Aperçu du Sony ZV-E1

Photos du produit : Richard Butler

Le Sony ZV-E1 est le dernier né des appareils photo de la société axés sur le vlogging, mais il étend le concept au domaine plein format haut de gamme. Il s’agit d’un appareil photo doté des micros selfie sophistiqués et de l’approche face à la caméra des modèles ZV existants, mais qui partage bon nombre de ses composants internes avec les a7S III et FX3.

Spécifications clés

  • Capteur CMOS plein format 12 MP sans obturateur mécanique
  • Vidéo UHD 4K jusqu’à 60p sans recadrage
  • Images Full HD (1080) jusqu’à 120p
  • Capture 4:2:2 10 bits (All-I ou LongGOP)
  • 4K/120p et 1080/240 seront ajoutés ultérieurement (une mise à niveau payante dans certaines régions)
  • Stabilisation d’image sur 5 axes
  • Flux vidéo UVC 4K/30p lorsqu’il est branché en tant que périphérique USB
  • 4K/30p illimité, 30 minutes 4K/60p (à 25°C)
  • Emplacement SD UHS-II unique
  • Emplacement micro-HDMI
  • 483g avec batterie

Le ZV-E1 sera disponible en noir ou blanc et sera disponible début avril, les préventes commençant le 30 mars. Il coûtera environ 2 200 $ avec le corps seul et environ 2 500 $ avec le zoom 28-60 mm F4-5.6.



Quoi de neuf

Le ZV-E1 comprend le même capteur 12MP (probablement en fait 48MP avec des quatuors de pixels réduits à 12MP) que les a7S III et FX3. Ce sont deux caméras de haute qualité axées sur la vidéo, c’est donc un choix logique pour construire une caméra de vlogging de qualité professionnelle.

L’utilisation de ce capteur permet au ZV-E1 de fournir une vidéo UHD 4K jusqu’à 60p sans avoir à recadrer. Cette séquence de 3840 pixels de large est prise à partir d’une région de 4,2K pixels, mais cela signifie que tout mode qui recadre dans n’importe quel un degré appréciable consiste en fait à capturer moins de 4K et à effectuer une mise à l’échelle. Il existe plusieurs modes de ce type sur le ZV-E1.

La mise à l’échelle de Sony peut être assez bonne, mais il convient de reconnaître qu’un capteur d’environ 4K laisse une marge de recadrage limitée si vous envisagez de produire des séquences 4K.

La caméra dispose également de la « puce de traitement IA dédiée » apparue pour la première fois dans l’a7R V, pour la rendre plus efficace dans l’exécution des algorithmes dérivés de l’apprentissage automatique qui sous-tendent plusieurs de ses fonctionnalités clés. Sony semble très désireux d’invoquer le terme « IA » autant que possible, avec cet appareil photo.

Ce qui distingue spécifiquement le ZV-E1 des appareils photo existants de Sony, ce sont ses modes automatisés (dont beaucoup s’appuient sur les systèmes de reconnaissance de sujet de l’entreprise) qui tentent de simplifier la production vidéo, en particulier pour les personnes essayant de filmer et de présenter par elles-mêmes.

Mode vidéo iAuto

Il y a un bouton dédié (bien que personnalisable) sur le dessus de l’appareil photo pour basculer entre une profondeur de champ peu profonde et profonde. Certaines options s’annulent en appuyant sur le bouton Menu : bonne chance pour y accéder sans faire tomber l’appareil photo, si vous êtes face à lui.

La bascule de zoom autour du déclencheur peut être utilisée pour recadrer et augmenter la taille, à l’aide du « zoom super résolution » de Sony.

Tout d’abord, la fonctionnalité « Mon style d’image » présente des boutons à l’écran pour ajuster les paramètres de l’appareil photo. Il est révélateur que ces paramètres soient exprimés en « luminosité » et en « couleur », plutôt qu’en compensation d’exposition ou en balance des blancs. L’objectif du ZV-E1 est de fournir une caméra capable de filmer des vidéos prêtes pour la production sans que l’opérateur sache nécessairement comment être un caméraman. Beaucoup de ses autres modes ont du sens dans ce contexte.

Mon style d’image vous permet de contrôler l’ouverture, la correction d’exposition, la balance des blancs et le style d’image sans avoir besoin de savoir de quoi il s’agit.

Dans le mode vidéo le plus automatisé de l’appareil photo, celui-ci essaie d’utiliser intelligemment la profondeur de champ. Il contrôle l’ouverture en conjonction avec la détection du sujet, non seulement en réglant l’exposition en fonction des visages détectés, mais également en l’arrêtant progressivement si un deuxième visage apparaît dans la scène, garantissant ainsi une profondeur de champ suffisante si un invité ou un co-présentateur apparaît sur caméra. L’ouverture s’ouvre à nouveau lorsqu’ils quittent la prise de vue.

De plus, un bouton sur le dessus de l’appareil photo vous permet de choisir si vous souhaitez une profondeur de champ faible ou profonde : une pression dessus annule le mode automatique de l’appareil photo.

Comme les modèles ZV précédents, le ZV-E1 inclut le mode « Product Showcase ». Il s’agit essentiellement d’une exception spéciale à la détection des visages qui donne la priorité à la mise au point sur les éléments tenus devant la caméra, puis rétablit la mise au point sur le visage du présentateur lorsque l’objet est à nouveau retiré.

Mode CinéVlog

Un autre bouton, cette fois sur l’écran tactile de la caméra, est le mode CineVlog, qui pousse la caméra dans le profil de couleur attrayant et à faible contraste S-Cinetone, prend des photos à 23,98p et offre un recadrage de 2,35:1 – écran large cinématographique –, placé entre barres noires (la séquence de sortie est toujours en 16:9 UHD). Il s’agit essentiellement d’un bouton à une seule touche pour donner un aspect plus « cinématographique » à la sortie de la caméra, sans que vous ayez besoin de comprendre comment y parvenir.

Bien que le profil par défaut de CineVlog soit le profil S-Cinetone décoloré, il offre un moyen simple de modifier le mode couleur de la caméra. Une option d’écran tactile vous permet d’appliquer une série d’« humeurs » et de « looks » à vos images. En termes généraux, les looks ajustent principalement la réponse tonale et le contraste, tandis que les humeurs ajustent la réponse des couleurs. Vous pouvez combiner différentes ambiances et looks pour donner aux images le caractère général que vous souhaitez.

En mode CineVlog, vous pouvez également régler la vitesse à laquelle la caméra effectue la mise au point, si vous appuyez sur un sujet différent.

Stabilisation dynamique avec stabilisation de cadrage

Le ZV-E1 dispose d’une série de modes de stabilisation d’image. Il existe le mode Standard qui utilise la stabilisation par déplacement du capteur de l’appareil photo, ou un mode « Actif » qui recadre et utilise à la fois la stabilisation par déplacement du capteur et la stabilisation numérique. Il existe également un mode « Dynamic Active » qui recadre encore plus, permettant à la stabilisation numérique de s’étendre sur une zone plus large pour corriger des mouvements de plus grande amplitude.

Étant donné que ce dernier mode s’intègre au capteur et qu’il dispose de suffisamment de possibilités pour déplacer sa fenêtre de capture, Sony a ajouté une option appelée Framing Stabilization. Cela ajuste le recadrage non seulement pour stabiliser les images, mais aussi pour garder un sujet centré dans le cadre. Il utilise le système « d’estimation de la pose humaine » de l’entreprise, basé sur un modèle de mouvement humain, qui s’est révélé capable de reconnaître les personnes dans une scène même si elles se détournent de la caméra. Ainsi, plutôt que de simplement stabiliser l’appareil photo contre vos tremblements, il compense également votre cadrage et votre composition.

Par défaut, l’appareil photo tente de placer le sujet au centre du cadre, mais vous pouvez également lui donner un exemple de l’endroit où vous souhaitez que la personne apparaisse dans le cadre et l’appareil photo essaiera de conserver cette composition.

Cadrage automatique

Qui a besoin de Jordan derrière la caméra quand vous pouvez le configurer pour qu’il se recadre automatiquement et vous suive dans le cadre ? Mieux encore, vous pouvez enregistrer la version recadrée et également diffuser la scène non recadrée via HDMI, vous offrant ainsi une prise de vue large et serrée à entrecouper.

Un mode connexe, conçu pour être utilisé sur un trépied, permet à l’appareil photo de recadrer une région du cadre et de suivre à nouveau le sujet lorsqu’il se déplace : panoramique et numérisation pour conserver la composition. Avec ce mode, un seul opérateur peut se déplacer dans une prise de vue grand angle, sans personne derrière la caméra. Vous pouvez choisir parmi trois niveaux de recadrage et ajuster la vitesse de suivi. Il existe même des options qui permettent à l’appareil photo de zoomer dès que le sujet entre dans le cadre.

Avec ce mode, un seul opérateur peut se déplacer dans une prise de vue grand angle, sans personne derrière la caméra.

Il existe une autre option pour sortir les images non recadrées via HDMI tout en enregistrant la version auto-recadrée sur la carte mémoire. Cependant, ces deux sorties sont toujours dans la même résolution : vous ne pouvez pas enregistrer un recadrage 1080 de 4K sur la carte, tout en sortant le 4K d’origine via HDMI. Soit vous obtenez un « 4K » recadré et mis à l’échelle sur la carte aux côtés d’un flux HDMI 4K, soit vous obtenez des images 1080 sur la carte et une version 1080 réduite de la scène via HDMI. Cela signifie que vous pouvez couper entre des plans serrés et des plans larges lors du montage, mais vous ne pouvez pas ensuite sélectionner votre propre recadrage à partir du plan large, lors du montage.

LUT utilisateur

Comme le FX3 et les appareils photo tels que la série Panasonic GH, le ZV-E1 vous permet de télécharger vos propres LUT (tables de recherche de transformations de couleurs/tons) sur l’appareil photo. Ceux-ci peuvent être utilisés de deux manières : soit pour voir un aperçu corrigé en mode Journal, montrant à quoi ressemblera la séquence une fois la LUT appliquée, soit pour appliquer la LUT dans l’appareil photo à la séquence, vous donnant ainsi un « pré-étalonnage ». des images directement sorties de la caméra (tout en perdant, bien sûr, la flexibilité d’étalonnage que la capture de journal offrirait habituellement). En termes de photo, c’est comme si vous pouviez télécharger votre préréglage de traitement Raw préféré dans l’appareil photo en tant que nouveau mode couleur.

Timelapse intégré à la caméra

Il y a longtemps, Sony fabriquait des appareils photo sur lesquels vous pouviez télécharger des applications pour ajouter des fonctionnalités de niche qui ne l’accompagnaient pas (peut-être parce qu’ils pouvaient facturer un supplément de cette façon, qui peut le dire ?). Une révision du système d’exploitation a supprimé cette capacité, ce qui signifie qu’il n’était plus possible d’ajouter des capacités timelapse aux caméras de Sony.

Le ZV-E1 change enfin cela, vous donnant la possibilité d’effectuer des prises de vue à intervalles et de combiner les résultats dans l’appareil photo. Et, maintenant qu’il est présent dans un modèle, nous pensons qu’il apparaîtra également dans d’autres Sony.

Retour à l’index


Comment ça se compare

Il est facile de regarder le ZV-E1 et de penser « wow, je peux effectivement obtenir un FX3 pour la moitié du prix ». Ce n’est pas vraiment le cas. De même, le ZV-E1 s’efforce de ne pas être un remplaçant utilisable pour l’a7S III, beaucoup plus cher. Et, même si nous préférons de loin les menus du ZV-E1, nous vous déconseillons de vous faire des idées sur « un a7C pour une faible luminosité », car ce n’est pas vraiment une chose non plus.

Sony ZV-E1 Sony FX3 Sony a7S III
PDSF 2 200 $ 3899 $* 3499 $
Capteur CMOS BSI 12MP CMOS BSI 12MP CMOS BSI 12MP
Classement IBIS 5.0EV 5,5 VE 5,5 VE
Mécanique. obturateur? Non Oui Oui
Viseur Non Non 9,44 millions de points
Grossissement 0,9x
Lunette arrière Écran 3,0 pouces entièrement articulé, 1,04 million de points 3,0″ Entièrement articulé + inclinaison 1,44 millions de points Écran 3,0 pouces entièrement articulé, 1,44 million de points
Résolution/taux vidéo maximum 4K/60
1080/120
(4K/120, 1080/240 via f/w)
4K/120
1080/240
4K/120
1080/240
Temps d’enregistrement,
(8 bits, 25°C,
thermie. limite haute)
4K/60 – 30 minutes
1080/60 – 90 minutes
4K/60 – 90 minutes
1080/60 – 120 minutes
4K/60 – 90 minutes
1080/60 – 120 minutes
Ventilateur intégré Non Oui Non
Sortie vidéo brute ? Non Oui Oui
Entrées audio XLR ? Facultatif Oui Facultatif
Cadrans Épaule arrière
Face arrière
Devant
Épaule arrière
Face arrière
Devant
Épaule arrière
Face arrière
Médias Emplacement SD UHS-II unique Double UHS-II /
Emplacements CFe de type A
Double UHS-II /
Emplacements CFe de type A
Port HDMI Type D (micro) Type A (complet) Type A (complet)
Dimensions 121x72x54mm
(4,7×2,8×2,1″)
130x78x85mm
(5,1×3,1×3,3″)
129x97x81mm
(5,1×3,8×3,2″)
Poids 483 g (17 onces) 1 015 g (35,8 oz) avec poignée XLR
715 g (25,2 oz) sans
699 g (24,7 onces)

* Le prix du FX3 comprend la poignée de l’adaptateur XLR

Comme le montre clairement le tableau, le ZV-E1 manque de diverses fonctionnalités par rapport aux a7S III et FX3. Il n’y a pas d’obturateur mécanique, pour commencer, et bien que son obturateur électronique soit suffisamment rapide pour la vidéo, il est nettement plus lent lorsqu’il lit en mode 14 bits utilisé pour les images fixes, comme l’indique la vitesse de synchronisation du flash de 1/30 seconde. Il utilise également l’unité de stabilisation plus simple de l’a7C, et non celle utilisée dans les a7S III et FX3.

Le ZV-E1 ne dispose que d’un seul emplacement SD UHS-II, mais cela n’impose aucune restriction appréciable sur ce que la vidéo peut capturer (4K/120 et 1080/240 sont attendus dans une mise à jour du firmware).

Comme presque tous les modes vidéo des trois caméras peuvent être enregistrés sur des cartes SD rapides, il est peu probable que l’utilisation d’un seul emplacement soit limitante pour la vidéo. Et bien sûr, il y a l’inconvénient d’avoir un corps aussi petit et léger : une dissipation thermique moins efficace. Alors que l’a7S III peut enregistrer pendant de longues périodes et que le FX3 dispose d’un ventilateur lui permettant de le faire dans une large plage de températures, le ZV-E1 ne sera pas l’appareil photo solide comme le roc dont les professionnels de la production ont besoin.

Notez également l’absence d’un deuxième cadran complet, ce qui place le ZV-E1 sur le territoire des a6100/a6400 en termes de convivialité professionnelle.

Il ne s’agit pas simplement d’un appareil photo de « créateur », il s’agit d’essayer d’être « réservé aux créateurs ».

En bref, le ZV-E1, de par sa conception, manque de certaines des fonctionnalités clés du FX3 telles que le 4K/120p, la sortie Raw, la logique d’exposition EI, le HDMI pleine taille et, surtout, le ventilateur qui permet un enregistrement fiable de longue durée. Nous pensons que l’absence d’obturateur mécanique vise autant à l’empêcher d’être un substitut moins cher à l’a7S III qu’à une question de taille et de réduction de poids. Dans l’ensemble, il ne s’agit pas simplement d’un appareil photo de « créateur », il s’efforce d’être « réservé aux créateurs ».

Retour à l’index


Carrosserie et maniabilité

La caméra s’appuie lourdement sur son écran entièrement articulé. Malgré cela, il s’agit d’un panneau de résolution relativement faible : 1,036 millions de points (720 x 480px).

Le ZV-E1 ressemble un peu à un a7C mais, dépourvu de viseur, il parvient à être encore plus petit. Sony affirme qu’il s’agit de l’appareil photo à objectif interchangeable plein format le plus petit et le plus léger avec stabilisation d’image intégrée (cela signifie probablement que le Sigma fp est plus petit).

D’un point de vue ergonomique, c’est un appareil photo étrange. L’écran tactile rabattable et l’interface à l’écran suggèrent qu’il est destiné à être filmé avec la caméra tournée vers vous, mais la poignée et le positionnement des boutons suggèrent le contraire. Il est possible de tenir l’appareil photo et de l’avoir face à vous, mais rien dans la conception de la poignée ou dans la position du bouton (REC) ne suggère que telle était l’intention des concepteurs. Nous vous suggérons certainement un bracelet décent si vous envisagez de tenir l’appareil photo pendant votre présentation.

Le corps semble assez solide, malgré sa légèreté.

La plaque supérieure abrite le réseau de micros à trois capsules. Un pare-brise « chat mort » se clipse dans la griffe à sa gauche. Alternativement, les contacts de la griffe multi-interface à l’arrière de la griffe permettent la fixation de micros externes ou même d’un adaptateur XLR si nécessaire.

Sur le dessus se trouve un réseau de micros à trois capsules. Comme pour les modèles ZV précédents, un accessoire coupe-vent est fourni avec la caméra. Contrairement aux modèles précédents, la réception de ces micros peut être ajustée en fonction de l’endroit où vous en avez besoin pour capturer l’audio. Il existe toutes les options avant, arrière et automatique.

Le mode Auto utilisera la capture focalisée « avant » si la caméra est configurée pour détecter des humains et qu’un humain est dans le cadre. Lorsqu’aucun humain n’est reconnu ou que la reconnaissance du sujet est désactivée, il utilise le mode « Tous ».

Batterie

La bonne nouvelle est que, malgré la réduction des effectifs, le ZV-E1 a encore de la place pour la plus grande batterie de type « Z » de Sony. Le NP-FZ100 est une batterie de 16,4 Wh. Cela alimente la caméra à une valeur nominale de 570 prises de vue par charge. Comme d’habitude, la plupart des gens constateront probablement qu’ils obtiennent le double de ce nombre. Les chiffres CIPA pour la durée d’enregistrement vidéo continu et la durée « réelle » (lorsque la caméra est éteinte et allumée par intermittence) sont respectivement de 140 minutes et 95 minutes.

La caméra peut être chargée via USB ou peut être alimentée et utilisée via une alimentation USB. Il est également compatible UVC/UAC, ce qui signifie qu’il peut être branché à un ordinateur en tant que périphérique USB et fonctionnera sans avoir besoin de logiciel supplémentaire. Le ZV-E1 est le premier appareil photo que nous avons vu promettre jusqu’à 4K/30 lorsqu’il est utilisé de cette façon.

Retour à l’index


Premières impressions

Regardez, une lampe tally ! Désormais, vous n’avez plus besoin de demander à la personne derrière la caméra « Est-ce qu’on roule », ce qui est sûrement la seule raison pour laquelle un caméraman est là.

Il y a quelque chose d’assez étrange dans le fait d’écrire les premières impressions d’un appareil photo que vous savez que vous ne pourrez jamais examiner entièrement, mais je ne pense pas que ce soit ce qui rend un article sur le ZV-E1 si difficile à écrire. Au lieu de cela, c’est parce que j’ai l’impression que le ZV-E1 est peut-être l’appareil photo le moins « DPReview » que nous ayons jamais reçu.

Au cours des deux dernières années ou plus, un grand nombre de séances d’information sur les produits auxquelles nous avons assisté ont parlé de cibler les « créateurs », que le produit en question soit un Nikon Z fc ou un Panasonic S5 II. Les « créateurs » sont un groupe d’utilisateurs clairement défini, mais la création de vidéos pour des plateformes telles que YouTube et TikTok semble essentielle au concept. Dans certains cas, les produits eux-mêmes ne semblent guère avoir été conçus pour répondre à une telle tâche. (Certes, la planification du produit a peut-être commencé des années avant que le groupe démographique soit identifié.) Ce qui ressort dans tout cela, c’est que ce public cible de vidéos (et d’images fixes ?) est le grand espoir de l’industrie de s’étendre au-delà du marché de la photographie traditionnelle.

Les tentatives de Sony pour cibler les « créateurs » consistent en quelque sorte à « jeter le tout au mur et voir ce qui leur colle » (ce qui n’est probablement pas la pire approche pour le moment). Dans le style classique de Sony, tous les noms de produits, du ZV-1F (un compact réduit à 500 $) au ZV-E1 (un ILC plein format à 2 200 $) sont essentiellement indiscernables.

L’approche de Sony a été à la fois la plus radicale et la plus dispersée. Elle a d’abord fabriqué le ZV-1, un RX100 avec un écran rabattable, de meilleurs micros et pas de viseur. Puis il a présenté le ZV-E10, un a6100 avec un écran rabattable, de meilleurs micros et pas de viseur. Puis est venu le ZV-1F épuré avec un objectif fixe ultra-large et un autofocus décevant. Et maintenant nous avons le ZV-E1, qui est essentiellement un FX3 avec un écran rabattable, des micros de vlogging et pas de viseur.

C’est une sacrée gamme : du ZV-1F qui essaie d’éloigner les adolescents de leurs smartphones au ZV-E1 qui essaie de cibler le futur Chris pour qu’il n’ait pas besoin d’un Jordan. Parce que c’est ce que le ZV-E1 essaie de faire : il essaie de fournir une caméra de vlogging solo facile à utiliser pour les personnes qui veulent gagner leur vie sur YouTube.

L’autre chose qui a été remarquée lors des briefings auxquels nous avons assisté est que, tout comme l’équilibre s’est déplacé autrefois des magazines vers les sites Web, l’attention s’est désormais déplacée des sites Web vers les YouTubers. Qu’on le veuille ou non (et vous pouvez probablement deviner dans quel camp je suis, sur celui-là), beaucoup de gens préfèrent obtenir leur contenu en ligne sur YouTube.

Le ZV-E1 tente d’automatiser une grande partie du rôle d’un caméraman, par exemple en fermant automatiquement l’ouverture si une deuxième personne apparaît à l’écran. Cependant, il ne semble pas y avoir de moyen pour que l’appareil photo maintienne la vitesse d’obturation, ou même le maintienne à une proximité acceptable d’un angle d’obturation de 180 degrés, il est donc peu probable que Jordan se retrouve au chômage pour l’instant.

Soudainement, être un YouTuber est une carrière aussi plausible, peut-être plus plausible, que celle d’un écrivain technologique. Le ZV-E1 est conçu pour être un outil professionnel pour soutenir cette carrière. Il est conçu pour permettre aux gens qui ne savent pas ce que signifient 24p, 2,35:1 ou Log de filmer et de produire leurs propres émissions et de leur donner une belle apparence.

Je ne pourrai pas savoir à quel point cela réussit, en partie parce que DPReview ferme ses portes avant que j’en ai l’occasion, mais aussi parce que Chris et Jordan sont bien mieux placés que nous pour tester les mérites d’une caméra de vlogging. la partie écrite du site Web. Je me demande s’il y a un message là-dedans, quelque part ?

Retour à l’index


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans toute newsletter/magazine sans autorisation préalable (voir notre page droits d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils puissent les télécharger sur leurs propres machines pour un examen personnel ou une impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Retour à l’index

Nous récupérons les offres pour votre emplacement, veuillez actualiser la page pour voir les prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *