Test du Fujifilm X-H2S

Le Fujifilm X-H2S est l’hybride vidéo/photo le plus performant de la société à ce jour : un appareil photo sans miroir à monture X de 26 MP construit autour d’un capteur CMOS empilé.

Il peut prendre des photos jusqu’à 40 ips (15 ips avec obturateur mécanique) et capturer des vidéos 6,2K ou 4K avec capteur complet jusqu’à 120 images par seconde. Comme on pouvait s’y attendre, sa mise au point automatique a reçu un coup de pouce majeur, avec une reconnaissance du sujet et un suivi amélioré.

Spécifications clés

  • Capteur CMOS empilé APS-C 26 MP avec motif de filtre couleur X-Trans
  • Prise de vue en continu jusqu’à 40 ips sans coupure de courant (15 avec obturateur mécanique).
  • Suivi AF et reconnaissance du sujet améliorés
  • Sortie HEIF 10 bits (mais sans option « vrai HDR »)
  • Stabilisation d’image évaluée jusqu’à 7EV
  • Vidéo « à porte ouverte » 6,2K provenant de la région 3:2 complète du capteur
  • Vidéo DCI ou UHD 4K en pleine largeur, jusqu’à 60p
  • Capture DCI ou UHD 4K au ralenti jusqu’à 120 ips (avec recadrage)
  • Choix de codecs, y compris les options ProRes HQ, Std et LT
  • F-Log 2 à partir d’une lecture 14 bits offre une plage dynamique supplémentaire
  • Viseur OLED de 5,76 millions de points avec un grossissement de 0,8x et un rafraîchissement jusqu’à 120 ips
  • Emplacements SD CFexpress Type B et UHS-II
  • Ventilateur de refroidissement en option pour des temps de capture vidéo plus longs
  • Choix de deux poignées en option, la poignée de batterie VG-XH et l’émetteur de lime FT-XH

Le « S » supplémentaire dans le nom du X-H2S implique qu’il doit y avoir un modèle frère mais, pour l’instant, on ne sait pas exactement en quoi l’accent sera mis sur les deux modèles. Le X-H2S a des spécifications vidéo plus avancées que n’importe quel modèle Fujifilm précédent et la société affirme que le « S » signifie vitesse. Fujifilm a annoncé qu’il y aurait également un modèle X-H2 avec un capteur BSI de 40 MP.

Le Fujifilm X-H2S a un prix recommandé de 2 499 $. La poignée de batterie VG-XH qui accepte deux batteries coûte 399 $, tandis que le ventilateur à vis coûte 199 $. Une poignée de transfert de fichiers devrait arriver en septembre au coût de 999 $.



Quoi de neuf

Capteur CMOS empilé et X-Processor 5

Comme nous l’avons vu sur d’autres caméras haut de gamme récentes, l’adoption d’un capteur CMOS empilé s’accompagne d’une augmentation significative de la vitesse de lecture de la caméra. Dans ce cas, cela permet non seulement à l’appareil photo de capturer des images en pleine résolution jusqu’à 40 images par seconde, mais augmente également la fréquence à laquelle le capteur peut fournir des données pour les calculs AF.

Fujifilm affirme que la version empilée du capteur X-Trans 26MP est 3,6 fois plus rapide que la conception BSI monocouche des X-T3 et 4, et que le nouveau X-Processor 5 est 65 % plus rapide que la génération précédente de processeur. Ensemble, cette association permet une prise de vue plus rapide, une mise au point automatique plus rapide et plus sophistiquée, une vidéo à des fréquences d’images plus élevées et avec moins d’obturateur roulant (même lors de la lecture du capteur avec une plus grande profondeur de bits).

Il y a aussi un nouvel obturateur mécanique. Cela donne toujours une cadence de rafale maximale de 15 images par seconde et une vitesse maximale de 1/8 000e, mais il est désormais conçu pour durer 500 000 prises de vue. Comme avec les caméras X précédentes, vous pouvez configurer la caméra pour qu’elle bascule entre le premier rideau entièrement mécanique, électronique et entièrement électronique aux points appropriés, ou sélectionner manuellement votre type d’obturateur.

Il existe également un tampon suffisamment grand pour s’adapter à cette vitesse : l’appareil photo est capable de filmer 184 JPEG ou 175 Raws à 40 ips et plus de 1 000 JPEG en modes 30 ips ou 15 ips, et 400 Raws à cette vitesse inférieure.

HEIF

Le X-H2S acquiert la capacité de capturer des fichiers HEIF 10 bits, plutôt que uniquement des fichiers JPEG 8 bits. Cependant, fait inhabituel, il n’y a pas de possibilité de combiner ce mode avec un mode gamma HDR, comme le profil HLG proposé par le X-H2S en mode vidéo. Cela signifie que vous ne pouvez prendre que des images DR standard, et non des images HDR pour les lire sur des écrans DR 10 bits plus larges, ce qui permettrait de mieux utiliser la capacité de capturer des images 10 bits.

L’option de retraitement Raw intégrée à l’appareil photo vous permet de générer des fichiers HEIF à partir de Raw, mais encore une fois, il n’y a aucun moyen de créer un fichier qui exploite réellement la profondeur de bits supplémentaire (ou celle des écrans modernes). Il existe également une option de conversion HEIF vers JPEG si vous avez besoin de la compatibilité supplémentaire apportée par JPEG.

Mise au point automatique améliorée

Le X-H2S apporte de nouvelles améliorations au système AF de Fujifilm et son fonctionnement est désormais beaucoup plus similaire à celui des derniers appareils photo de Canon, Sony et Nikon. Le suivi du sujet est bien amélioré, collant beaucoup plus tenacement à votre sujet mais, tout aussi important, l’appareil photo utilise désormais le collimateur AF que vous avez choisi ou la zone de suivi AF pour sélectionner les visages à suivre, si la détection des visages/yeux est activée.

La détection des yeux est désormais intégrée au système AF principal. Dans ce cas, l’appareil photo a trouvé un œil près de la zone AF de suivi grise et l’a allumé en jaune pour indiquer qu’il fera la mise au point dessus si vous appuyez à moitié sur le déclencheur.

Il s’agit d’une manière de travailler très simple et rapide, qui vous évite de vous demander si vous souhaitez ou non activer la détection visage/œil : l’appareil photo l’utilisera si votre sujet est reconnu comme un visage.

L’appareil photo dessinera un cadre gris autour des visages qu’il trouve dans la scène et éclairera ces carrés en jaune s’ils sont suffisamment proches de votre collimateur AF pour qu’il fasse la mise au point sur eux si vous lancez la mise au point. Vous ne pouvez pas régler la distance entre un visage et le collimateur AF choisi pour qu’il soit prioritaire par l’appareil photo, mais si vous trouvez qu’il est trop enclin à passer à un visage proche, vous pouvez attribuer un bouton pour basculer la détection du visage/des yeux. allumé et éteint.

Avec le firmware actuel, nous avons constaté que le X-H2S était encore un peu sujet aux faux positifs (en pointant l’appareil photo vers mes pieds, l’appareil photo était convaincu que mes brogues avaient des visages), mais cela est généralement éphémère et ne devrait pas gêner. de vous concentrer sur le sujet que vous avez choisi.

Mise au point automatique par reconnaissance du sujet

Comme la majorité des autres marques, la dernière génération d’appareils photo de la série X bénéficie d’une série de modes de reconnaissance de sujet.

Visage/Oeil Animal Voiture Moto et vélo Avion Des oiseaux Les trains

(y compris le port de lunettes et d’un masque)

  • Roue ouverte
  • Voitures de rallye
  • Voitures particulières
  • Avion de chasse
  • Avion de passagers
  • Avion à hélices

Comme nous l’avons vu récemment sur plusieurs appareils photo, les modes de reconnaissance visage/œil sont séparés des autres modes de reconnaissance du sujet. Vous ne pouvez pas utiliser la détection des visages/yeux en même temps que les modes de reconnaissance du sujet, ils auraient donc pu être combinés en une seule fonction. Parce qu’ils sont séparés, vous devrez attribuer deux boutons si vous souhaitez pouvoir basculer la détection du visage/des yeux et également avoir un accès rapide aux modes de reconnaissance du sujet (si vous avez sélectionné un mode de détection du sujet, activez la détection des yeux). , l’appareil photo ne réactivera pas la détection du sujet lorsque vous désactiverez à nouveau la détection des yeux).

Le réglage d’un bouton pour accéder à la détection de sujet l’active et la désactive : vous devrez accéder aux menus pour changer le type de sujet recherché par l’appareil photo.

Vidéo

Le X-H2S est la caméra vidéo la plus performante jamais conçue par Fujifilm et bénéficie d’un port HDMI pleine taille et d’une prise casque, ainsi que de son entrée micro.

Le X-H1 original représentait une avancée majeure pour la vidéo dans la série X, notamment en raison de l’inclusion de la stabilisation d’image intégrée au corps. Ce développement s’est poursuivi, le X-T4 offrant une stabilisation et une capture 4K 10 bits jusqu’à 60p. Le X-H2S fait évoluer considérablement les choses à partir de là, en ajoutant des options de capture ProRes internes et en vous permettant de filmer en 4:2:2 ou 4:2:0 10 bits dans votre choix de All-I ou LongGOP, pour toutes ses résolutions standard et fréquences d’images.

Le X-H2S ajoute également la possibilité d’enregistrer de l’audio sur 4 canaux et ajoute des options de prise de vue « porte ouverte » à capteur complet 3:2. Mais, ce qui est peut-être l’indication la plus révélatrice qu’il est conçu pour fonctionner à la fois pour les photographes et les vidéastes, il existe un module de ventilateur de refroidissement en option qui peut être vissé à l’arrière de l’appareil photo pour prolonger la durée d’enregistrement.

Appuyez sur le bouton « DISP/BACK » lorsque vous êtes dans le menu « Q » en mode vidéo et vous obtiendrez un affichage affichant les paramètres de capture internes et externes. Vous pouvez accéder aux différents paramètres, puis appuyer sur « OK » pour accéder à la page de menu correspondante.

La 4K jusqu’à 60p est prise sur toute la largeur du capteur (suréchantillonnée à partir de 6,2K). Le mode 4K/120p applique un recadrage de 1,29x, mais est toujours légèrement suréchantillonné, en utilisant une largeur de pixels de 4,8K. Il existe un recadrage de 1,38x pour les modes 1080/240p et 200p de l’appareil photo. Les modes haute vitesse ne peuvent pas être capturés en H.264, ProRes ou H.265 4:2:2 Long GOP, laissant 4:2:2 All-I comme option de qualité la plus élevée.

Fujiiflm indique que l’appareil photo peut filmer en 4K/60p pendant environ quatre heures (en supposant que vous disposez de la capacité de la carte) à 25°C (77°F), mais cela tombe à 20 minutes si le mercure monte jusqu’à 40°C (104°F). F). L’ajout du ventilateur de refroidissement prolonge la durée d’enregistrement à 50 minutes. Le principal avantage est donc la fiabilité lors de la prise de vue : avoir la certitude que votre appareil photo ne surchauffera pas si vous photographiez dans des conditions chaudes.

Le X-H2S a la possibilité d’ajuster la vitesse d’obturation par petits incréments pour éviter tout conflit avec le scintillement des lumières artificielles.

Vous souhaitez modifier votre codec ou votre débit ? Naviguez dans l’option qui semble dicter la carte sur laquelle vous écrivez (elle le fait aussi).
Résolution Codec
(Peu profond)
Fréquences d’images Chroma Type de composition Type de fichier Débits
6,2K

ProRes (10 bits)
422 QG
422
LT

4:2:2 Tout-je MOV Jusqu’à ~2900*
H.265
(10 bits)
4:2:2 ou 4:2:0
LongGOP

DCI 4K
UHD 4K
Pleine HD (17:9)
Full HD
(16:9)

ProRes (10 bits)
422 QG
422
LT
  • 59,94
  • 50
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
4:2:2 Tout-je MOV Jusqu’à ~2000*
H.265
(10 bits)
4:2:2 ou 4:2:0 Tout-je
LongGOP
H.264
(8 bits)
  • 59,94
  • 50
  • 29,97
  • 25
  • 24
  • 23,98
4:2:0 Tout-je MOV
GOP long MOV ou MP4**

* Le débit varie en fonction du niveau de compression ProRes et du framerate
**L’audio est en PCM linéaire, sauf en mode MP4, où la compression AAC est utilisée.

Ensuite, il y a l’ajout d’une nouvelle courbe gamma F-Log 2. Fujifilm affirme que le X-H2S produit ses 6,2K et 4K jusqu’à 30p à partir d’une lecture 14 bits, plutôt qu’en mode 12 bits sur les appareils photo précédents, ce qui signifie que l’appareil photo peut détailler jusqu’à 2 arrêts supplémentaires de plage dynamique en mode vidéo. F-Log 2 est conçu pour intégrer ce DR supplémentaire et utilise un arrêt d’exposition en moins pour capturer un arrêt supplémentaire de hautes lumières.

Modes de couleur standards Fouetter F-Log2
Cote ISO de base 160 640 1250

Malgré la profondeur de bits plus élevée des modes 30p (et plus lents), Fujifilm affirme que le X-H2S offre des taux d’obturation roulant d’environ 10,6 ms en mode F-Log 2, plus rapides que le taux de 16,6 ms du X-T4. Les modes de fréquence d’images plus élevés, ou l’utilisation du profil F-Log d’origine, voient la caméra utiliser un mode de lecture 12 bits, offrant un obturateur roulant de 5,6 ms.

Le X-H2S dispose d’un port HDMI pleine taille, de prises micro et casque et peut accepter un adaptateur XLR Tascam pour permettre l’enregistrement audio sur quatre canaux. Cependant, tout ce qui est branché sur la prise casque peut interférer avec l’écran arrière.

En plus de la capture interne H.264, H.265 et ProRes (422 HQ, 422 ou 422 LT), le X-H2S peut produire un flux brut de 6,2K ou 4,8K via la prise HDMI qui peut être encodé en ProRes RAW par l’enregistreur Atomos Ninja V+ ou BRaw à l’aide d’un Blackmagic Video Assist 12G HDR. Les paramètres de capture et de sortie de la caméra peuvent être vérifiés en appuyant sur le bouton DISP/BACK dans le menu Q.

Le port HDMI pleine taille de la caméra est conforme à la version 2.1 de la norme, ce qui signifie qu’elle peut également produire des vidéos 4K/120p jusqu’à 10 bits 4:2:2.

Retour à l’index


Comment ça se compare

Le X-H2S est le seul véritable appareil photo APS-C haut de gamme du marché. Il offre les capacités sportives que les Canon EOS 7D II et Nikon D500 offraient, mais avec des capacités vidéo bien au-delà de tout ce qu’un reflex numérique pourrait jamais égaler. Ce coûteux capteur CMOS empilé signifie qu’il finit par coûter autant qu’un plein cadre de milieu de gamme.

Alors, sa vitesse lui permet-elle d’offrir quelque chose pour compenser l’inévitable différence de qualité d’image (lorsqu’elle est prise avec les mêmes paramètres d’exposition) ? Nous avons également inclus le Panasonic GH6 dans cette comparaison car il constitue la référence en matière de capacités vidéo, ainsi que le système OM OM-1, car il offre également un moyen relativement peu coûteux d’obtenir un capteur CMOS empilé.

Fujifilm X-H2S Sony a7 IV Panasonic Lumix DC GH6 Système OM OM-1
PDSF 2499 $ 2499 $ 2 199 $ 2 199 $
Taille du capteur APS-C
(367 mm²)
Plein cadre
(864 mm²)
Quatre tiers
(224 mm²)
Quatre tiers (224 mm²)
Type de capteur CMOS empilé BSI-CMOS BSI-CMOS CMOS empilé
Nombre de pixels 26MP 33MP 25MP 20MP
Taux de rafale maximum 40 ips (obturateur électronique)
15 ips (mécanique)
10 ips (mécanique)

8 ips avec AF-C (mécanique)
Obturateur électronique à 75 ips (pas d’AF)

Obturateur électronique 50 ips (avec AF)
Stabilisation d’image Jusqu’à 7 EV Jusqu’à 5,5 EV Jusqu’à 7,5 EV Jusqu’à 7EV (8 avec certains objectifs)
Viseur 5,76 millions de points (jusqu’à 120 ips)
0,8x chargeur
3,69 millions de points
0,78x magnétique
3,68 millions de points
0,76x magnétique
5,76 millions de points
(jusqu’à 120 ips)
0,83x
Modes 4K DCI/UHD/60p
DCI/UHD/120p avec recadrage 1,29x
UHD/30p
UHD/60p avec recadrage 1,5x
DCI/UHD/120p DCI/UHD/60p
Volet roulant (UHD/24p) 5,2 ms
(9,7 ms F-Log2)
26,0 ms 13,3 ms 6,9 ms
(images 10 bits)
Casque / Micro Oui oui
(4 canaux en option)
Oui oui
(4 canaux en option)
Oui oui
(4 canaux en option)
Oui oui
Tir à porte ouverte ? 6,2K 3:2 Non 5,8K 4:3
(avec aperçu décompressé)
Non
Options vidéo ProRes (HQ, Std, LT, Proxy)
H.265 (10 bits)
H.264
H.265 (10 bits)
H.264
ProRes (HQ, standard)
H.265 (10 bits)
H.264
H.265 (10 bits)
H.264
Ventilateur? Facultatif Non Oui Non
Vie de la batterie
LCD/EVF
580/550 580/520 360 / 520 /
Poids 660g 659g 823g 599g
Dimensions 136x93x85mm 131x96x80mm 138x100x100 mm 135x92x73 mm

La vitesse du X-H2 se reflète dans son impressionnant taux de rafale maximal : un peu derrière l’OM-1 mais loin devant l’a7 IV. De même, la vidéo de Fujifilm montre beaucoup moins d’obturateur roulant et peut fournir 60p à partir de toute la largeur de son capteur (les deux utilisent des zones de capteur APS-C pour 60p mais le Fujifilm échantillonne plus de pixels et ne recadre pas, par rapport au mode 24p ou aux images fixes, donc vous ne le faites pas besoin d’un objectif plus large pour prendre des photos au ralenti).

Le X-H2 rejoint également le GH6 en étant capable de filmer des séquences ProRes si vous souhaitez laisser votre carte mémoire prendre le relais, plutôt que votre machine de montage. Il n’offre pas de formes d’onde ni le même niveau de stabilité thermique que le GH6, et il n’a pas non plus de fonctions précieuses (bien que de niche) telles que les aperçus anamorphiques décompressés mais, sur le papier, les spécifications vidéo du X-H2S sont extrêmement compétitives. Son mode F-Log2, conçu pour exploiter la lecture 14 bits, devrait lui donner l’avantage sur le Panasonic dans des conditions de contraste élevé, ce qui dépend en grande partie des performances de son AF vidéo.

Retour à l’index


Carrosserie et tenue de route

Le X-H2S voit le retour du panneau d’état carré de la plaque supérieure du X-H1 d’origine ainsi que sa méthode de contrôle par LED par molette de commande. Il n’y a pas de vitesse d’obturation ni de molette ISO, ce qui signifie que la plupart des paramètres sont modifiés à l’aide des molettes de commande avant et arrière. Contrairement aux modèles plus bas de gamme, ce ne sont pas des cadrans cliquables, mais cela leur permet de paraître plus substantiels.

Il y a une poignée assez importante à l’avant de l’appareil photo et une série de boutons personnalisables, dont deux sur le panneau avant (dont un remplace la commande AFS/AFC/MF). Il existe également quatre boutons situés à côté de l’écran supérieur de l’appareil photo : (REC), ISO, WB et un bouton personnalisé non marqué. Chacun d’eux peut être personnalisé, tout comme le bouton « View Mode » sur le côté de la bosse du viseur et les boutons AF-On, AEL et Q à l’arrière de l’appareil photo.

Cela donne au X-H2S dix boutons personnalisables et, en outre, vous avez la possibilité d’attribuer des fonctions aux quatre directions dans lesquelles vous pouvez faire glisser votre doigt sur l’écran arrière de la caméra. Si cela ne vous suffit toujours pas, vous pouvez définir quatre points du contrôleur quadridirectionnel comme boutons de fonction (plutôt que de déplacer le collimateur AF), ce qui vous amène à 14 boutons physiques et 4 balayages directionnels.

Il y a quatre boutons à droite du panneau d’état supérieur du X-H2S (lorsque vous tenez l’appareil photo). Tous les quatre peuvent être personnalisés.

L’appareil photo dispose d’un joystick AF bien placé et vous avez le choix de déplacer simplement la zone AF ou de modifier simultanément la taille du collimateur AF. En appuyant sur le joystick, vous pouvez soit ramener le collimateur AF en position centrale, zoomer sur le collimateur AF sélectionné ou modifier la taille du collimateur AF.

Le X-H2S devient le premier appareil photo de la série X à utiliser un format de carte autre que SD, avec un emplacement CFexpress Type B utilisé pour sa capture vidéo de la plus haute qualité (les débits nécessaires à la capture ProRes dépassent bien les limites de l’UHS-II). cartes SD).

De l’autre côté de la caméra, on retrouve des améliorations similaires pour la vidéo et la vitesse. Le plus important d’entre eux est l’adoption d’un port HDMI pleine taille. Le port USB du X-H2S bénéficie également d’une mise à niveau : il s’agit toujours d’une prise de type C mais c’est désormais un port USB 3.2 Gen 2 (10 Gbit/s), plutôt que l’interface Gen 1 (5 Gbit/s) sur les X-T3 et X-T4.

Une porte en caoutchouc à la base des caméras dissimule des contacts de communication caméra/poignée un peu plus étendus que ce à quoi nous sommes habitués, permettant un transfert rapide de fichiers à l’aide de l’accessoire FT-XH en option.

Sur la base de la caméra se trouve un connecteur assez conséquent avec 15 contacts métalliques et ce qui semble être une prise USB-C. Ceci est utilisé pour connecter la poignée verticale VG-XH ou la poignée de transfert de fichiers FT-XH. Nous devons supposer que la prise de type USB est utilisée pour transférer des données assez rapidement vers le FT-XH, pour que les connexions Ethernet et Wi-Fi rapides (2 x 2 MIMO) de la poignée en valent la peine. Ne faites cependant pas d’autres projets pour le connecteur : il peut ressembler à un port USB, mais vous ne pouvez pas simplement brancher un câble pour les connexions de données ou d’alimentation.

Viseur et écrans

Il possède le même écran tactile arrière entièrement articulé de 1,62 million de points et 3:2″ que le X-T4. Cela donne une résolution de 900 x 600 pixels et peut fonctionner jusqu’à 60 Hz (dans l’un des modes « Boost » de l’appareil photo). .

Le viseur reçoit à la fois une augmentation de taille et de résolution. Son optique offre un grossissement de 0,8x (en termes équivalents) et le panneau OLED derrière lui a une résolution de 5,76 millions de points, pour offrir une résolution allant jusqu’à 1 600 x 1 200 pixels.

Notre impression est que la visualisation en direct semble exploiter pleinement cette résolution mais en perd une fraction lors de la mise au point. Augmenter le taux de rafraîchissement à 120 ips en mode Boost réduit un peu la résolution, la résolution pendant la mise au point diminuant encore davantage. Il existe également un mode « équivalent 240p » qui assombrit le viseur, ce qui suggère que l’appareil photo insère des images noires entre un flux de 120 ips pour donner plus de séparation entre les images, facilitant ainsi l’interprétation du mouvement.

ISO automatique

Le X-H2S utilise la version la plus récente du système Auto ISO de Fujifilm. C’est bien dans la mesure où l’appareil photo vous permet de configurer trois banques de paramètres ISO automatiques, chacun avec sa propre valeur ISO maximale et son seuil de vitesse d’obturation minimum. Ces seuils peuvent être réglés sur une vitesse d’obturation spécifique ou sur « Auto » qui utilise une vitesse d’obturation de 1/longueur focale équivalente (c’est-à-dire : 1/50 sec pour un objectif 33 mm). Cependant, il n’y a aucun moyen de biaiser cette valeur Auto pour utiliser une vitesse d’obturation plus rapide ou plus lente mais toujours liée à la distance focale, comme vous pouvez le faire sur les meilleures implémentations.

L’ISO automatique peut être utilisé en mode d’exposition manuelle dans les modes photo et vidéo, vous permettant de choisir votre vitesse d’obturation et votre ouverture, puis d’utiliser l’ISO automatique pour conserver la luminosité de l’image que vous avez choisie.

Batterie

Le X-H2S utilise le même NP-W235 que le X-T4. Il s’agit d’une unité de 16 Wh, qui permet à l’appareil photo d’offrir une autonomie de 580 par charge en utilisant l’écran LCD de l’appareil photo et de 550 en utilisant le viseur. Comme toujours, ces valeurs de batterie standard peuvent plutôt sous-représenter le nombre de prises de vue que vous obtiendrez dans de nombreux scénarios de prise de vue. Il n’est pas rare d’obtenir deux fois le nombre de prises de vue, et nous constatons qu’une note supérieure à 500 fournira suffisamment de puissance pour plusieurs jours de photographie fréquente. Vous n’aurez probablement à vous en soucier que si vous filmez des vidéos pendant de longues périodes ou si vous filmez un événement long et intensif, comme un mariage.

Le X-H2S dispose d’une série de modes « Boost » pour mâcher la batterie, en fonction de vos priorités

L’appareil photo dispose d’une série de modes d’alimentation, vous permettant d’augmenter la durée de vie de la batterie à 720 LCD / 610 EVF par charge en mode Économie, ou de la baisser à 530 / 390 si vous souhaitez que l’écran LCD fonctionne à 60 ips et l’EVF à 60 ips. 120 ips dans l’un de ses modes « Boost ».

Vous pouvez alimenter l’appareil photo directement à partir d’une source USB PD suffisamment puissante, ce qui soulage davantage la batterie interne. La poignée verticale VG-XH en option ajoute de la capacité pour deux batteries supplémentaires, en plus de la batterie interne, et augmente la durée de vie de la batterie par 2,6 (nous ne savons pas pourquoi ce n’est pas 3x, mais voilà).

Retour à l’index


Qualité d’image

Scène de studio

Notre la scène de test est conçue pour simuler une variété de textures, de couleurs et de types de détails que vous rencontrerez dans le monde réel. Il dispose également de deux modes d’éclairage pour voir l’effet de différentes conditions d’éclairage.

Nous pensons que la petite différence de netteté apparente entre le X-H2S et les X-T3 et 4 est principalement due à l’exposition légèrement plus sombre, donnant un soupçon de contraste supplémentaire aux procédures, peut-être avec une infime différence de mise au point. Regardez le brut et la différence disparaît essentiellement.

Ce qui est bon à voir, c’est qu’il n’y a pas de coût trop élevé à payer en termes de hautes performances ISO, en échange de la vitesse CMOS empilée du X-H2S. La différence devient apparente au réglages ISO très élevésmais dans la plupart des cas, ce n’est pas significatif.

Comme auparavant, la réduction du bruit ISO élevée est assez raisonnable et fait un travail décent. conserver les détails à des ISO élevéset pas complètement lissage détail peu contrasté. Il y a peu de changement dans rendu des couleurs par rapport au X-T4, mais encore une fois, l’exposition optimale se situe entre 1/60 et 1/50 seconde pour ces deux appareils photo, donc l’image du X-T4 est un peu plus lumineuse que parfaite, tandis que celle du X-H2S est une fraction plus foncé.

Dans l’ensemble, c’est un bon résultat : nous avons été impressionnés par les X-T3 et 4, donc conserver une qualité d’image comparable malgré la forte augmentation de la vitesse est un résultat louable.

Plage dynamique

Les modes DR de l’appareil photo vous permettent d’exploiter la plage dynamique de l’appareil photo en réduisant l’exposition ou l’amplification et en capturant un ou deux arrêts supplémentaires de hautes lumières, pour une prise de vue dans des paramètres à contraste élevé.

Fujifilm XF 16-80 mm F4 R OIS WR @ 16 mm | OIN 320 (DR200) ​​| 1/900 s | F8.0
Photo : Richard Butler

Nos tests de plage dynamique examinent les ombres profondes des images, pour voir si les différences de bruit électronique de lecture ont un impact sur les tons les plus profonds que la caméra peut transmettre.

Si nous regardons une image ISO de base, élevée au niveau d’une prise de vue ISO 3200 avec la même exposition, vous pouvez constater une nette augmentation du bruit. C’est plus que le X-T4 et la différence se creuse dans les tons plus sombres. Ce niveau de bruit augmente légèrement si vous utilisez le mode d’obturation électronique de l’appareil photo (et les modes rafale rapide), ce qui signifie qu’il est probablement préférable d’utiliser une sensibilité ISO plus élevée, plutôt que de vous en tenir à la base pour essayer de protéger les hautes lumières.

C’est une histoire similaire si nous regardons des images ISO de base sous-exposées puis éclaircies (comme vous pourriez le faire lors de la prise de vue d’une scène à contraste élevé). Tu peux voir ça le X-H2S est nettement plus bruyant que le X-T4 dans les ombres les plus profondes, et encore plus bruyant en mode E-obturateur. Avec des poussées moins importantes, vous pouvez voir que le Le X-H2S correspond au X-T4 jusqu’à une levée d’ombre de +4EVou un ascenseur +3EV en mode obturateur électronique.

Cela correspond essentiellement à ce que nous avons vu avec le capteur Stacked du Nikon Z9, par rapport à la puce BSI du Z7 II : une très légère augmentation du bruit de lecture en raison de la lecture rapide étant considérée comme une réduction de la plage dynamique utilisable. Ces différences deviennent légèrement plus importantes dans les modes rafale rapides où l’appareil photo utilise un obturateur entièrement électronique.

Retour à l’index


Mise au point automatique

Le X-H2S utilise une évolution du système AF existant de Fujifilm, avec quelques petits changements. Le plus évident est le remplacement du commutateur AF-S/AF-C/MF par un bouton qui, par défaut, accède à ces mêmes fonctions.

Le mode AF de détection d’animaux peut aider à attirer l’attention de votre chien, même s’il est distrait

Fujifilm XF 16-80 mm F4 R OIS WR à 76 mm | OIN 160 | 1/1250 s | F5.0
Photo : Richard Butler

Le principal changement de comportement est l’ajout de modes de suivi par reconnaissance de sujet. Comme mentionné dans la section « Quoi de neuf », l’activation de la détection du sujet ou de la détection des yeux annule l’autre, mais ne vous ramène pas à l’autre mode, une fois désengagée à nouveau, vous devrez donc faire attention au mode que vous utilisez. rejoignez-nous, si vous vous retrouvez à alterner entre les deux.

DE performance

La première chose que nous avons remarquée est que la détection des visages et des yeux est beaucoup plus persistante que sur les appareils photo Fujifilm précédents (bien qu’elle reste un peu encline à voir des visages dans d’autres objets). Nous n’avons pas eu autant de chance avec les modes de reconnaissance de sujets. Nous n’avons pas pu tous les tester complètement, mais même si les modes de reconnaissance d’animaux et d’oiseaux pouvaient très bien fonctionner, ils semblaient nécessiter que le sujet soit dans un angle spécifique par rapport à l’appareil photo, par exemple : parfaitement latéral ou face à l’appareil photo. Si le sujet vous regardait ou s’éloignait de vous, l’appareil photo le perdait souvent.

Cependant, la reconnaissance n’est qu’une partie du défi de la mise au point automatique, et nous voulions vérifier si l’appareil photo pouvait prédire et évaluer la distance, et effectuer la mise au point sur cette distance, suffisamment rapidement pour sa cadence de prise de vue de 40 ips.

Nous avons effectué notre test AF standard, pour voir dans quelle mesure l’appareil photo peut se recentrer sur un sujet qui s’approche régulièrement, et nous avons constaté qu’il faisait un très bon travail, avec près de 90 % des images parfaitement mises au point et seulement 5 % significativement floues. même à 40 ips.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 dix 11 12 13 14 15 16

16 images prises à partir d’une séquence de 128 prises de vue à 40 ips. Comprend deux des sept images considérablement mal focalisées

Lorsqu’on lui a fixé la tâche la plus complexe consistant à suivre un sujet se déplaçant dans le cadre, s’approchant à une vitesse moins prévisible, il a moins bien fonctionné. Le suivi aspect a fait un excellent travail, avec le collimateur AF toujours positionné sur le sujet partout où il se déplace. Cependant, l’appareil photo n’était pas très efficace pour évaluer la distance à laquelle effectuer la mise au point et se recentrait régulièrement sur l’arrière-plan, apparemment quels que soient les paramètres C-AF de l’appareil photo.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 dix 11 12 13 14 15 16

16 images prises à partir d’une séquence de 221 prises de vue à 30 ips. Cela inclut deux des huit images significativement floues.

Passer à 20 ou 30 ips a considérablement augmenté notre taux de réussite et éliminé la propension à se recentrer sur l’arrière-plan, la caméra faisant un bien meilleur travail de maintien de la mise au point. Lors de nos tests, nous avons obtenu des images plus nettes en prenant des photos à 20 ips avec priorité au déclenchement qu’en prenant des photos à 40 ips avec la priorité à la mise au point sélectionnée, ramenant la proportion d’images parfaitement focalisées à environ 90 %.

Cela donne l’impression qu’essayer de suivre un sujet dans la scène, d’évaluer sa distance et de faire la mise au point à cette distance est tout simplement trop de travail pour un appareil photo essayant également de générer quarante images de 26 MP chaque seconde. Réduire la fréquence de prise de vue à 30 ou 20 ips réduit également considérablement la probabilité que vous atteigniez les limites de la mémoire tampon de l’appareil photo, tout en vous permettant de filmer aussi vite que les dernières caméras de sport professionnelles à plus de 5 000 $.

Tirer le meilleur parti de l’appareil photo pour les sujets en mouvement rapide nécessite que vous passiez un certain temps à apprendre à configurer les paramètres C-AF, pour indiquer un peu à l’appareil photo la façon dont le sujet que vous avez choisi est susceptible de bouger.

Dans l’ensemble, c’est de loin la meilleure performance que nous ayons vue avec un appareil photo Fujifilm. La détection oculaire n’est pas aussi « collante » que les meilleurs appareils photo Canon et Sony (ou le Z9 de Nikon) et le taux de réussite n’est pas toujours celui des meilleurs appareils photo de niveau professionnel, mais avec un peu de travail et le droit objectif, c’est un artiste très crédible, surtout si vous êtes prêt à baisser un peu la fréquence d’images.

Retour à l’index


Vidéo

Le X-H2S, comme le X-H1 original, représente une avancée significative pour Fujifilm en termes de capacités vidéo. Le changement le plus évident est sa capacité à capturer des images ProRes en interne. Même sous la forme « LT » plus petite, il génère toujours des fichiers très volumineux, mais réduit également le besoin de certains logiciels de montage pour transcoder les images avant de pouvoir travailler dessus. Cet ajout vous offre un large choix de codecs dans la majorité des modes de prise de vue de l’appareil photo.

En termes de qualité, à faible fréquence d’images, le X-H2S produit des niveaux de détail très similaires à ceux du X-T4, mais il n’y a pas de recadrage en mode 60p, donc ce niveau de détail est maintenu à des fréquences d’images plus élevées. Passer à Capture au ralenti à 120 ips applique un recadrage de 1,29x et limite votre choix de codecs mais le résultat est toujours bon. (On ne peut pas en dire autant des modes 1080 haute vitesse, qui s’aggravent nettement au-delà de 120 ips).

La différence que notre scène ne peut pas montrer est la vitesse de lecture beaucoup plus rapide. L’avantage le plus évident est qu’il y a très peu de distorsion de l’obturateur roulant lorsqu’il y a un mouvement à travers le cadre et moins de risques d’interaction gênante entre l’obturateur roulant et le mouvement du système de stabilisation d’image.

6,2K UHD 4K DCI 4K
24h 6,2 ms 5,2 ms 4,9 ms
60p 5,2 ms 4,9 ms
120p (recadrage 1,29x) 3,8 ms 3,5 ms
24p F-Log2
(lecture 14 bits)
11,5 ms 9,7 ms 9,1 ms

Mais cette lecture rapide permet également à la caméra de capturer des images avec une profondeur de bits plus élevée que d’habitude. La profondeur de bits de capture peut limiter la plage dynamique d’une caméra, et la plupart des caméras passent de la capture 14 bits à la capture 12 bits lorsqu’elles passent à leurs modes vidéo. Le X-H2S peut filmer en 6,2K ou 4K jusqu’à 30p à partir d’une lecture 14 bits dans son mode F-Log2 et augmente l’ISO de base de 1EV pour capturer des informations de surbrillance supplémentaires (ce qui signifie inévitablement qu’un ton sur deux est créé avec moins de lumière, et ce sera donc plus bruyant). Le taux de lecture 14 bits est plus lent que les autres modes de l’appareil photo mais toujours plus rapide que le 4K du X-T4.

Nous avons tourné notre coin de test DR, avec F-Log2 exposé afin que le patch le plus lumineux soit écrêté, puis nous sommes passés en mode F-Log et avons utilisé des paramètres comparables. Vous pouvez voir les formes d’onde de ces prises de vue en sélectionnant parmi les deux « boutons » supérieurs dans le diagramme ci-dessus. Comme on pouvait s’y attendre, F-Log2 est capable de résoudre un arrêt supplémentaire des faits saillants, par rapport à F-Log.

Il est intéressant de noter que le mode F-Log2 ne semble pas utiliser toute l’étendue du fichier 10 bits, enregistrant uniquement des valeurs jusqu’à 864 (F-Log utilise tout jusqu’à 1023). Cela nous amène à nous demander si F-Log2 utilise la même philosophie que la courbe V-Log de Panasonic : laisser une marge dans la conception de la courbe pour les futurs capteurs à plage dynamique plus élevée (peut-être dans la série GFX).

Les deux « boutons » inférieurs montrent ensuite l’effet de l’application des LUT de Fujifilm qui convertissent cette séquence Log en une réponse tonale à large plage dynamique et une gamme TV standard. Les deux représentent la même luminosité de scène que le gris moyen, mais avec une atténuation plus douce dans le cas de F-Log2 (6 valeurs au-dessus du gris moyen, au lieu de 5).

Même à partir des formes d’onde, vous pouvez voir qu’il y a plus de bruit dans les ombres de la séquence F-Log2, avec des étapes moins bien définies en bas à gauche du diagramme. Vous pouvez toujours utiliser F-Log2 à 50 et 60p, mais la caméra descend à une lecture de 12 bits et il en résulte une pénalité supplémentaire en matière de bruit dans les ombres profondes. Dans l’ensemble, nous considérons F-Log-2 comme un mode qui vous permet de pousser le X-H2S un peu plus fort dans des conditions très contrastées, pour profiter de ses performances améliorées, mais nous ne l’utiliserions qu’en cas de besoin.

Mise au point automatique vidéo

Les options de mise au point automatique du X-H2S en vidéo sont moins avancées que celles en photo : vous pouvez spécifier une zone AF ou demander à l’appareil photo d’identifier et de suivre l’un des sujets qu’il a appris à reconnaître, mais vous ne pouvez pas demander à l’appareil photo de le suivre. tout ce qui se trouve sous le collimateur AF actuel (il n’y a pas de fonction de suivi générique). Cela signifie qu’il y a encore du travail à faire, en s’assurant que l’appareil photo n’a pas sauté sur un autre visage dans la scène si votre sujet détourne le regard, ou en veillant à repositionner manuellement le collimateur AF si votre sujet s’éloigne de sa position initiale.

Vous pouvez indiquer à l’appareil photo la rapidité de refocalisation (rapide pour maintenir la mise au point sur un sujet en mouvement, lent pour effectuer des mises au point lentes et intentionnelles entre les sujets) et sa sensibilité au mouvement du sujet.

Les performances varient assez considérablement selon la conception de l’objectif, certains objectifs étant capables d’effectuer la mise au point de manière fluide et silencieuse et d’autres étant un peu plus bruyants ou plus saccadés, il vaut donc la peine de tester vos objectifs avant de vous engager à utiliser l’AF à plein temps.

Stabilisation d’image et stabilité thermique

La stabilisation de l’image est considérablement améliorée par rapport aux X-H1 et X-T4, la caméra étant beaucoup moins sujette à un recentrage spectaculaire une fois qu’elle atteint l’extrême de sa course. Ce n’est pas aussi raffiné que les caméras Panasonic et OM System, qui savent reconnaître quand le mouvement de la caméra est intentionnel et luttent parfois contre le mouvement que vous essayez d’effectuer. Le mode « Boost », conçu pour lutter contre tout mouvement pour les prises de vue statiques, est cependant très bon, donnant un mouvement léger mais fluide là où il ne peut pas maintenir un verrouillage de type trépied.

Le ventilateur en option étend la plage de température dans laquelle la caméra fonctionne confortablement, mais de nombreux vidéastes peuvent constater qu’ils n’en ont pas besoin.

Nous avons été impressionnés par la résistance du X-H2S à la surchauffe, compte tenu du nombre de modes de débit de données élevés qu’il propose. A température ambiante, c’est uniquement le mode 4K 120fps que nous avons réussi à faire surchauffer (après plus d’une heure). Capture 6,2K et 4K/60p enregistrée essentiellement sans limite. L’ajout du ventilateur a presque doublé la quantité de séquences à 120 images par seconde que nous pouvions capturer. Son principal avantage semble donc être le tournage en extérieur et la tranquillité d’esprit supplémentaire lors des tournages à ne pas manquer.

Retour à l’index


Conclusion

Ce que nous aimons Ce que nous ne faisons pas
  • Excellente qualité d’image avec une large sélection de modes de traitement JPEG
  • Poignée confortable et commandes personnalisables bien positionnées
  • Prise de vue jusqu’à 40 ips avec une mémoire tampon utilement profonde
  • Le système AF amélioré peut être réglé pour donner un taux de réussite très élevé
  • Vidéo incroyablement détaillée avec un minimum d’obturation roulante
  • Large choix de résolutions vidéo, de framerates et de codecs
  • Le mode F-Log2 peut offrir une plage dynamique plus large (jusqu’à 30p)
  • Bonne autonomie de la batterie
  • Peut enregistrer pendant de longues périodes sans surchauffe
  • Le ventilateur en option ajoute de la fiabilité aux tournages vidéo sans ajouter de coût ni d’encombrement pour les photographes
  • L’interface de numérotation de commande fonctionne bien pour les photos et les vidéos
  • Le mode Boost IS donne de bons résultats vidéo lorsque vous n’avez pas de trépied
  • L’AF continu peut avoir du mal à la fréquence d’images la plus rapide de l’appareil photo
  • Les modes de reconnaissance du sujet fonctionnent moins bien si le sujet n’est pas à l’angle prévu par rapport à l’appareil photo
  • Pas de mode de suivi générique en vidéo
  • Le système AF nécessite un certain degré de réglage fin
  • Les banques de paramètres personnalisés ne vous permettent pas de contrôler quels paramètres sont enregistrés
  • Le SI vidéo peut lutter contre les mouvements intentionnels, réduisant ainsi la fluidité
  • L’interface de numérotation de commande ne sera pas du goût de tout le monde

Le X-H2S représente l’appareil photo le plus haut de gamme que nous ayons jamais vu dans la série X : un appareil photo sportif et animalier à prise de vue rapide conçu à la fois pour les photos et la vidéo. Il s’agit essentiellement d’un successeur sans miroir des reflex numériques APS-C haut de gamme que Canon et Nikon fabriquaient, sauf qu’il est capable de filmer plusieurs fois plus rapidement et peut se tourner de manière convaincante vers la capture vidéo 4K de haute qualité.

Il établit certainement une nouvelle norme au sein du système X à bien des égards. Son AF bien amélioré et sa mémoire tampon profonde rendent ses vitesses de prise de vue plus élevées véritablement utiles, et sa sortie vidéo s’écarte du déjà très bon X-T4 à bien des égards.

Le X-H2S dispose d’une large gamme de modes de simulation de film, dont « Nostalgic Negative ».

Fujifilm XF 18-120 mm F4 LM PZ WR @ 34 mm | OIN 160 | 1/1500 s | F4
Tourné avec un X-H2S de pré-production
Photo : Richard Butler

Les performances de mise au point automatique sont au cœur d’une grande partie de la prise de vue d’images fixes du X-H2S. Nous avons constaté que son système AF pouvait être réglé pour donner de très bons résultats, mais le suivi de mouvements complexes à 40 ips était un pas de trop. De même, ses modes de reconnaissance de sujet légèrement pointilleux peuvent entraîner des erreurs de mise au point si votre sujet n’est pas dans une pose adaptée aux photos. Avec un peu de réglage et une certaine compréhension des pièges potentiels, nous avons atteint des taux de réussite très élevés, même en filmant aux 20 et 30 ips qu’offrent ses pairs de qualité professionnelle.

C’est une histoire similaire avec la vidéo : elle fait presque tout extrêmement bien, même si elle est parfois légèrement en retard sur les meilleurs. Ainsi, par exemple, son AF vidéo n’est pas aussi simple et puissant que celui de Canon et Sony, et sa stabilisation n’est pas à la hauteur des niveaux de Panasonic et OMDS, mais elle n’est pas loin dans les deux cas. Ses performances globales et ses superbes images signifient que ses pairs sont comme le Panasonic GH6 ou le a7S III/FX3 de Sony, et il n’est surpassé par aucun des deux.

Même loin de l’action, le X-H2S est un excellent outil photographique

Fujifilm XF 16-80 mm F4 R OIS WR à 55 mm | OIN 160 | 1/1320 s | F5.6
Photo : Richard Butler

Plus généralement, le X-H2S est un superbe appareil polyvalent doté de la suite complète d’options d’imagerie que Fujifilm a développées au cours de la première décennie d’appareils photo à monture X, ainsi que d’un bon degré de personnalisation, d’options de prise de vue connectée et de modes anti-scintillement. … Certains utilisateurs de la série X ont été déçus par le passage des molettes d’exposition dédiées à une conception à molette de commande, mais c’est l’approche dominante dans toutes les autres marques depuis des décennies maintenant (et dans les récents appareils photo GFX), il est donc difficile de faire l’argument selon lequel il est intrinsèquement moins efficace. Sur une caméra hybride/haute vitesse, nous avons constaté que cela fonctionnait bien.

Comme vous vous en doutez, il y a un prix à payer pour toutes ces performances, et le fait qu’il s’agisse d’une prime qui vaut la peine d’être payée dépendra probablement de la quantité de tir requise ou de la possibilité de bénéficier de ce niveau de performance accru. Le X-H2S est présenté comme un hybride photos/vidéo, mais ses performances sont suffisamment élevées pour qu’il constitue un choix solide même si vous prévoyez d’utiliser uniquement ses capacités d’images fixes à haute vitesse ou sa vidéo impressionnante.

Notation

La notation est relative uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour savoir ce que signifient ces chiffres.


Par rapport à ses pairs

En tant que successeur spirituel des modèles 7D de Canon et des appareils photo APS-C hautes performances D300 et D500 de Nikon, il reste peu de pairs directs pour le X-H2S, le système OM OM-1 étant peut-être le plus comparable. Son prix le met en concurrence avec des options plein format moins performantes et des appareils photo spécialisés tels que le GH6 de Panasonic.

Le Système OM OM-1 peut prendre des photos plus rapidement et former des combinaisons objectif/appareil photo plus petites, en particulier pour la prise de vue longue distance/nature. Sa reconnaissance du sujet est très bonne mais son suivi générique est plutôt médiocre, alors que le suivi générique du X-H2S est très bon et ce sont les modes de reconnaissance qui sont un peu moins fiables. L’OM-1 fait un meilleur travail de stabilisation, mais la vidéo du X-H2S vous offre plus de contrôle, plus d’options et de meilleures images. Il est difficile de choisir un « gagnant » absolu, mais le X-H2S a l’avantage en termes de qualité d’image et est probablement le modèle polyvalent le plus cohérent.

Contre les goûts plein format du Sony a7 IV et Canon EOS R6, le X-H2S est désavantagé en termes de qualité d’image (bien que X-mount propose une excellente sélection d’amorces rapides qui peuvent aider à minimiser cet écart). Sa mise au point automatique n’est pas non plus aussi simple à utiliser que sur les deux full-framers. Avec un peu de réglage, le Fujifilm peut extrêmement bien faire la mise au point et peut le faire lors de prises de vue jusqu’à 40 ips (bien qu’il soit plus fiable à 20 et 30 ips) : ce qui le rend beaucoup plus apte à la prise de vue sportive, d’action et de la faune.

Il s’agit essentiellement de savoir si le QI ou les performances sont plus importants pour votre photographie et votre vidéo.

Sa vidéo est également d’un autre niveau, avec d’excellents détails et beaucoup moins d’obturateur roulant que les deux caméras (même si en basse lumière, leurs capteurs plus grands leur donnent un coup de pouce). Il s’agit essentiellement de savoir si le QI ou les performances sont plus importants pour votre photographie et votre vidéo.

La vidéo du X-H2S le met en concurrence avec Le Lumix DC-GH6 de Panasonic. Le Panasonic comprend des fonctionnalités telles que des affichages de forme d’onde et un ventilateur intégré qui donnent à la production professionnelle une certitude que même le ventilateur boulonné du X-H2S ne peut égaler. La stabilisation du GH6 est également beaucoup plus fluide si vous envisagez de déplacer la caméra. L’autofocus du X-H2S est plus fiable (avec les bons objectifs) et il présente un avantage en termes de taille de capteur en termes de qualité de faible luminosité. Dans de nombreuses situations, ses images sont sans doute meilleures et c’est certainement un meilleur appareil photo hybride, si vous envisagez également de prendre des photos. Jordan Drake de DPR TV évaluera les deux caméras du point de vue de la production individuelle dans les semaines à venir.

Retour à l’index


Galeries d’échantillons

Examiner la galerie d’exemples

Galerie d’échantillons de pré-production

Toutes les images prises avec un Fujifilm X-H2S de pré-production

Retour à l’index

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *