Bilan : Autel Evo Lite+ est riche en fonctionnalités mais n’est toujours pas à la hauteur

Les drones Evo Lite d’Autel sont comparables au Air 2S de DJI avec leurs caméras à capteur de type 1 (13,2 x 8,8 mm) 20MP. Là où le Lite+, le modèle haut de gamme de la série Lite, excelle, c’est son ouverture variable et sa capacité à capturer des vidéos jusqu’à 6K/30p. L’Evo Lite+ dispose également de nombreuses fonctionnalités logicielles concurrentes, dont certaines pourraient être plus fantaisistes qu’utiles. Sa télécommande incluse est accessible – peut-être à tort.

Le Lite+ est très maniable et peut rester en l’air jusqu’à 40 minutes. C’est 30 % de plus que la durée d’exécution maximale de 31 minutes du DJI Air 2S. Le Lite+ commence à 1 549 $, et son offre premium, qui comprend des batteries supplémentaires et d’autres accessoires, vous coûtera 1 849 $, soit bien plus que l’Air 2S.

L’Evo Lite+ est-il une alternative intéressante à l’Air 2S de DJI malgré son prix élevé ? Explorons.



Principales caractéristiques

  • Capteur CMOS 20 MP, type 1 (13,2 x 8,8 mm)
  • Objectif 29 mm (équivalent) avec champ de vision de 82° et ouverture variable F2,8 – F11
  • Vidéo 6K/30p, 4K/60p et 1080p/120p
  • Enregistrement H.264 et H.265 à 120 Mbps
  • Capture vidéo A-Log et HDR 8 bits
  • Capture d’images JPEG 8 bits et Raw 10 bits
  • Zoom numérique : 1X – 16X
  • Zoom sans perte : 4K : 1,3X ; 1080p : 3X
  • Transmission d’images Skylink – Portée de 12 km (7,5 mi)
  • Logiciel de suivi de sujet Dynamic Track 2.1
  • SoundRecord pour enregistrer les sons ambiants à distance
  • Temps de vol de 40 minutes
  • 835 g (1,84 lb) de poids total

Par rapport à…

L’Autel Evo Lite+ est quelques crans au-dessus du DJI Air 2S en ce qui concerne le temps de vol et certaines fonctionnalités de l’appareil photo. Il est inférieur au Mavic 3 standard en termes de temps de vol, d’évitement d’obstacles, de taille du capteur de caméra, de profil de couleur et de capacités de zoom.

Autel Lite+ DJIAir2S Mavic 3 (standard)
Prix

1 549 $ (+ 300 $ pour le forfait Premium)

999 $ (+ 300 $ pour le combo FlyMore) 2 049 $ (+ 800 $ pour le combo Fly More)
Caméra

20 MP, Type 1 (13,2 x 8,8 mm)

29 mm équiv. F2.8-F11

20 MP, Type 1 (13,2 x 8,8 mm)

22 mm équiv. F2.8 (fixe)

Capteur CMOS 20 MP, quatre tiers

24 mm équiv. F2.8-11

Transmission vidéo Liaison aérienne, 12 km, 2,7 km/30p OcuSync 3.0 (O3), 4 antennes, 12 km, 1080p OcuSync 3.0 (O3), 4 antennes, 15 km, 1080/60p
Résolution vidéo 6K/30p, 4K/60p 5,4K/30p, 4K/60p 5,4K/30p, 4K/60p
Bitrate vidéo 120 Mbit/s 150 Mbit/s 200 Mbit/s (H.264) / 140 Mbit/s (H.265)
Vidéo du journal A-Log 8 bits, HDR en mode Auto (Pro N/A) (8 bits) A-Log 10 bits, vidéo HDR (10 bits) A-Log 10 bits, vidéo HDR (10 bits)
Zoom

Zoom numérique : 16X, sans perte : 4K, 1,3X 1080p, 3X

Zoom numérique 1-4X

Zoom numérique 1-4X

Obstacles S’arrête avant S’arrête avant et contourne S’arrête avant et contourne
Capteurs d’évitement d’obstacles En avant, en arrière, en bas En avant, en arrière, en bas, en haut Avant, arrière, bas, haut, gauche et droite
Temps de vol 40 minutes 31 minutes 46 minutes
Dimensions 210×123×95 millimètres 180×97×80 millimètres 221×96×90 millimètres
Poids 835g 595g 895g

Bien que l’Evo Lite+ se démarque par sa capacité à capturer des vidéos 6K/30p, celle-ci est limitée à l’enregistrement 8 bits en A-Log et HDR. De plus, le mode Pro, qui vous permet de contrôler de nombreux paramètres, notamment la vitesse d’obturation, l’ouverture, la balance des blancs et l’ISO, ne peut actuellement pas être activé lors du tournage de séquences A-Log ou HDR.

Une autre déception est que les prises de vue AEB, Burst et Timed ne peuvent également être capturées qu’en mode Auto. J’espérais que ces lacunes seraient résolues avec la dernière Mise à jour du micrologiciel V1.4.64 le 9 août, mais ce n’était pas le cas.

Les séries Air 2S et Mavic 3 offrent le système avancé d’assistance au pilote (APAS) de DJI, qui permet au drone de s’arrêter devant ou de contourner des obstacles. L’Autel Evo Lite+ s’arrêtera simplement. Si vous filmez, vous apprécierez peut-être que votre avion manœuvre automatiquement autour d’obstacles dangereux.

Les séries de drones Evo Nano et Lite utilisent l’application Autel Sky, qui est grandement peaufinée et nettoyée par rapport à leur précédente itération Explorer. Il comprend SoundRecord, une fonctionnalité qui vous permet d’enregistrer les sons ambiants du sol avec votre smartphone. Il appliquera automatiquement cet audio à la vidéo enregistrée sur votre téléphone, mais malheureusement il ne sera pas associé au clip de votre carte microSD.

Ce que nous aimons Ce que nous ne faisons pas
  • Vidéo 6K/30p
  • Capteur CMOS de type 1 de 20 MP
  • Ouverture variable
  • Des images nettes
  • Autonomie de 40 minutes
  • Piste dynamique 2.1
  • Possibilité d’enregistrer les sons ambiants pendant le pilotage
  • Pas de vidéo 10 bits, seulement 8 bits
  • Le mode Pro n’est pas encore disponible pour les prises de vue AEB, les séquences HDR ou les vidéos A-Log
  • Pas de contournement automatique des obstacles
  • Pas d’écran LED sur la télécommande

Retour au sommet


C’est pour qui ?

Compte tenu de son prix de départ, de certaines de ses fonctionnalités les plus avancées, et notamment de son objectif à ouverture variable, utile pour choisir la vitesse d’obturation souhaitée pour la vidéo, le Lite+ semble destiné aux pilotes professionnels ou prosommateurs. Ceux qui recherchent des images nettes et détaillées, en particulier la nuit, avec une résolution de 6K/30p ou de 4K/60p devraient considérer ce drone comme une option, en particulier lorsque davantage de mises à jour du micrologiciel sont publiées.

L’application Sky contient des fonctionnalités telles que SkyPortrait (un filtre de flou d’arrière-plan), qui ne fonctionne pas tout à fait comme prévu, et MovieMaster (un système d’édition automatique), qui semble encore insuffisamment cuit, et qui sont clairement destinées aux consommateurs. Cependant, je ne vois pas quelqu’un acheter ce modèle particulier pour l’emmener en vacances ou à la piscine pour photographier des amis – surtout lorsque l’Air 2S contient également le même capteur de taille, a plus de capacités d’évitement d’obstacles et est plus compact.

De plus, les mises à jour du micrologiciel Autel prennent environ 15 minutes, tandis que les autres modèles concurrents en prennent environ cinq. Vous devez faire pivoter le drone dans trois directions différentes au lieu des deux directions habituelles pour calibrer correctement la boussole. Ce sont des choses qui gêneraient un consommateur moyen qui souhaite simplement prendre quelques photos aériennes sans trop de tracas.

Le Lite+, s’il est entièrement développé et mis à niveau selon des normes plus élevées, pourrait être un drone prosommateur pour quelqu’un qui valorise la confidentialité, ne veut pas faire face à d’éventuels problèmes de géorepérage et souhaite peut-être économiser de l’argent en ne se lançant pas à fond. un drone DJI Mavic série 3. Il existe un marché d’utilisateurs inconditionnels d’Autel qui préfèrent ce fabricant à DJI. Cependant, la plupart des gens ne se soucient pas autant de la fidélité à la marque et souhaitent quelque chose de facile à utiliser.


Avion et contrôleur

À 210 x 123 x 95 mm (8,27 x 4,84 x 3,66″) replié, le Lite+ a un cadre plus grand que l’Air 2S et similaire à la série Mavic 3. Ce qui manque ici, ce sont des capteurs d’évitement d’obstacles sur le dessus du drone, comme l’Air 2S, et sur les côtés. Autel affirme que la série Lite « utilise des caméras ultra grand angle à l’avant pour fournir un champ de vision de 150º ». Des capteurs peuvent également être trouvés à l’arrière et au bas de l’avion.

Le bas de l’avion est équipé de capteurs et d’un éclairage auxiliaire particulièrement utile la nuit.

Il y a un voyant de remplissage au bas de l’avion qui s’avère très pratique, situé entre certains des capteurs montés sur le ventre. Si le système de vision inférieure et le capteur à ultrasons déterminent qu’il fait trop sombre ou que l’avion est à proximité du sol, la lumière de remplissage s’allumera automatiquement. La lampe peut également être activée dans l’application Sky.

Quand j’ai révisé l’Evo II, j’ai été déçu de la qualité de la télécommande. Il était difficile à tenir et il y avait deux boutons égarés à l’arrière qui permettaient de déclencher facilement des fonctions auxquelles je n’avais pas prévu. Mais il disposait d’un écran LED qui vous permettait d’afficher des informations de vol pertinentes, ce qui signifie que vous pouviez piloter l’avion sans smartphone, si vous le souhaitez.

La télécommande qui alimente les séries Lite et Nano est un peu trop épurée. Il n’y a plus d’écran LED pour vous donner des informations de vol pertinentes, ni de commutateurs pour basculer la vitesse de l’avion ou entre les modes GPS et ATTI.

Bien que la télécommande de l’Evo Lite+ soit légère et ergonomique, elle présente quelques défauts. Il lui manque un écran, ainsi qu’un interrupteur pour basculer entre les vitesses de vol. Vous pouvez les activer dans l’application, mais c’est une meilleure expérience de l’avoir facilement disponible en appuyant littéralement sur un interrupteur.

Ce serait également bien de pouvoir basculer entre le mode Positionnement (P) avec GPS et le mode ATTI via la télécommande, mais il n’y a aucun contrôle pour cela. La télécommande manque également d’emplacements dédiés pour stocker les joysticks si vous les dévissez.

Un dernier reproche au contrôleur : vous devez allumer complètement la télécommande pour déterminer la quantité d’énergie restante. Avec les télécommandes DJI, il vous suffit d’appuyer une fois sur le bouton d’alimentation pour savoir si vous devez la charger ou si vous êtes prêt à voler.

Retour au sommet


Photos et vidéo

La caméra du Lite+ dispose d’un capteur CMOS de 20 MP de type 1 (13,2 x 8,8 mm), monté sur un cardan à 3 axes. Ce module de caméra est doté d’un objectif à ouverture variable F2.8 – F11 de 29 mm (équivalent) avec un FOV de 82º. La série Mavic 3 dispose également d’un objectif à ouverture variable, tandis que l’Air 2S est un F2.8 fixe.

Comme l’Autel Evo II, beaucoup plus volumineux, le Lite+ dispose d’un appareil photo 6K à ouverture variable et d’un capteur de type 1 (13,2 x 8,8 mm).

Autel a introduit sa fonction SkyPortrait d’isolation du sujet avec les drones Nano et Lite de dernière génération. Selon le mode que vous sélectionnez, « Fermer », « Moyen » ou « Long », le drone se positionnera en conséquence et l’arrière-plan sera automatiquement flou numériquement pour une image plus professionnelle.

Je l’ai essayé et cela a fonctionné, dans une certaine mesure. Cependant, je ne pense pas que l’image ait le fini professionnel ou la profondeur de champ qu’Autel avait envisagé lors de la création de cette fonctionnalité. Vous pouvez voir que l’arrière-plan est légèrement flou, mais pas suffisamment pour rendre l’image plus captivante. Un petit capteur derrière un objectif grand angle, quelle que soit l’ouverture ou l’assistance informatique, aura toujours du mal à générer une faible profondeur de champ.

L’arrière-plan est très légèrement flou dans cette image SkyPortrait, prise à une distance « moyenne ».

Le Lite+ vous permet d’enregistrer des vidéos à des résolutions allant jusqu’à 6K/30p, 4K/60p et 1080p/120p à 120 Mbps en codec H.264 ou H.265. Vous pouvez également zoomer numériquement jusqu’à 16X à 6K/30p. Le Lite+ dispose également d’une fonction de « zoom sans perte », jusqu’à 1,3X en 4K/30p et 3X en 1080p, bien qu’en recadrant le capteur, cela entraîne inévitablement un certain coût en matière de bruit/qualité.

L’Evo Lite+ capture des séquences 4K/30p fluides.

Vraisemblablement dans le but de rivaliser avec MasterShots de DJI, une fonctionnalité qui génère automatiquement un montage brillant à partir d’une série de clips différents, Autel a proposé MovieMaster. Malheureusement, il n’est pas aussi raffiné ni aussi convivial. Fastidieux est un meilleur mot pour le décrire.

MovieMaster est assez facile d’accès. Vous n’avez pas besoin d’allumer le drone ou de le connecter à la télécommande. Ouvrez simplement l’application Autel Sky et appuyez sur « Album » dans le coin inférieur gauche pour commencer. À partir de là, vous pouvez sélectionner les clips vidéo et les photos que vous avez prises avec votre drone dans la bibliothèque d’images de votre smartphone.

Il existe deux modes de création dans MovieMaster : Thème et Manuel.

Est-ce que quelqu’un veut vraiment un film entier avec un seul effet comme Mirror World ? Probablement pas. Ceci est un exemple d’effet qui devrait être limité à une brève partie d’une vidéo.

Le mode Thème propose 9 modèles personnalisés différents, dont Mirror World, Wonderful World, Monument et Vertical, chacun étant censé donner à vos images un aspect distinctif. Le problème ici est qu’il applique l’effet choisi à tous les clips. Vous ne voudriez pas, par exemple, regarder une vidéo entière de clips de Mirror World. La possibilité de modifier les effets au sein d’une même vidéo, ou de ne pas en avoir dans certains clips, serait bien plus utile.

J’ai d’abord essayé Vertical et j’ai dû télécharger 17 clips différents avant de générer automatiquement une vidéo pour moi. Cela fait beaucoup de contenu. Pire encore, la durée de chaque clip était présélectionnée : 4,5 secondes, 4,1, 3,9, etc. Je n’arrive pas à comprendre la raison derrière cela et les horaires semblent aléatoires.

Lorsque j’ai généré une vidéo à l’aide du modèle Wonderful World, j’ai remarqué que la lecture de chaque clip sélectionné commençait depuis le tout début. Il n’existe aucun algorithme en place pour décider quelle partie spécifique d’un clip fonctionnera le mieux dans chaque séquence. Si ces modèles avaient plus de contrôles manuels et de flexibilité, le résultat serait bien meilleur.

MovieMaster donne des résultats mitigés et est souvent beaucoup trop fantaisiste pour son propre bien.

Le modèle Vertical est en quelque sorte inutile car il prend vos clips vidéo en orientation paysage et les place sur un fond blanc, qui ne peut pas être personnalisé. Au moins avec une application telle que InShot, vous pouvez personnaliser l’arrière-plan pour un aspect plus dynamique. La verticale pourrait bien fonctionner avec le drone Lite classique, qui possède un cardan à 4 axes et peut prendre des photos en orientation Portrait. Avec le Lite+ et son cardan à 3 axes, vous ne pouvez pas, et cela rend ce thème MovieMaster particulier un peu inutile.

Le mode manuel vous offre plus de flexibilité quant au nombre de clips vidéo que vous devez sélectionner. Cependant, chaque clip sera téléchargé dans son intégralité. J’ai généré un film de plus de 7 minutes à partir d’une sélection de 10 clips, mais je ne trouve pas de moyen de les éditer séparément pour qu’ils soient plus courts.

Dans l’ensemble, vous avez l’impression de tester trop souvent la version bêta du Lite+.

Des effets 2D tels que Glitch, Shaking et Ink Painting peuvent être appliqués, ainsi que des effets 3D tels que Panning et Reflection. Cependant, ces effets semblent apparaître à la fin de chaque clip, même si j’ai réglé la molette de durée au maximum. Dans l’ensemble, utiliser le mode Manuel sur MovieMaster est un peu un casse-tête et je pense qu’il est beaucoup plus facile d’utiliser une application de montage de films tierce, dont les hôtes sont disponibles sur n’importe quel marché donné, si vous souhaitez créer une compilation unique de votre travail. .

Un autre problème que j’ai concerne les 45 filtres différents que MovieMaster vous propose de placer sur vos images, dont la plupart ne sont pas attrayants à mon avis. De nombreux filtres assombrissent les images, les effacent ou leur donnent le type de nuances bleues que vous essayez généralement de corriger en post-traitement.

Si ce n’est déjà pas assez grave que l’enregistrement 10 bits ne soit pas disponible, vous ne pouvez pas non plus enregistrer de séquences Log ou HDR dans les paramètres Pro (Manuel).

Un inconvénient majeur est le fait que le Lite+ n’offre que la capture de journaux 8 bits. Les séries Air 2S et Mavic 3 de DJI proposent toutes deux du 10 bits. Encore plus frustrant, le mode Pro, qui vous permet de contrôler manuellement l’appareil photo, n’est pas disponible lors de la prise de vue en HDR ou Log, ce qui signifie que pour utiliser ces fonctionnalités, vous devrez filmer en Auto.

De même, vous ne pouvez pas activer la prise de vue AEB en mode Pro. À l’heure actuelle, je pensais que ces lacunes seraient résolues – mais ce n’est pas le cas au moment d’écrire ces lignes.

Dans l’ensemble, vous avez l’impression de tester trop souvent la version bêta du Lite+.

Retour au sommet


L’application Autel Sky et les modes de vol

Comme la série de drones Nano, également lancée en janvier, le Lite+ est alimenté par l’application Sky. Autel a considérablement nettoyé cette dernière itération et l’a modernisée. Là où l’application Autel Explorer, qui alimentait les séries originales Evo et Evo II, semblait parfois encombrée et écrasante à utiliser, l’application Sky est plus propre et plus simple à naviguer.

Les éléments du menu principal – y compris les modes Photo, Vidéo et Nuit – ont été déplacés sur le côté et lus verticalement. La mise en page me rappelle l’interface DJI Mimo qui alimente des produits tels que l’OM 5. Les utilisateurs d’iPhone trouveront également ce look familier. Une icône vous permet de basculer entre les photos et la vidéo, et une boîte apparaîtra et vous permettra de sélectionner, par exemple, la résolution vidéo que vous souhaitez enregistrer ou si vous souhaitez filmer en AEB.

Le mode Super Nuit permet à l’Evo Lite+ d’absorber plus de lumière pour prendre des photos dans des conditions sombres.

Une commande dans le coin supérieur gauche vous permet de basculer entre les vitesses de vol, et une icône dans le coin supérieur droit vous conduit à des fonctionnalités plus approfondies telles que l’étalonnage du cardan, les mises à jour du micrologiciel, les limites de hauteur et de distance, JPEG vs. Prise de vue brute, etc.

Le Lite+ contient quelques fonctionnalités de plus que le Nano, et un domaine dans lequel Autel pourrait en faire trop est le mode Nuit. La série Lite vous propose trois modes nuit différents : Standard, Nuit et Super Nuit. Ce dernier vous permet de filmer des vidéos jusqu’à 48 000 ISO, mais vous limite à filmer des séquences jusqu’à 4K/30p.

Lorsque vous passez en mode nuit, vous verrez trois filtres différents pour améliorer les images dans l’application. Personnellement, je pense qu’ils encombrent l’application et sont inutiles – surtout pour ce niveau de drone.

Ces préréglages intégrés fournissent des filtres de couleur qui non seulement sont trop similaires, mais améliorent un effet déjà disgracieux commun aux images nocturnes avec la plupart des modèles de drones, à savoir une dominante orange. C’est peut-être une esthétique personnelle, mais j’aime neutraliser les tons orange dans mes clips de nuit. Certaines personnes que je connais achètent un filtre gradué bleu pour produire automatiquement une palette de couleurs plus précise directement à la sortie de l’appareil photo. Quoi qu’il en soit, je pense qu’Autel propose beaucoup trop de choix dans certains domaines pour des fonctionnalités spécifiques – un problème qui a affecté son application Explorer.

De nombreuses invites vocales apparaissent régulièrement lors de l’utilisation de l’application. Vous êtes même encouragé à augmenter le volume chaque fois que vous l’activez pour voler. Heureusement, avec la dernière mise à jour du firmware, Autel vous offre la possibilité de désactiver les invites vocales, ce qui rend l’expérience de vol beaucoup plus agréable.

Autel propose beaucoup trop de choix dans certains domaines pour des fonctionnalités spécifiques.

La proximité d’un obstacle est signalée par des bips dont la fréquence augmente à mesure que vous vous rapprochez d’un objet. L’écran deviendra jaune si vous êtes à moins de 25 pieds et rouge si vous vous approchez dangereusement. Comme indiqué ci-dessus, l’évitement d’obstacles empêchera le drone d’entrer en collision avec un objet (tant que vous ne volez pas en mode Ludicrous), mais cela ne vous donnera pas la possibilité de le contourner.

L’application dispose d’une fonction SoundRecord qui utilise votre smartphone pour enregistrer les sons ambiants au sol. À l’origine, Autel avait prévu de mettre un microphone sur la télécommande, mais cela n’a pas été inclus dans la conception finale. SoundRecord fonctionne bien et la bande-son est de bonne qualité audio. Cependant, le morceau n’apparaît que sur les clips vidéo enregistrés dans l’application ou sur votre smartphone. L’audio n’est pas transféré vers les fichiers vidéo sur la carte microSD du drone.

SoundRecord prend le son du microphone de votre smartphone et le combine avec les images enregistrées par le drone, mais uniquement sur la version enregistrée sur votre téléphone.

L’application propose quatre modes de vol intelligents, accessibles depuis le coin supérieur droit du menu de navigation principal. D’un simple clic sur un bouton, le drone manœuvrera automatiquement pour créer un clip de qualité professionnelle. Rocket, Fade Away, Orbit et Flick sont les quatre effets disponibles.

Dynamic Track fonctionne mieux avec des personnes qu’avec des animaux ou des voitures.

Dynamic Track est également disponible sur le Lite+ en modes Auto et Pro. Après quelques tests approfondis, il semble qu’il ne puisse suivre que les personnes, malgré la déclaration d’Autel selon laquelle il peut également suivre les voitures et même les animaux (ce dernier serait un véritable argument de vente, puisque je n’ai jamais vu cela mentionné par des sociétés autres qu’Autel). J’ai été ravi de voir à quel point le drone a suivi ma fille et comment il l’a relocalisée immédiatement après sa disparition sous un arbre.

Retour au sommet


Qu’est-ce que ça fait de voler ?

Dans mon examen du drone Evo II d’Autel, qui possède le même appareil photo mais pèse environ 300 g (0,66 lb) de plus que le Lite+, j’ai déclaré qu’il volait comme un autobus scolaire. Heureusement, on ne peut pas en dire autant du Lite+. L’expérience est bien améliorée. Le poids plus léger et les améliorations de la maniabilité le montrent.

Étant donné que le Lite+ ne capture que des images JPEG et Raw 8 bits, des bandes de couleurs peuvent apparaître (regardez autour du soleil) dans certains scénarios.

Le contrôle de la caméra était un peu plus compliqué. Peut-être parce qu’une caméra aussi robuste est montée sur un avion avec un petit cadre, j’ai découvert que lorsque je faisais pivoter la caméra de 90° vers le haut ou vers le bas, elle capturait pendant une seconde ou deux à mi-chemin. Cela m’empêche de créer un plan révélateur fluide, par exemple. La conception du cardan du Lite+ n’est pas aussi aérodynamique ou robuste que celle des modèles concurrents, et elle peut parfois sembler moins agile.

Le drone est un peu plus bruyant que les modèles concurrents, notamment l’Air 2S et le Mavic 3. Lorsque je volais dans le parc, j’ai attiré l’attention de plusieurs personnes à proximité. Ils m’ont lancé un regard qui disait « tu ne voles pas si près de moi, n’est-ce pas ? » L’idée est d’être discret lorsque vous volez dans des zones avec quelques autres à proximité et ce n’était pas mon expérience.

Le tremblement du cardan était parfois perceptible et nécessitait un redémarrage du drone pour disparaître.

Le cardan avait également tendance à trembler de manière incontrôlable après le décollage de l’avion. Lorsque j’ai fait atterrir l’avion et l’avoir redémarré, le problème a été résolu. Pourtant, ce n’est pas une expérience idéale.

La plupart du temps, lorsque je démarrais le drone, on me disait que je ne pouvais pas décoller car le cardan « s’auto-vérifiait ».

De plus, un problème qui affectait le drone Nano+ que j’ai examiné s’est également répété ici. La plupart du temps, lorsque je démarrais le drone, on me disait que je ne pouvais pas décoller car le cardan « s’auto-vérifiait ». Cela s’est également produit lorsque j’ai atterri et c’est un problème qu’Autel doit résoudre.

Même si je ne veux pas l’admettre, alors que je volais la nuit le mois dernier, le drone est soudainement tombé dans un arbre dans la cour de mon voisin. Une minute, je volais, et la suivante, le cardan s’est détraqué. J’ai du mal à comprendre pourquoi, car cela fait six mois que je vole dans toutes les conditions. Heureusement, personne n’a été blessé et aucun matériel n’a été endommagé.

Bouts

Équipé du système de transmission Skylink d’Autel, le Lite+ peut voler à une distance allant jusqu’à 12 km (7,5 mi) sans obstacles ni interférences. Il prend en charge trois fréquences, 2,4, 5,8 et 5,2 GHz, pour relayer la vidéo HD. La série de drones Lite peut rester en vol jusqu’à 40 minutes, soit 9 minutes de plus que le DJI Air 2S et 6 minutes de moins que le DJI Mavic 3. Il peut parcourir jusqu’à 68,4 km/h (42,5 mph) en mode Ludicrous. .

Le Lite+ prend en charge les cartes mémoire jusqu’à 256 Go avec une classification UHS-3 obligatoire et dispose également de 6 Go de stockage interne intégré, si vous oubliez une carte ou manquez d’espace. Autel ne dispose pas d’un système tel que l’ADS-B de DJI qui vous avertit lorsque des avions pilotés sont à proximité.

Les autres avantages de l’achat d’un drone Autel sont liés à la confidentialité, puisque les pilotes n’ont pas besoin de créer un compte pour voler. Vous pouvez simplement décoller sans avoir à vous inscrire sur l’application.

Il y a un an, Autel a introduit une base de données de géolocalisation des zones d’exclusion aérienne. Bien qu’il vous informe si vous opérez dans une zone restreinte, il ne mettra pas le drone au sol. DJI, en revanche, empêchera les pilotes de décoller dans certaines zones sans autorisation préalable. Parfois, même avec l’approbation, leurs drones restent cloués au sol. Cela m’est arrivé.

Retour au sommet


Dernières pensées

Le marché des drones a désespérément besoin de concurrence avec le DJI dominant, et Autel s’est positionné comme l’un des principaux concurrents. Cela dit, le fait que le Lite+ soit sorti en janvier et que nous soyons déjà en août, sans aucune mise à jour significative du firmware pour remédier aux lacunes du profil de l’appareil photo ou à d’autres bugs, est décevant.

L’enregistrement 4K/60p a été bien géré par l’Autel Evo Lite+.

Autel doit se concentrer sur la mise à niveau de ce drone – oui, tel que défini par DJI – avec des améliorations continues du micrologiciel et une meilleure stabilité globale. Si vous ne pouvez pas utiliser pleinement le mode Pro ou appliquer les paramètres manuels pour les photos, les vidéos et les clips hyperlapse, le drone n’est pas utile pour un pilote à distance professionnel. De plus, sans la possibilité d’enregistrer des séquences Log 10 bits, il est difficile de justifier le prix alors que l’Air 2S se vend beaucoup moins cher et le propose.

Dans l’état actuel des choses, le Lite+ a le potentiel d’être une option décente pour quelqu’un qui souhaite des images de haute qualité et n’est peut-être pas un fan de DJI. Les acheteurs préféreront peut-être l’ouverture variable de ce modèle, que l’Air 2S n’offre pas, surtout si leur budget tombe en dessous du prix de lancement du Mavic 3.

Cependant, comme mentionné précédemment, on se sent comme un bêta-testeur lorsqu’on utilise ce drone. Nous nous attendons à une meilleure expérience pour un prix aussi élevé.


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sans autorisation préalable (voir notre page de droits d’auteur).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *