peu plus lent d’assembler ses photos, l’algorithme plus sophistiqué utilisé par Panasonic fait un bon travail pour réduire le mouvement du sujet.

Il existe deux modes de traitement du flou de mouvement ; le mode 1 ne le tente pas du tout, et le mode 2 le fait.

Ordinateur de poche 100MP | ISO 100 | 1/250 s | F5.6 | Leica DG 12-60 mm F2.8-4 @ 38 mm équiv.

La scène ci-dessus est animée et vous pouvez voir à quel point le G9 a bien géré le mouvement sur cette photo de 100 mégapixels. Quelques personnes ont des pieds supplémentaires, mais sinon, le mouvement est très bien géré.

Puisque nous parlons de haute résolution, voici un exemple concret de mode trépied. Vous trouverez un exemple supplémentaire dans notre scène de studio plus bas sur la page.

Améliorations de la détection des sujets

L’ancien système AF en profondeur depuis la défocalisation de Panasonic était quelque peu en retard par rapport à la concurrence, mais le G9 II cherche à résoudre ce problème. Avec l’ajout de la détection de phase sensible à la distance, le G9 II apporte également de nouveaux algorithmes de détection et de suivi du sujet.

Il existe un certain nombre de types de sujets dans le menu AF, dont un pour les animaux (principalement des animaux de compagnie, mais il peut également suivre les oiseaux), un pour les voitures (ciblant la photographie de sports mécaniques) et un autre pour les motos (qui, selon eux, peuvent fonctionner pour les vélos, selon l’angle du sujet). À l’instar de la détection humaine améliorée du G9 II, le mode animal propose la détection oculaire comme option supplémentaire.

Recadré au goût. Prise de vue en mode AF pleine zone avec suivi des animaux et mise au point continue.
OIN 125 | 1/400 s | F4 | Leica DG 50-200 mm @ 384 mm équiv.

Composite en direct

Autrefois fonctionnalité exclusive aux appareils photo Olympus, Live Composite a fait son entrée dans la gamme sans miroir de Panasonic en 2020. Il s’agit essentiellement d’un mode multi-exposition dans lequel les objets qui ne changent pas de luminosité sont laissés seuls à chaque prise de vue. Il vous suffit de régler le temps de pose souhaité et le délai avant le début de la prise de vue, puis d’appuyer sur le déclencheur. L’appareil photo prendra des photos en silence jusqu’à ce que vous appuyiez à nouveau sur le bouton.

Converti à partir de Raw en utilisant ACR. Exposition légèrement éclaircie. Tourné en mode Live Composite.
ISO 400 | 8 secondes par exposition | F3.5 | Leica DG 8-18 mm F2.8-4 @ 20 mm équiv.

Comment le Panasonic Lumix DC-G9 II se compare à ses pairs

Le nouveau Panasonic Lumix G9 II est proposé à un prix élevé, ce qui convient à un modèle phare (du moins, en tant que produit phare de la série G de Panasonic pour les photos). Malheureusement, il y a beaucoup de concurrence dans la catégorie des caméras hautes performances à ∼2 000 $. Bien que le nouveau venu dépasse considérablement les spécifications de son prédécesseur, son rival reste dans le monde Micro Four Thirds : l’OM System OM-1 Mark II est plus léger, a une meilleure autonomie de batterie et un EVF de plus haute résolution. C’est aussi un peu plus cher.

Sans parler de la multitude de fantastiques appareils photo APS-C, et nous avons inclus le Fujifilm X-T5 et le Sony a6700 parmi les meilleurs, tous deux moins chers que le Lumix.

Panasonic Lumix G9 II Panasonic Lumix G9 Système OM OM-1 II Sony a6700 Fujifilm X-T5
PDSF 1 899 $ 1 699 $ 2 399 $ 1 399 $ 1 699 $
Nombre de pixels 25,2MP 20,2MP 20,4MP 26MP 40MP
Taille du capteur Quatre tiers
(225 mm²)
Quatre tiers
(225 mm²)
Quatre tiers
(224 mm²)
APS-C
(361mm²)
APS-C
(369 mm²)
Stabilisation d’image Dans le corps + dans l’objectif Dans le corps + dans l’objectif Dans le corps + dans l’objectif Dans le corps ou dans l’objectif Dans le corps ou dans l’objectif
Taux de rafale maximum 10 ips (obturateur mécanique)
60 ips (obturateur électrique)
9 ips (obturateur mécanique)
20 ips (obturateur électrique)
10 ips (obturateur mécanique)
50 ips (obturateur électrique)
11 ips (obturateur mécanique)
11 ips (obturateur électrique)
15 ips (obturateur mécanique)
23 ips (obturateur électrique)
Viseur res/mag 3,68 millions de points
/ 0,8x
3,68 millions de points / 0,83x 5,76 millions de points / 0,83x 2,36 millions de points / 0,70x 3,69 millions de points
/ 0,8x
Lunette arrière Écran tactile articulé de 3,0 po, 1,84 M de points Écran tactile articulé de 3,0 pouces et 1,04 millions de points Écran tactile articulé de 3,0 po, 1,62 millions de points Écran tactile articulé de 3,0 po, 1,04 M de points Écran tactile articulé de 3,0 po, 1,84 M de points
Capacités vidéo Jusqu’à 5,8K/30p à porte ouverte 4:2:0 10 bits Jusqu’à C4K/30p 4:2:2 10 bits Jusqu’à DCI 4K/60p 10 bits Jusqu’à 4K/60p suréchantillonné Jusqu’à 6,2K/30p, 4K/60p sous-échantillonné
Vidéo du journal V-Log, HLG Micrologiciel V-Log à 100 $ OM-Log400, HLG S-Log3, HLG F-Log, F-Log 2, HLG
Prises micro/casque Oui oui Oui oui Oui oui Oui oui Oui oui
Vie de la batterie
(écran LCD)
390 400 520 570 580
Fente pour carte 2x UHS II SD 2x UHS II SD 2x UHS II SD 1x SD UHS II 2x UHS II SD
Poids
(chargé)
658 g (23,21 onces) 658 g (23,21 onces) 599 g (21,13 onces) 493 g (17,4 onces) 557 g (19,6 onces)

Dans l’ensemble, le G9 II est assez compétitif dans le système Micro Four Thirds. Mais en regardant les options APS-C disponibles (comme le Sony A6700 et le Fujifilm X-T5), le G9 II ne semble pas apporter quelque chose de spectaculaire, même s’il s’agit d’une avancée notable pour la série G de Panasonic. . Cela dit, il est le seul ici à pouvoir sortir de la vidéo sur un SSD externe, si la vidéo est votre truc.


Carrosserie et maniabilité

Vu de dos, le Lumix G9 II propose un nouveau joystick à 8 directions et un sélecteur de mise au point automatique amélioré.

Même si le G9 original était loin d’être compact, il avait certainement une philosophie de conception différente de celle de son successeur. Apparemment destiné aux photographes reflex numériques, il s’agissait d’un appareil photo large doté d’une grande plaque supérieure LCD rétroéclairée. Cet appareil photo n’avait également qu’une seule molette de mode d’exposition (sur le côté opposé à la poignée), des molettes de commande avant et arrière et un interrupteur d’alimentation entourant le déclencheur.

Le nouveau G9 II, en comparaison, semble plus moderne. Puisqu’il s’agit fondamentalement du même design que le Lumix DC-S5 II, cet appareil photo offre une tonne de commandes à l’utilisateur. Ne vous y trompez pas : il s’agit d’une refonte entièrement nouvelle, et si vous étiez un grand fan de l’original, vous pourriez être déçu que rien ne soit resté pareil. Cela dit, pour tout ce que vous perdez (comme l’écran LCD supérieur, le levier Fn avant et le port de synchronisation du flash), vous gagnez bien plus (deux molettes plus ergonomiques, un sélecteur AF plus proéminent, une molette dédiée pour la prise de vue en continu, et un joystick 8 directions amélioré).

Le Lumix G9 II, contrairement au S5 II très similaire, n’a pas d’aérations de ventilateur au bas de la bosse EVF.

Et bien que le G9 II soit plus grand et la poignée un peu moins profonde, il parvient toujours à être très confortable à tenir, même si certaines commandes arrière sont un peu regroupées. Dans l’ensemble, même si le poids est le même que celui de l’ancien modèle, ce boîtier Micro Four Thirds semble assez grand pour ce qu’il est.

Quelque chose que certains ont trouvé irritant sur le G9 original était le déclencheur trop sensible. Panasonic a résolu ce problème sur le G9 II avec un design plus ferme et moins facile à déclencher.

Ce qui ne s’est pas beaucoup amélioré, c’est l’EVF, qui est un panneau de 3 680 000 points (1 280 x 960 px) avec une légère diminution du grossissement à 0,8x. À l’usage, c’est tout à fait passable, et le grossissement compense définitivement le manque de résolution. L’écran LCD arrière articulé, en revanche, offre désormais une résolution beaucoup plus élevée, à 1 840 000 points, ce qui permet une expérience de prise de vue détaillée et lumineuse, même en plein soleil.

L’ajout d’un port USB-C et la prise en charge du chargement USB PD constituent une avancée majeure par rapport à la prise USB 3.0 Micro B du G9 d’origine.

Comme son cousin, le Lumix S5 II, le G9 II contient les ports que nous attendons d’un appareil photo phare en 2023. Vous bénéficiez d’un HDMI pleine taille, d’un chargement rapide USB-C PD (avec des vitesses de transfert de 10 Gbit/s et la possibilité d’enregistrer). photos et vidéos vers un SSD externe), ainsi que des prises micro et casque, la première étant positionnée à l’écart de la charnière de l’écran.

Sur le côté opposé se trouvent deux emplacements pour carte SD à vitesse UHS-II, qui peuvent être programmés pour fonctionner en séquence ou en parallèle, en sauvegardant les fichiers sur les deux pour la redondance ou en remplissant la carte suivante une fois la première pleine. Un avantage qui mérite d’être mentionné est que, comme il est physiquement à peu près identique au S5 II, de nombreux accessoires seront compatibles entre les deux modèles, y compris des accessoires propriétaires comme la nouvelle poignée d’alimentation DMW-BG1 et des modules complémentaires tiers comme cages pour montage vidéo.

Batterie

La batterie de 2 200 mAh permet au G9 II de prendre environ 390 photos avec une seule charge.

À l’intérieur du G9 II se trouve la même batterie DMW-BLK22 16Wh que celle que nous avons vue dans d’autres grands modèles Lumix. Cependant, sur le G9 II, vous n’obtenez toujours qu’environ 390 photos avec une charge selon la méthode CIPA avec l’écran LCD ou l’EVF. C’est inférieur aux autres appareils photo de sa catégorie et certainement dans sa gamme de prix, derrière l’OM System OM-1 Mark II de 130 prises et le Fujifilm X-T5 de 190.

Ceci malgré le fait que Panasonic ait mis l’appareil photo en mode veille profonde lorsqu’il est éteint, à partir duquel l’appareil photo met 2 à 3 secondes pour se réveiller. Une fois réveillé, les tentatives suivantes pour allumer l’appareil photo sont plus rapides, mais il convient de savoir que vous ne pouvez pas simplement le sortir de votre sac et prendre une photo.


Qualité d’image

Notre scène de test est conçue pour simuler une variété de textures, de couleurs et de types de détails que vous rencontrerez dans le monde réel. Il dispose également de deux modes d’éclairage pour voir l’effet de différentes conditions d’éclairage.

Le G9 II capture une quantité décente de détails dans ses fichiers Raw à l’ISO de base, bien que l’OM System OM-1 et le Sony a6700 en obtiennent un un peu plus. Moiré est bien contrôlé et compétitif avec la plupart de ses pairs, à l’exception du Sony a6700. À ISO moyens le G9 II ressemble beaucoup à ses pairs, mais de OIN 6400 vers le haut, il prend de plus en plus de retard.

En regardant les fichiers JPEG, le G9 II semble utiliser un peu plus de réduction du bruit que les autres appareils photo de cette comparaison, comme vous pouvez le voir dans ces pinceaux. Les couleurs dans les fichiers JPEG sont vibrant sans être sursaturé. Il y a très peu de bruit à OIN 1600 grâce au système de réduction de bruit de Panasonic. À OIN 6400le G9 II est plus ou moins le même que ses pairs.

Dans les situations où vous pouvez utiliser le mode de décalage de pixels basé sur un trépied, le G9 II est en mesure d’offrir une capture de résolution bien au-delà de ses pairs. Nos prises de vue de test sont quelque peu gênées par ce que nous soupçonnons être des vibrations dans notre studio de test, laissant artefacts hachurés par endroits. Ce ne sera pas toujours le cas, même si cela donne un aperçu de la stabilité dont votre trépied et votre sujet doivent être pour capturer la résolution la plus élevée.

La qualité photo réelle fait oublier que le G9 II utilise un capteur plus petit que la plupart de ses pairs. Qu’il s’agisse de gravures sur des bâtiments du XIXe siècle ou du plumage d’un hibou à oreilles courtes, vous verrez de nombreux détails dans ses fichiers JPEG.

Comme d’habitude, filmer Raw et l’exécuter via Adobe Camera Raw ou DxO PureRAW vous donnera la possibilité d’affiner la netteté. Vous pouvez également créer un style photo personnalisé avec une netteté plus forte.

JPEG hors caméra Ombres/hautes lumières ajustées en ACR

Le capteur du G9 II vous permet d’accentuer les ombres avec une augmentation minimale du bruit, comme indiqué ci-dessus et sur quelques photos de la galerie d’échantillons.

Nos tests DR le confirment et mettent en avant l’amélioration par rapport au GH6. Cependant, Panasonic a pu mettre en œuvre un double gain parallèle à 100 ISO, cela fonctionne, avec des ombres beaucoup plus nettes que son frère (encore) plus axé sur la vidéo. Cela signifie que les fichiers Raw et l’appareil photo dans son ensemble sont plus flexibles.


Mise au point automatique

Le fonctionnement et le réglage de la mise au point automatique ne sont pas très différents de ceux du DC-G9 vieux de 7 ans (ou de tout autre appareil photo Panasonic sorti depuis lors). Un interrupteur vous permet de basculer rapidement entre la mise au point simple, continue et manuelle. Appuyer sur le bouton au centre du commutateur ouvre le menu de la zone AF, qui propose les options suivantes :

  • Suivi
  • Surface complète
  • Zone (horizontale/verticale)
  • Zone
  • 1 zone+
  • 1 zone
  • Localiser

À l’exception du point précis (qui convient bien à la photographie macro), toutes les options AF vous permettent d’activer ou de désactiver la détection du sujet.

Le réglage du point AF peut être effectué de plusieurs manières. Vous pouvez utiliser le joystick, appuyer sur l’écran ou utiliser « Touchpad AF ». Ce dernier est disponible lors de la prise de vue via le viseur ; pour régler le point AF, vous déplacez votre doigt sur l’écran LCD pour ajuster le point AF. Il existe un certain nombre d’options concernant la zone de l’écran utilisée pour le mouvement du collimateur AF. Pour basculer entre les sujets détectés, vous pouvez appuyer sur l’écran ou utiliser le joystick.

Recadré au goût. Prise de vue en mode zone complète avec suivi des animaux et AF continu.
Leica DG50-200 à 400 mm | ISO 100 | 1/640 s | F4

Panasonic propose quatre options de détection de sujets : les humains, les animaux, les voitures et les motos. Pour les deux premières options, vous pouvez sélectionner ce sur quoi vous souhaitez que la caméra se verrouille : œil/visage/corps pour les humains et œil/corps pour les animaux.

Le mode animal du G9 II peut détecter les personnes, les oiseaux, les chiens (domestiques et sauvages) et les félins (grands et petits). Nous l’avons testé avec chacun d’eux et la caméra les a détectés sans problème. C’était impressionnant de suivre les hiboux et les busards busards dans la zone de conservation de Skagit Flats en mode zone complète, même lorsqu’ils s’envolaient.

Personnalisation du comportement AF

L’un des quatre menus permettant de personnaliser la façon dont l’appareil photo réagit aux sujets en mouvement dans AF-C

Il existe quatre ensembles de paramètres personnalisables pour la mise au point automatique continue. Ici, vous pouvez régler la sensibilité AF, la sensibilité du changement de zone AF et la prédiction du sujet en mouvement. L’ensemble 1 est destiné à un usage général, tandis que les trois autres sont destinés à des situations plus spécifiques. Nous avons constaté que choisir l’option la plus adaptée était la plus efficace.

Pour notre test de mise au point automatique continue et de sa capacité à juger de la distance, nous avons utilisé l’ensemble 2, défini comme « (quand) le sujet se déplace à une vitesse constante dans une direction ». La détection des visages a été désactivée.

Le système AF du G9 II a fait du bon travail dans cet exemple. Il a fallu quelques prises de vue pour verrouiller, puis garder le cycliste au point pendant le reste de la course, en anticipant correctement la distance du sujet et en pilotant l’objectif en conséquence.

Nous avons ensuite testé la capacité de la caméra à suivre un sujet se déplaçant dans la scène et s’approchant de la caméra à une vitesse moins prévisible. Ici, nous sommes passés au réglage 4 (« pour les situations où la vitesse du sujet change de manière significative »). Nous avons ensuite effectué le test avec et sans détection de visage.

Comme nous le voyons souvent avec les caméras dans ce test, le G9 II avait du mal à garder la mise au point sur le cycliste pendant les virages, où la vitesse d’approche change soudainement. C’était le cas avec et sans détection de visage activée.

Lorsque nous avons utilisé la détection de visage, lorsque celle-ci a commencé à perdre la mise au point, la caméra a été brièvement trompée par les statues de pompiers en arrière-plan. Heureusement, le G9 II l’a rapidement compris et s’est verrouillé sur le bon sujet. Le G9 II peut prendre des photos à 60 ips avec un AF continu (75 ips est uniquement pour un AF unique) et fonctionne à peu près de la même manière qu’à des vitesses plus lentes, avec le bref distraction des statues. Ces tests ne représentent bien sûr pas toutes les circonstances, mais suggèrent que l’AF du G9 II, même réglé pour correspondre au mouvement attendu du sujet, n’est pas aussi fiable que le meilleur de ses pairs.


Vidéo

Pour ce que Panasonic présente principalement comme un appareil photo, le G9 II dispose d’un ensemble étonnamment complet de fonctionnalités vidéo. Et, comme c’est souvent le cas, Panasonic a ajouté davantage de fonctionnalités vidéo au G9 II depuis son annonce via une mise à jour du firmware.

Le G9 II peut capturer une vidéo 5,8K « à porte ouverte » en utilisant l’intégralité du capteur Four Thirds en utilisant l’un ou l’autre HEVC. Cela donne une séquence 4:2:0 10 bits de 5 760 x 4 320 pixels à 30 ou 24 images par seconde, offrant ainsi la flexibilité de recadrer en post-production ou de réaliser des recadrages verticaux et paysagers à partir de la même séquence. À 5,7K, le rapport hauteur/largeur passe de 4:3 à 17:9 et la fréquence d’images maximale passe à 60p. À des résolutions inférieures, vous pouvez filmer des séquences 4:2:2 et la capture 120p haute vitesse devient également disponible.

La liste des options d’enregistrement vidéo est impressionnante, même si vous pouvez la réduire via des filtres et enregistrer vos favoris dans un menu personnalisé.

Si vous utilisez Apple ProRes, vous obtenez une vidéo 4:2:2, 17:9 jusqu’à 30p ou 16:9 Cinema 4K à 60p. Si vous recherchez une sortie vidéo Raw, le G9 II peut l’envoyer via HDMI pour sélectionner des enregistreurs externes Atomos et Blackmagic.

Le G9 II prend en charge la capture V-Log ou les styles de photo Cinelike D2 modérément plats si vous avez l’intention d’étalonner les couleurs pendant le processus d’édition. Il prend également en charge la capture HLG dans la plupart de ses modes pour une utilisation directe sur les téléviseurs HDR.

Les débits binaires des paramètres de qualité les plus élevés sont si élevés (approchant les 2 Gbit/s dans certains modes ProRes 422) qu’une carte SD ne peut tout simplement pas suivre, vous devrez donc utiliser un SSD connecté via USB-C.

Résolution Fréquences d’images Ratio d’aspect Recadrer Profondeur de bits/chroma Codec Type de support
5,8K
(5760 x 4320)
4:3 porte ouverte 10 bits 4:2:0 H.265 SD/SSD
5,7K
(5728 x 3024)
  • 59,94
  • 50
  • 48
  • 47,95
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
1,89:1 10 bits 4:2:0 H.265 SD/SSD
10 bits 4:2:2 ProRés SSD
4,4K
(4096 x 2160)
1,89:1 10 bits 4:2:0 H.265 SD/SSD
DCI 4K
(4096 x 2160)
  • 119,88
  • 100
  • 59,94
  • 50
  • 48
  • 47,95
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
1,89:1 10 bits 4:2:0 H.265 SD/SSD
  • 59,94
  • 50
  • 48
  • 47,95
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
10 bits 4:2:2 H.264
ProRés SSD
UHD 4K
(3840 x 2160)
  • 119,88
  • 100
  • 59,94
  • 50
  • 48
  • 47,95
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
16:9 10 bits 4:2:0 H.265 SD/SSD
  • 59,94
  • 50
  • 48
  • 47,95
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
10 bits 4:2:2 H.264
ProRés SSD

Lorsque la capture 5,8K open-gate ou UHD 4K est capturée, l’UHD 4K 4:2:2 est restituée via HDMI.
Lorsque 5,7K ou DCI 4K est capturé, DCI 4K 4:2:2 est émis. La capture 48p et 47,95p donne une sortie HDMI 24p ou 23,98p.

Faire défiler cette liste est une tâche fastidieuse, mais vous pouvez utiliser la fonction Rec Quality (Ma liste). Lorsque vous avez trouvé la résolution, la fréquence d’images et les taux de morsure qui vous conviennent, appuyez simplement sur le bouton Q pour les accéder à Ma liste. Vous pouvez ensuite attribuer un bouton pour accéder à la liste que vous avez créée, en vous assurant de n’utiliser qu’un seul de vos modes présélectionnés.

En parlant du bouton Q, il existe des menus Q distincts pour les images fixes et la vidéo. Par défaut, certains paramètres sont partagés entre l’image fixe et la vidéo. Ceux-ci incluent l’exposition, la balance des blancs, le style photo, ainsi que les modes de mesure et AF. Vous pouvez rompre le lien via l’ensemble combiné CreativeVideo. option, trouvée dans la section équipement > qualité d’image 2 du menu, pour contrôler quels paramètres sont reportés et non.

Stabilisation d’image

Il existe deux modes de stabilisation d’image électronique « IS amélioré » qui fonctionnent au-dessus du système IS à déplacement de capteur de l’appareil photo. Cela prend un recadrage petit à moyen du cadre et utilise la zone environnante pour compenser le mouvement de la caméra. L’IS amélioré « Standard » ajoute un petit recadrage de 1,1x, tandis que « Élevé » ajoute un recadrage plus substantiel en échange de sa forte réduction des secousses.

Il convient également de noter la fonction « Boosts IS ». Cela indique à la caméra que vous essayez de garder votre photo complètement immobile et que vous lutterez contre tout mouvement que vous effectuez ensuite, plutôt que d’essayer d’anticiper lesquels de vos mouvements sont intentionnels. Nous l’avons trouvé très efficace pour maintenir une stabilité presque semblable à celle d’un trépied.

Certains autres outils de capture utiles incluent les formes d’onde et les vecteurscopes, l’angle d’obturation, l’assistance à la vue V-Log/HLG, la suppression anamorphique, les distances prédéfinies pour la mise au point automatique du rack et de nombreuses commandes audio.

En 4K (UHD), le G9 II ressemble presque au Sony a6700, qui échantillonne la vidéo à partir d’une zone 6K de l’image. L’a6700 n’est qu’un un peu plus net, même s’il est peu probable que vous le remarquiez dans le monde réel. La même chose est vraie en DCI 4K et 4K/120p paramètres. Les résultats sont similaires en regardant le réglage haute résolution 5,7K par rapport au GH6 de Panasonic, avec la plus petite différence de netteté.

Exemple de vidéo


Conclusion

Ce que nous aimons Ce que nous ne faisons pas
  • Excellente qualité d’image et plage dynamique
  • Corps solide et étanche
  • Portail ouvert et vidéo 5,7K
  • Stabilisation d’image de premier ordre
  • AF réactif avec une reconnaissance impressionnante du sujet
  • Prise de vue en rafale ultra-rapide
  • Pléthore d’outils de capture vidéo et d’options de sortie
  • Mode haute résolution portable impressionnant
  • Deux emplacements pour carte SD
  • Port HDMI pleine taille
  • Autonomie de la batterie bien inférieure à ses pairs
  • Démarrage initial très lent
  • Un EVF à plus haute résolution aurait été bien
  • Un grand nombre de boutons et d’options de menu peut être écrasant au début
  • Le panneau d’information LCD supérieur du G9 a disparu
  • Chargeur de batterie externe non inclus

Le Panasonic Lumix G9 II n’est pas l’appareil photo que l’on aurait pu attendre de Panasonic sur la base de son prédécesseur. Le G9 original était un très bon appareil photo axé sur les photos, doté de quelques fonctionnalités vidéo pour faire bonne mesure. Le G9 II s’appuie sur ces fonctionnalités, les intègre dans le corps du S5 plein format et ajoute des outils vidéo qui le rapprochent assez du GH6.

Converti à partir de Raw en utilisant ACR. Balance des blancs ajustée.
OIN 3200 | 1/60 s | F3.8 | Leica DG 12-60 mm F2.8-4 @ 68 mm équiv.

Le G9 était déjà un appareil photo assez grand, notamment pour le Micro Four Thirds, et il en va de même pour son successeur. Comme on pouvait s’y attendre, le boîtier est étanche aux intempéries, bien que Panasonic ne fournisse pas d’indice IP. Notre G9 II a eu une rencontre rapprochée avec un photographe boueux et a continué après un peu de nettoyage.

Si vous venez de vous procurer le G9 II, vous trouverez peut-être le grand nombre de cadrans et de boutons imposants. Le système de menus est surchargé d’options, donc mettre vos favoris dans « Mon menu » est une bonne idée.

Une autre chose à prendre en compte est que la durée de vie de la batterie du G9 II est inférieure à celle de ses pairs. Si vous utilisez Bluetooth pour géolocaliser ou transférer automatiquement vos photos, elles s’épuiseront encore plus rapidement. Transporter une batterie de rechange ou un bloc d’alimentation (avec prise en charge USB PD) est une bonne idée si vous prévoyez une journée complète de tournage.

Recadré au goût. ISO 100 | 1/320 s | F4 | Leica DG 50-200 mm F2.8-4 @ 400 mm équiv.

L’autofocus du G9 II est généralement assez bon et représente une avancée significative par rapport au G9, ou à tout autre appareil photo Panasonic qui utilise son système Depth-from-Defocus, d’ailleurs. En essayant de photographier des oiseaux, j’ai été surpris par la fiabilité de leur détection, en les verrouillant et en les suivant même lorsqu’ils s’éloignaient de moi. Dans cette situation et dans d’autres que nous avons testées, le système AF peut perdre son sujet, mais il le récupère généralement.

Le capteur de 25 mégapixels du G9 II a encore réduit l’écart entre Four Thirds et APS-C. Les niveaux de bruit sont un peu plus élevés que sur les Sony a6700 et Fujifilm X-T5 et sont un peu en retrait par rapport à l’OM-1. S’il était difficile de repousser les ombres sur l’ancien G9 sans une augmentation notable du bruit, on peut s’en sortir sur le G9 II.

Lorsque le G9 II est sorti, Panasonic l’a qualifié de « point de lancement pour la vidéo ». Le fait est que le G9 II est très proche de la caméra vidéo Micro Four Thirds « officielle » de Panasonic, la GH6. Le G9 II peut faire presque tout ce que le GH6 peut faire, à l’exception des durées d’enregistrement plus longues et de la capture 5,7K/60p qu’offre la conception assistée par ventilateur du GH6.

ISO 100 | 1/125 s | F3.2 | Leica DG 12-35 mm F2.8 @ 52 mm équiv.

Une fonctionnalité vidéo qui m’a vraiment impressionné était Boost IS, conçue pour la prise de vue stationnaire. Il le fait incroyablement bien, éliminant même le léger tremblement de mes mains. Pour des séquences plus orientées vers l’action, les modes de stabilisation électronique les plus traditionnels ont donné de bons résultats, avec un recadrage faible à modéré en fonction de l’intensité.

En conclusion, pour quelqu’un qui photographie avec le G9 original depuis des années, le G9 II de Panasonic constitue une mise à niveau significative à bien des égards, de la reconnaissance du capteur à la reconnaissance du sujet en passant par les vitesses de rafale. Et c’est bien de pouvoir transporter un appareil photo et des objectifs dans une gamme de focales dans un sac relativement petit. Ce n’est pas parfait : la durée de vie de la batterie n’est pas excellente, les menus peuvent être écrasants et le démarrage peut parfois être frustrant. Ceci et le suivi AF qui est seulement bon, plutôt qu’excellent, sont les seules choses qui l’empêchent de remporter notre médaille d’or. Dans l’ensemble, le G9 II s’est avéré être un appareil photo fiable avec une qualité d’image élevée et des modes de calcul utiles, et peut vous aider Bien sur votre chemin pour devenir vidéaste.


Notation

La notation est relative uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour découvrir la signification de ces chiffres.


Par rapport à ses pairs

Le Système OM OM-1 Mark II est un excellent appareil photo conceptuellement très similaire au G9 II. Bien que les deux caméras aient un corps étanche, l’OM-1 II est conforme à la norme IP53 et nous n’aurions aucun scrupule à l’utiliser sous la pluie. L’EVF plus grand et de plus haute résolution de l’OM-1 II est agréable et la durée de vie de la batterie est nettement meilleure. Le G9 II a plus à offrir aux vidéastes sérieux en termes d’outils de support, de résolution, de fréquences d’images et de codecs. Et bien que l’OM-1 puisse reconnaître davantage de sujets, nous pensons que les performances de suivi AF du G9 II présentent un léger avantage. Son prix est également 500 $ inférieur à celui de l’Olympus, argent qui pourrait être dépensé en objectifs.

Le Sony a6700 la conception de style télémètre est à 180° par rapport au G9 II. Il est plus petit, avec moins de commandes, plus exiguës et un EVF décevant. Contrairement au G9 II, il dispose d’un seul emplacement pour carte mémoire et pas de joystick AF. Il possède de nombreuses spécifications fixes et vidéo du Panasonic, même si ce n’est pas au point de capturer des images 4K/120p non recadrées ou des images à porte ouverte. Cela dit, les performances de suivi de la mise au point automatique de l’a6700 sont probablement les meilleures du marché. Sony a également la touche magique en matière d’autonomie de la batterie, qui est deux fois supérieure à celle du G9 II.

Comme le G9 II, le Fujifilm X-T5 semble être orienté vers les images fixes, mais avec des capacités vidéo haute résolution. La vérité est bien différente, avec un obturateur roulant et un recadrage important qui freinent le Fujifilm. La logique de contrôle du X-T5 est beaucoup plus traditionnelle que celle du G9 II, que certains adoreront, et c’est une histoire similaire avec l’écran LCD à deux axes. Le X-T5 dispose également d’un mode haute résolution mais il nécessite plus de prises de vue, n’a pas de correction de mouvement et doit être combiné hors caméra. Les systèmes AF sont similaires avec une bonne reconnaissance du sujet parfois freinée par une mauvaise prévision de la distance, conduisant à des prises de vue considérablement manquées.


Acheter maintenant:


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans toute newsletter/magazine sans autorisation préalable (voir notre page de droits d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils puissent les télécharger sur leurs propres machines pour un examen personnel ou une impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *