Images de produits de Richard Butler

Le Fujifilm X-T5 est un appareil photo sans miroir APS-C 40MP axé sur la photographie qui poursuit la gamme d’appareils photo de la société dotés de molettes de commande traditionnelles.

  • Capteur CMOS BSI 40MP avec réseau de filtres couleur X-Trans
  • Prise de vue en continu jusqu’à 15 ips
  • Stabilisation intégrée au corps évaluée jusqu’à 7,0 EV
  • 6,2K ou 4K « HQ » à partir de 6,2K capturé jusqu’à 30p (recadrage 1,23x)
  • 4K pleine largeur sous-échantillonné jusqu’à 60p
  • Choix de capture H.265 10 bits ou H.264 8 bits
  • Options F-Log2, F-Log ou HLG
  • Sortie vidéo brute 6,2K
  • Lunette arrière inclinable sur deux axes
  • Deux emplacements pour carte SD UHS-II

Le Fujifilm X-T5 est disponible au prix recommandé de 1 699 $. C’est le même prix de lancement que le X-T4 et 300 $ de moins que celui du X-H2, avec lequel il partage un capteur.



  • 2 novembre: Première revue publiée
  • 4 avril : Qualité d’image, vidéo, mise au point automatique, conclusion et galerie d’échantillons mise à jour publiée

Qu’est-ce que le X-T5 ?

Le X-T5 est un appareil photo plus axé sur la photographie que le X-T4, avec le retour de l’excellent mécanisme d’écran arrière inclinable dans les deux sens qui fonctionne bien pour composer des photos hors axe en orientation paysage et portrait.

Le X-T5 peut également filmer des vidéos, mais ses spécifications ne sont pas aussi ambitieuses que celles du X-H2 expressément hybride. Il n’y a donc pas de capture 8K et ses images 6,2K sont prises à partir d’une région recadrée 1,22x du capteur, et non sur toute la largeur comme dans le X-H2. De même, les images 4K « HQ » du X-T5 sont dérivées de ce recadrage 6,2K, et non d’une lecture 8K. Comme le X-H2, le X-T5 peut capturer du 4K jusqu’à 60p sur toute la largeur de son capteur, mais sans utiliser tous les pixels disponibles.

Le X-T5 utilise deux emplacements pour carte SD UHS-II, ce qui explique une partie de la réduction des spécifications vidéo et une durée de prise de vue en rafale nettement plus courte.

Les modes ProRes du X-H2 sont également absents, ainsi que toutes les options du X-H2 nécessitant l’utilisation d’une carte CFexpress Type B. Au lieu de cela, le X-T5 écrit tout sur une paire assortie d’emplacements pour carte SD UHS-II. Fujifilm affirme que l’appareil photo peut filmer des vidéos 6,2K/30 pendant 90 minutes ou 4K/60p pendant 60 minutes à 25°C (77°F) ; ces chiffres diminuent considérablement à des températures plus élevées et il n’est pas possible d’ajouter un ventilateur pour compenser.

Côté photographie, les spécifications sont très similaires à celles du X-H2, l’appareil photo étant capable de prendre des images de 40 MP jusqu’à 15 ips à l’aide de l’obturateur mécanique. Une mémoire tampon beaucoup plus petite et l’utilisation de cartes SD signifient qu’il ne peut pas filmer des rafales aussi longues que le X-H2, mais la qualité d’image qu’il délivre est identique.

Le X-T5 offre le mode haute résolution à décalage de pixels de 20 prises de vue du X-H2, vous permettant de créer des images composites de 160 MP. Comme pour l’appareil photo existant, vous devez combiner les images vous-même à l’aide du logiciel de bureau Pixel Shift Combiner de Fujifilm. Il n’y a pas de correction de mouvement, ce qui limite les types de situations dans lesquelles il peut être utilisé.

(Retour à l’index)


Comment ça se compare

Fujifilm est l’une des rares entreprises à fabriquer encore des modèles APS-C haut de gamme, la plupart des autres marques se concentrant sur le plein format pour leurs offres pour les amateurs de photographie. Cela entraîne un équilibre coût/taille/qualité d’image différent, surtout une fois que vous prenez en compte les objectifs que vous pourriez utiliser. Dans ce cas, nous avons choisi le Panasonic S5 II à titre de comparaison. Il existe des options plein format moins chères, mais le S5 II est l’un des concurrents les moins chers qui offre un niveau de capacité photo et vidéo comparable au X-T5.

L’EOS R7 de Canon ne semble pas aussi haut de gamme que le X-T5, mais c’est l’un des rares appareils photo APS-C destinés aux passionnés à être lancé au cours des dernières années. nous l’avons donc inclus à titre de référence également.

Fujifilm X-T5 Fujifilm X-H2 Canon EOS R7 Panasonic DC-S5II Fujifilm X-T4
PDSF au lancement 1 699 $ 1999 $ 1 499 $ 1999 $ 1 699 $
Taille du capteur APS-C APS-C APS-C (1,6x) Plein cadre APS-C
Nombre de pixels 40MP 40MP 33MP 24MP 26MP
Taux de rafale maximal 15 ips (mécanique)
13 ips (électrique)
15 ips (mécanique)
13 ips (électrique)
15 ips (mécanique)
30 ips (électrique)
7 ips (mécanique avec C-AF)
30 ips (électrique)
15 ips (mécanique)
21 ips (électrique)
Profondeurs de la mémoire tampon 119 JPEG Plus de 1 000 JPEG 224/126 JPEG Plus de 1 000 JPEG 110 / 79 JPEG
Viseur mag/res 0,8x équivalent
3,69 millions de points
0,8x équivalent
5,76 millions de points
0,72x équivalent
2,36 millions de points
0,78x
3,68 millions de points
0,75x équivalent
3,69 millions de points
Écran LCD Inclinaison sur deux axes de 3,0 pouces et 1,84 M de points 3,0″ 1,62 millions de points entièrement articulés 3,0″ 1,62 millions de points entièrement articulés 3,0″ 1,84 millions de points entièrement articulés 3,0″ 1,62 millions de points entièrement articulés
Note IBIS maximale 7.0EV 7.0EV 7.0EV 5.0EV
6,5 EV avec objectifs Dual IS 2
6,5 VE
Mode haute résolution multi-prises 160MP, 20 prises de vue. Aucune correction de mouvement 160MP, 20 prises de vue, aucune correction de mouvement Non 96MP, 8 prises de vue, intégré à l’appareil photo. Option de correction de mouvement Non
Débit vidéo maximum 6,2K/30 (recadrage 1,23x)
4K/60 sous-échantillonné
8K/30
4K/60 sous-échantillonné
4K/30 suréchantillonné
4K/60 lignes sautées ou recadrage 1,8x
6K/30
4K/60 (recadrage 1,5x)
4K/60 (recadrage 1,18x)
Options vidéo 10 bits

F-Log, F-Log2,
HLG
Jusqu’à 4:2:2

F-Log, F-Log2,
HLG
Jusqu’à 4:2:2
Sabot
HDR PQ
Jusqu’à 4:2:0
Journal V
HLG
Jusqu’à 4:2:2
Fouetter
HLG
Jusqu’à 4:2:0
Micro/casque Oui / via adaptateur Oui oui Oui oui Oui oui Oui / via adaptateur
Emplacements pour cartes 2x SD UHS-II 1x CFe B
1x SD UHS-II
2x SD UHS-II 2x SD UHS-II 2x SD UHS-II
Autonomie de la batterie, LCD / EVF 580/590 540 / 660/380 370 / 370 500/500
Poids 557 g (19,6 onces) 660g (23,3 onces) 612 g (21,6 onces) 740 g (26,1 onces) 607 g (21,4 onces)

Malgré le prix inférieur, l’EOS R7 de Canon est assez proche du X-T5 en termes de spécifications, avec un taux de rafale plus rapide, des spécifications vidéo décentes et un capteur à seulement 7 MP derrière. Son autofocus est également très bon en mode photo. Le X-T5 offre une expérience de prise de vue plus analogique, un viseur plus grand et de plus haute résolution et notre disposition d’écran arrière préférée pour la prise de vue fixe. Le Fujifilm a également accès à un système d’objectifs beaucoup plus complet conçu avec l’APS-C à l’esprit, ce qui renforce encore ses références pour les photographes passionnés.

(Retour à l’index)


Corps et commandes

Bien qu’il ressemble beaucoup à son prédécesseur, le corps du X-T5 est légèrement plus petit, avec une indentation légèrement plus en forme de doigt au sommet de la poignée et une pente plus détendue vers la bosse du viseur. Il conserve cependant le look d’un reflex classique. Il est également environ 50 g (0,11 lb) plus léger que le X-T4.

Comme les modèles XT précédents, il comporte des molettes dédiées pour la vitesse d’obturation, l’ISO et la compensation d’exposition. Il existe également une paire de molettes de commande, à l’avant et à l’arrière, auxquelles certaines de ces fonctions peuvent leur être attribuées. Les deux molettes de commande peuvent être enfoncées vers l’intérieur pour agir comme des boutons de fonction ou pour modifier la fonction de la molette.

Sur le devant du corps se trouve la commande dédiée au mode AF qui était absente des récents modèles X-H2.

Le X-T5 utilise toujours un viseur OLED de 3,64 millions de points, mais il utilise l’optique à plus fort grossissement du X-H2, ce qui lui donne un impressionnant équivalent de 0,8x. grossissement. Le viseur peut fonctionner jusqu’à 100 ips en mode Boost, pas tout à fait les 120 ips proposés dans le X-H2. Fujifilm affirme que le capteur oculaire permettant de basculer entre l’écran LCD et l’EVF devrait être environ deux fois plus rapide que sur le X-T4, ce qui rend l’appareil photo plus réactif.

Conservant la distinction entre les séries XH et XT, le X-T5 n’a pas de prise casque et utilise un port micro HDMI pour la sortie vidéo. Il s’agit du même agencement que le X-T4 et, comme cet appareil photo, le X-T5 peut produire du son à l’aide d’un adaptateur USB fourni dans la boîte.

En regardant au bas de la caméra, il n’y a pas de port d’extension pour ajouter une poignée verticale, vous devrez donc encore une fois regarder un X-H2 si c’est une fonctionnalité dont vous avez besoin. Il y aura une poignée métallique en option (MHG-XT5) qui donne un peu plus de substance à l’avant de l’appareil photo et offre une compatibilité avec le trépied Arca-Swiss.

Le X-T5 utilise les mêmes batteries NP-W235 que son prédécesseur. Il s’agit d’une unité de 16 Wh qui alimente l’appareil photo jusqu’à une capacité de 590 prises de vue par charge en utilisant le viseur ou de 580 prises de vue en utilisant l’écran arrière. Ces chiffres tombent respectivement à 500 et 570 prises de vue si vous utilisez le mode Boost pour augmenter le taux de rafraîchissement du viseur à 100 ips ou celui de l’écran arrière à 60 ips.

(Retour à l’index)


Premières impressions

par Richard Butler
Publié initialement en novembre 2022

Même s’il ressemble beaucoup à ses prédécesseurs, le grip du X-T5 a été repensé. L’appareil photo est également 5,1 mm plus étroit que le X-T4 et 1,8 mm plus court, ce qui le rapproche un peu de la taille du X-T1 original et des appareils photo argentiques qu’il a imités.

Le X-T5 nous semble exactement comme l’appareil photo que de nombreux utilisateurs de Fujifilm réclamaient : il poursuit l’approche look classique/cadrans dédiés que de nombreux photographes de la série X adorent.

Il inclut de nombreuses capacités du X-H2 plus cher, comme le capteur 40MP, avec une poignée d’omissions – principalement du côté vidéo – qui établissent une distinction sensible entre les deux modèles. Il y aura sans doute des gens qui auraient préféré un X-H2 avec cadrans, ou qui insisteront pour que seulement les fonctionnalités vidéo auraient dû être supprimées et que le X-T5 devrait inclure la possibilité d’ajouter une poignée de batterie, mais pour nous, les différences sont suffisantes pour créer une distinction significative entre les modèles, permettant au X-T5 d’avoir un prix inférieur sans marcher sur les pieds de son grand frère.

En termes d’autofocus, sans le capteur rapide du X-H2S, le X-T5 ne peut pas obtenir des mises à jour aussi fréquentes sur ce qui se passe dans la scène, et même la société reconnaît qu’il ne sera pas à la hauteur du haut niveau. vitesse phare à cet égard. Lors de nos tests de performances AF (voir ci-dessous), nous avons constaté qu’il était capable de suivre les sujets en mouvement, mais le succès dépendait fortement des paramètres AF choisis.

Ses spécifications vidéo ne sont pas seulement en retrait par rapport à celles du X-H2, elles sont aussi, à certains égards, sans doute un léger pas en arrière par rapport au X-T4. Son 4K pleine largeur est sous-échantillonné et, bien que sa vidéo 4K « HQ » suréchantillonnée devrait s’avérer un peu plus détaillée, il y a un recadrage de 1,23x, ce qui aura un impact sur les performances en matière de bruit. Le nouveau modèle bénéficie cependant d’une option 4:2:2 10 bits. Rétrospectivement, le X-T4 tente de jouer un rôle intermédiaire entre les modèles XH, plutôt que d’être principalement un appareil photo de photographe, et si la perte de certaines prouesses vidéo est le prix à payer pour le retour de l’excellent écran inclinable dans les deux sens, nous pensons que de nombreux photographes seront parfaitement satisfaits de cet arrangement.

Le X-T5 fait plus que simplement ne pas jouer avec une formule gagnante, il représente un retour à une version antérieure et plus ciblée de celle-ci. Le corps est nouveau, avec une forme plus carrée et légèrement plus conviviale, une pente plus douce vers la bosse du viseur ainsi que le retour de l’écran plus convivial pour les photos. La molette de compensation d’exposition nouvellement agrandie semble un peu disproportionnée à mes yeux, mais sa taille accrue facilite l’utilisation avec votre pouce, ce qui me permet de comprendre le changement.

D’après nos expériences limitées jusqu’à présent, le X-T5 semble être un ajout digne d’une série qui prétend devenir un classique.

(Retour à l’index)


Qualité d’image

Prise de vue JPEG hors caméra à l’aide du profil Velvia/Vivid.

OIN 3200 | 1/125 s | F2.8 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo de : Dan Bracaglia

Le X-T5 arbore la même puce CMOS BSI 40MP que son frère, le X-H2, et est capable des mêmes performances exceptionnelles de pointe. Qualité d’image APS-C.

Scène en studio

Notre scène de test est conçue pour simuler une variété de textures, de couleurs et de types de détails que vous rencontrerez dans le monde réel. Il dispose également de deux modes d’éclairage pour voir l’effet de différentes conditions d’éclairage.

Le capteur BSI 40MP du X-T5 capture plus de détails que n’importe lequel des les rivaux APS-C de l’appareil photo, y compris le Canon EOS R7 33MP et le Sony a6600 24MP ; ça aussi surpasse ses frères et sœurs 26MP y compris le X-T4 et le X-H2S.

À la base ISO, le capteur du X-T5 n’affiche pas plus de bruit que ses concurrents à résolution inférieure – à l’exception peut-être du Nikon Z50 de 20,9 MP – malgré l’utilisation de pixels plus petits sur une puce plus dense. Il offre également un léger avantage signal/bruit par rapport à son Frères et sœurs Fujifilm grâce à un ISO de base inférieur de 1/3EV (ISO 125 contre ISO 160).

À ISO moyens à élevésla sortie commence à paraître un peu plus bruyante que celle des modèles à monture X à basse résolution, mais toujours plus propre que le Canon et le Sony ; cette tendance continue à ISO très élevés. La puce 40MP ne semble pas non plus offrir de réel avantages de la capture de détails sur les capteurs 26MP de Fujifilm à mesure que l’ISO monte.

Nous sommes de grands fans des profils JPEG de Fujifilm, modes monochromes inclus. Prise de vue JPEG hors caméra utilisant le profil Acros-Red et la détection d’animaux.

ISO2000 | 1/125 s | F1.2 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo de : Dan Bracaglia

Sortie JPEG de Fujifilm a longtemps plu au public. Et le profil Provia/Standard du X-T5 perpétue la tradition des bleus, verts et jaunes vibrants et percutants. Cependant, les rouges pourraient être légèrement plus saturés. Entre-temps, netteté JPEG par défaut à faibles ISO, c’est bon, mais pas aussi sophistiqué que la concurrence.

À ISO élevé, le X-T5 fait un travail décent en équilibrant la netteté et le lissage dans les zones de détails fins. Cependant, le moteur JPEG est parfois agressif en matière de lissage lorsqu’il s’agit de détail peu contrasté.

Changement de pixels

Le mode haute résolution fonctionne très bien pour les sujets complètement statiques, mais est moins utile pour les scènes comportant même un peu de mouvement car il n’y a pas de correction de mouvement. Dans l’exemple ci-dessus, les arbres se balançant au gré du vent, les voitures qui passent et les personnes en mouvement conduisent à des artefacts visibles (voir les personnes au pied de la passerelle au-dessus de l’eau). Cela dit, pour la photographie d’architecture, de produits ou de reproduction d’art, ce mode pourrait s’avérer pratique.

Prise de vue en mode haute résolution. DNG édité au goût en ACR.

OIN 1600 | 1/1250 s | F4 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo de : Dan Bracaglia

Le mode Pixel Shift Multi Shot se trouve à la page trois du menu Paramètres de prise de vue. Si vous prévoyez de l’utiliser souvent, vous souhaiterez peut-être l’ajouter à votre « Mon menu » personnalisable pour un accès facile.

Le mode nécessite à la fois un trépied et des sujets complètement stationnaires. Une fois activé, l’appareil photo capture 20 fichiers Raw consécutifs à des intervalles de temps sélectionnés par l’utilisateur allant de presque instantanés – ou ce que Fujifilm appelle « l’intervalle le plus court » – à 15 secondes. Vous devrez ensuite passer à un ordinateur physique et installer le logiciel gratuit Pixel Shift Combiner de Fujifilm pour assembler le fichier final de 160 MP, qui est généré au format DNG.

Combinateur de décalage de pixels est rapide à télécharger et relativement simple à naviguer, même si le design ressemble à quelque chose du début des années 2000. Les utilisateurs sélectionnent simplement les 20 fichiers Raw qu’ils souhaitent combiner – assurez-vous de choisir les bons, sinon vous vous retrouverez avec des résultats étranges – et laissez le logiciel s’exécuter. L’ensemble du processus prend environ une minute et le DNG final de 160 MP mesure environ 650 Mo (bien que le kilométrage varie).

Plage dynamique

Edité au goût en ACR.

OIN 125 | 1/210 s | F2.8 | Fujifilm 50-140 mm F2.8 à 115 mm.
Photo de : Dan Bracaglia

La puce BSI 40MP de Fujifilm, utilisée à la fois dans le X-T5 et le X-H2, ajoute très peu de bruit de lecture, ce qui se traduit par des fichiers Raw flexibles avec une grande plage dynamique pour l’édition.

D’un Invariance ISO En perspective, le bruit de lecture du capteur est si faible que vous pouvez facilement verrouiller l’ISO à 125, prendre la vitesse d’obturation et l’ouverture de votre choix et régler la luminosité en post-production avec seulement une pénalité de bruit minimale par rapport à l’augmentation de l’ISO au moment de la prise de vue. Par exemple, une image ISO 125 éclairée jusqu’à 4,7 EV semble à peine plus bruyante qu’une image ISO 3200 prise avec les mêmes paramètres d’exposition sans aucun réglage de luminosité. Cela peut être exploité dans les scènes de faible luminosité : baisser l’ISO après avoir réglé l’exposition signifie que les informations supplémentaires sur les hautes lumières ne sont pas amplifiées au point d’être écrêtées (utile pour préserver des éléments tels que les enseignes au néon dans des situations de faible luminosité).

En y réfléchissant sous un angle différent, notre test de latitude d’exposition verrouille l’ISO à son réglage de base et utilise la vitesse d’obturation pour réduire l’exposition afin de préserver les hautes lumières, avant d’éclaircir l’image en post-production. La réduction de l’exposition à l’aide de cette méthode augmente à nouveau le bruit dans une quantité gérable. Ces résultats sont toujours à la hauteur de certains de les meilleurs appareils photo APS-C nous avons testé, suggérant que l’impact du bruit de lecture est minime.

(Retour à l’index)


Vidéo

Découvrez ci-dessus le point de vue de Jordan Drake sur les performances vidéo du X-T5.

Qualité vidéo

Les X-T5 Images de 6,2K est loin d’être proche comme détaillé comme celui de son frère 40MP, le X-H2. Cela est logique étant donné que le X-T5 utilise un recadrage de 1,22x tandis que le X-H2 lit toute la largeur de son capteur. Le Le mode 4K HQ du X-T5 ressemble un peu plus à celui du X-H2, mais encore une fois, il n’utilise pas autant d’espace de capteur, il ne peut donc pas tout à fait correspondre. le X-H2 en termes de détails, et il y aura également des coûts liés au bruit. Le Nikon Z50 offre des détails comparables en mode 4K, mais avec une netteté plus spectaculaire, tout comme le Sony a6600bien que, comme le X-T5, il soit doté d’un volet roulant important.

Par rapport à son prédécesseur, le le mode QG donne des résultats assez comparables tandis que les images sous-échantillonnées prend un peu de retardà la fois à 24h et à mode 60p.

Recadrages vidéo et timings d’obturation roulante

Fujifilm X-T5 Fujifilm X-H2
6,2K Recadrage 1,23x (natif) / 25,2 ms Pleine largeur / 31,3 ms
4K (siège) Recadrage 1,23x / 25,2 ms Pleine largeur / 31,3 ms
4K 60p (sous-échantillonné) Recadrage 1,14x / 13,7 ms Recadrage 1,14x / 13,7 ms
4K (sous-échantillonné) Pleine largeur / 15,5 ms Pleine largeur / 15,5 ms

Un autre facteur qui a un impact considérable sur la qualité vidéo est la vitesse de lecture d’un capteur. Plus une puce peut scanner ses pixels rapidement, moins vous êtes susceptible de remarquer les impacts de l’obturateur roulant, alias « l’effet jello ». Bien que ce ne soit pas nécessairement un problème pour les prises de vue statiques, l’obturateur roulant peut s’avérer terriblement gênant pour les clips avec panoramique ou mouvement du sujet.

Comme le X-H2, le X-T5 a du mal à lire son capteur assez rapidement – ​​malgré l’utilisation d’un recadrage beaucoup plus petit en modes 6,2K et 4K (HQ) – pour éviter les impacts de l’obturateur roulant. Bien que 25,2 ms en mode 6,2K puisse sembler rapide, il est loin de la vitesse de lecture d’environ 6 ms du capteur empilé X-H2S en mode 6,2K. Nous considérons généralement que tout ce qui dépasse 20 ms mérite de s’inquiéter et que tout ce qui est inférieur à 10 ms est très bon.

Les vitesses de lecture des capteurs sont un peu plus rapides dans les modes 4K/60p et 4K UHD du X-T5, mais encore une fois, la caméra n’utilise pas tous les pixels disponibles dans aucun de ces modes, donc cette vitesse plus utilisable se fait au détriment des détails et des performances en matière de bruit.

La vidéo est

Mis à part les reproches concernant la qualité vidéo, le X-T5 offre une très bonne stabilisation intégrée au corps, ce qui facilite l’enregistrement de séquences stables à main levée. Et le mode « IS Boost » fait un excellent travail de reproduction d’un trépied, permettant de longues prises de vue statiques à main levée.

Pour les clips avec du mouvement, le X-T5 n’a pas tendance à lutter contre les panoramiques lisses, ce que son prédécesseur était quelque peu enclin à faire. Mais une secousse soudaine de la caméra peut certainement le faire perdre. De même, les mouvements comme marcher ou courir avec la caméra sont tout simplement un peu trop difficiles à gérer pour le système IS du X-T5.

AF vidéo

Les modes de suivi AF visage/œil et spécifiques au sujet peuvent tous être utilisés pendant la capture vidéo. La détection visage/œil en particulier fonctionne extrêmement bien pour les scènes avec un seul sujet. Cependant, le système n’est pas très fidèle lorsqu’il y a plusieurs personnes dans le cadre, ayant tendance à se désintéresser et à passer à de nouveaux visages dès que le sujet d’origine lui tourne le dos ; si vulgaire.

Un autre problème concernant l’AF vidéo de Fujifilm est l’absence d’un mode de suivi AF général (non-reconnaissance). C’est quelque chose qui a déjà été signalé et nous espérons qu’il pourra être résolu à temps, soit via le firmware, soit dans les futurs modèles.

Enfin, même si la mise au point automatique avec certains objectifs à monture X est une affaire fluide et silencieuse, tous les verres Fujifilm ne sont pas à la hauteur lors de la capture vidéo. Les objectifs plus anciens, en particulier, ont tendance à émettre le son épouvantable d’une fraise de dentiste lorsqu’ils serpentent au hasard dans des recherches de mise au point difficiles.

(Retour à l’index)


Mise au point automatique

Le mode de détection visage/œil du X-T5 fonctionne de manière fiable, bien que les performances dépendent clairement de l’objectif. Prise de vue JPEG hors caméra à l’aide du profil Provia/Standard (échantillon de pré-production).

OIN 6400 | 1/250 s | F2.8 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo : Chris Nicolls

DE performance

Le X-T5 utilise les mêmes algorithmes AF que son frère phare à basse résolution, le Fujifilm X-H2S 26MP. Cependant, ce dernier est capable de glaner beaucoup plus fréquemment des données de reconnaissance du sujet et de profondeur, grâce à la lecture plus rapide de son capteur, et il offre également une vitesse maximale de 40 ips avec AF (obturateur électronique). Le X-T5, quant à lui, filme à une cadence respectable de 15 ips avec AF (mécanique).

1 2 3 4 5 6 7 8 9 dix 11 12 13 14 15 16

Le X-T5 réussit notre test de vélo standard avec brio

Notre démonstration de vélo standard évalue si le système AF d’un appareil photo peut maintenir la mise au point sur un sujet qui s’approche rapidement à l’aide d’un seul point AF. À 15 ips, le X-T5 réussit facilement ce test avec un taux de réussite proche de 95 %. Remarque : les images jugées « douces » ne le sont que très légèrement.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 dix 11 12 13 14 15 16

Le X-T5 perdait systématiquement la mise au point dès le premier virage en utilisant son mode de suivi AF standard.

Notre démonstration de vélo de tissage ajoute au défi. Dans ce cas, l’appareil photo doit suivre le sujet se déplaçant de manière quelque peu imprévisible autour du cadre, ainsi que déterminer la distance de mise au point appropriée et y piloter continuellement l’AF dans le temps. Pour tester cela, nous avons utilisé le mode de suivi AF standard du X-T5 avec les paramètres personnalisés AF-C laissés par défaut.

Semblable à nos résultats avec le X-H2S, le suivi du X-T5 fait un excellent travail en restant fidèle à un sujet choisi. Cependant, le système AF semble incapable de déterminer la distance correcte et/ou d’effectuer la mise au point assez rapidement, ce qui entraîne des séries d’images dans lesquelles seules la première douzaine de prises de vue sont focalisées sur le sujet, tandis que les autres sont fixées sur l’arrière-plan.

Cependant, lorsque nous avons activé la détection des visages et des yeux, notre taux de réussite s’est incroyablement amélioré pour atteindre environ 80 %.

Nous avons refait ce test après avoir apporté des modifications dans le menu Paramètres personnalisés AF-C. Depuis notre utilisation du X-H2S, nous avions déterminé que maximiser la « Sensibilité du suivi » et la « Sensibilité du suivi de la vitesse », tout en réglant le paramètre « Commutation de zone » sur « Avant », entraînait des performances de suivi légèrement améliorées. Malheureusement, ce n’était pas le cas pour le X-T5 ; le taux de réussite est resté autour de 20 %.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 dix 11 12 13 14 15 16

Une fois que nous avons activé la détection du visage/des yeux, le taux de réussite de notre test de tissage de vélo s’est considérablement amélioré.

Cependant, lorsque nous avons activé la détection des visages et des yeux – avec les paramètres personnalisés AF-C toujours sélectionnés – notre taux de réussite s’est incroyablement amélioré pour atteindre environ 80 %, avec 10 % d’images jugées « douces » et 10 % carrément mal focalisées. Il s’agit d’une amélioration majeure.

Nous avons également testé la détection visage/œil avec les paramètres AF-C rétablis à leurs valeurs par défaut. Dans ces circonstances, l’appareil photo a un bon taux de réussite lorsque le sujet est proche mais a du mal à verrouiller la mise au point à distance.

Détection de visages, d’yeux, d’animaux et bien plus encore

La détection des animaux fonctionne avec une fiabilité impressionnante. Prise de vue JPEG hors caméra à l’aide du profil Provia/Standard.

ISO 800 | 1/125 s | F3.2 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo de : Dan Bracaglia

Comme d’autres modèles Fujifilm récents, le X-T5 offre une gamme de modes de reconnaissance AF spécifiques au sujet, y compris la détection classique du visage/des yeux ainsi que la détection des animaux, des oiseaux, des automobiles, des avions et des trains. Parmi ceux-ci, la détection des visages/yeux et des animaux s’est avérée incroyablement pratique pour un citadin d’une trentaine d’années avec un chien de taille moyenne à petite et des amis quelque peu timides face à la caméra, offrant un taux de réussite satisfaisant dans tous les éclairages, sauf dans les plus faibles. conditions.

Il y a cependant encore place à l’amélioration. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de la précision de la détection de l’œil humain. Les distractions telles que les lunettes, les franges ou les franges conduisent souvent à des prises de vue frontales, un problème que les modèles concurrents de Sony et Canon n’ont généralement pas. Ainsi, même si le suivi AF de Fujifilm semble plus efficace et plus fiable que jamais, il est encore un peu en retard sur le peloton.

(Retour à l’index)


Conclusion

Par Dan Bracaglia

Prise de vue JPEG hors caméra à l’aide du profil Provia/Standard.

OIN 125 | 1/5800 s | F1.2 | Fujifilm 56 mm F1.2 R WR
Photo de : Dan Bracaglia

Ce que nous aimons Ce que nous ne faisons pas
  • Qualité d’image haute résolution de pointe avec une large gamme d’options de traitement JPEG
  • Excellente plage dynamique brute
  • Mode haute résolution 160MP pour les scènes statiques
  • Obturateur mécanique 15 ips avec AF
  • Modes de suivi AF spécifiques au sujet
  • Le SI intégré efficace permet de réaliser des vidéos à main levée et des photos à vitesse d’obturation lente
  • Écran tactile arrière polyvalent à double charnière
  • Qualité de construction impressionnante avec de nombreuses commandes manuelles directes « à l’ancienne »
  • Conception hautement personnalisable
  • Autonomie solide de la batterie
  • L’AF de suivi et l’AF de détection du visage/des yeux sont en retard par rapport à la concurrence
  • Qualité vidéo médiocre (compromis détails importants/obturateur roulant)
  • Le mode haute résolution nécessite un déplacement sur votre ordinateur pour l’assemblage
  • Mauvaise expérience de visualisation en direct agrandie
  • Tous les objectifs XF n’offriront pas toutes les promesses d’un capteur 40MP
  • Pas de port d’extension pour la poignée accessoire

Pour les photographes fixes, le Fujifilm X-T5 est l’appareil photo APS-C le plus performant et l’un des plus agréables en 2023 grâce à un capteur haute résolution de pointe, une conception éprouvée et bien mûrie et un autofocus compétent. système qui, nous l’espérons, pourra s’améliorer avec l’âge (via le firmware).

Du point de vue de la qualité d’image APS-C, seul le Fujifilm X-H2, qui partage le même capteur 40MP mais coûte plusieurs centaines de dollars de plus, peut égaler la sortie détaillée du X-T5. La plage dynamique brute est également parmi les meilleures, tandis que le moteur JPEG de l’appareil photo – offrant des « simulations de films » abondantes et accrocheuses – est capable de conquérir même les nerds les plus purs et durs de « Je photographie en Raw ».

Pour les vidéastes, les sorties 4K et 6,2K du X-T5 proviennent d’un recadrage du capteur, limitant les détails et la qualité. Pour obtenir la meilleure qualité vidéo à monture X, il leur serait conseillé de consulter le X-H2S primé d’orou le X-H2 compatible 8K mais plus sujet aux obturateurs roulants, qui offrent tous deux des modes de capteur complet impressionnants et des prises casque appropriées. Le X-T4 vaut également le détour si la vidéo vous intéresse.

Les performances de mise au point automatique du X-T5 sont généralement assez bonnes, même si elles sont loin des leaders de la catégorie. La détection des visages/yeux fonctionne comme prévu, tout comme les modes de suivi spécifiques au sujet, bien que les scènes avec plusieurs visages puissent parfois conduire à une infidélité AF. Le suivi AF non spécifique au sujet offre une alternative fiable à la méthode « mise au point et recomposition », mais n’est pas vraiment suffisamment fiable pour suivre les sujets pendant les rafales. Heureusement, les autres modes AF de l’appareil photo (par exemple, la mise au point de zone) fonctionnent admirablement à 15 ips.

En fin de compte, le X-T5 représente le résultat d’un dialogue ouvert entre Fujifilm et ses clients inconditionnels. Bien que le X-T4 reste un modèle fantastique et pertinent, sa lunette arrière entièrement articulée et sa concentration accrue sur la vidéo n’ont pas plu aux amateurs de photos uniquement, et ils l’ont fait savoir. Le résultat? Le modèle Fujifilm le plus performant à ce jour est également l’un des meilleurs appareils photo APS-C que nous ayons jamais testés. Et pour ces raisons, il mérite notre médaille d’or.

Brut édité au goût en ACR.

OIN 125 | 1/750 s | F2.8 | Fujifilm 50-140 mm F2.8 à 50 mm.
Photo de : Dan Bracaglia

Notation

La notation est relative uniquement aux autres caméras de la même catégorie. Cliquez ici pour savoir ce que signifient ces chiffres.

Par rapport à ses pairs :

Il est tout à fait naturel de comparer le X-T5 au Fujifilm X-H2. Du point de vue du prix, en supposant que la vidéo ne soit pas une priorité élevée, vous pouvez économiser plusieurs centaines de dollars pour la première. Oui, vous manquerez un EVF à plus haute résolution et un écran sur la plaque supérieure, mais pas grand-chose d’autre ; ces deux caméras produisent la même qualité d’image et disposent du même mode haute résolution et des mêmes systèmes AF.

Comparé au Fujifilm X-T4, le X-T5 représente une belle avancée en termes de capacités et un retour aux sources bienvenu en matière de conception pour les photographes. Adopter les dernières nouveautés vous permet d’obtenir un beaucoup capteur de plus haute résolution, meilleur grossissement EVF, durée de vie de la batterie améliorée et meilleure profondeur de tampon, le tout dans un boîtier légèrement plus svelte. Mieux encore, le X-T5 arbore le design d’écran tactile à double charnière bien-aimé de la marque, plutôt que l’écran entièrement articulé très débattu de son prédécesseur. Cependant, comme le X-T4 essayait d’être le modèle à tout faire, les vidéastes trouveront le X-T4 mieux adapté à la capture vidéo 4K.

Le prochain boîtier sans miroir APS-C à la plus haute résolution est le Canon EOS R7, à 33 MP. Tout aussi rapide que le X-T5 en matière de prise de vue en rafale, le R7 offre également une profondeur de tampon beaucoup plus profonde et une meilleure autonomie de la batterie, le tout à un meilleur prix. Il est plus convivial que le Fujifilm et également un peu plus fiable dans le département AF, mais il lui manque les nombreuses commandes manuelles, la personnalisation et l’apparence élégante du X-T5. Il arbore également un EVF de résolution beaucoup plus faible, ne dispose pas de mode haute résolution et, peut-être le plus important, ne dispose pas encore d’une gamme d’objectifs dédiés.

Enfin, le long dans la dent mais toujours aussi pertinent Sony a6600 est un autre bon match pour le X-T5. Du point de vue de la convivialité, le Sony est une plate-forme plus simple avec un système de mise au point automatique qui (une fois correctement configuré) fonctionne extrêmement bien. La qualité d’image est bonne, mais pas aussi détaillée que celle du Fujifilm, et sa vidéo 4K présente un obturateur roulant important. Et le Sony n’a pas les cadrans photocentriques et la riche personnalisation du Fujifilm. Il ne peut pas non plus filmer aussi vite, et n’offre pas non plus un EVF aussi performant, et en général, nous n’avons pas trouvé l’expérience de prise de vue aussi enrichissante.

(Retour à l’index)


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans toute newsletter/magazine sans autorisation préalable (voir notre page droits d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils puissent les télécharger sur leurs propres machines pour un examen personnel ou une impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Galerie d’échantillons de pré-production X-T5

Toutes les images prises à l’aide d’un Fujifilm X-T5 de pré-production.

(Retour à l’index)

Nous récupérons les offres pour votre emplacement, veuillez actualiser la page pour voir les prix.