Le mythe du panneau « No Drone Zone » : ce que vous devez faire si vous en voyez un

À gauche : un panneau à l’extérieur du phare de Grand Traverse, dans le nord du Michigan. Le Michigan est l’un des 16 États américains qui n’autorisent pas les gouvernements locaux et les villes à élaborer leurs propres lois sur les drones. À droite : un panneau à l’extérieur du Navy Pier, Chicago, Illinois. Vous ne pouvez pas lancer votre drone à l’intérieur de cette propriété, mais vous pouvez voler dans l’espace aérien au-dessus.

Au début de cette année, je voyageais à travers la péninsule supérieure du Michigan lorsque j’ai décidé de capturer une image de liste de choses à faire avec mon DJI. Drone Mavic 3. Kitch-iti-kipi est la plus grande source d’eau douce naturelle de cet État américain et comme elle maintient une température constante de 7 ºC (45 ºF) tout au long de l’année, elle ne gèle jamais. J’ai pensé que ce serait cool d’avoir un contraste d’arbres enneigés sur un plan d’eau bleu cristallin.

La photo a trouvé un écho auprès d’une marque très présente sur Instagram et, avec ma permission, elle a été partagée avec les plus de 100 000 abonnés du compte. Alors que de nombreux utilisateurs ont laissé des compliments, un homme en particulier a déclaré que parce qu’il s’agissait d’une « zone sans drone », mon image était « illégale ». Il a poursuivi sa tirade, dans ses histoires Instagram, affirmant que personne n’était « au-dessus des lois ». Malheureusement, même si un panneau avait été affiché dans le parc, sa déclaration était incorrecte. Aucune loi n’a été enfreinte.

Cette image de Kitch-iti-kipi a été capturée légalement alors que je m’élançais à l’extérieur du parc, maintenais une ligne de vue visuelle avec mon drone et ne survolais pas de voitures ou de personnes en mouvement.

Je pensais qu’il s’agissait d’un incident isolé, mais quelque chose d’étrange s’est produit. Partout où j’ai cherché au cours des prochains mois dans ma navigation en ligne, des forums liés aux drones aux sites de voyage généraux, un type spécifique de commentaire, demandant pourquoi l’affiche originale volait dans une « zone sans drone », apparaissait, à coup sûr, alors que quelqu’un a partagé une image aérienne.

« Il existe une idée fausse de la part de la communauté des drones et du grand public. La communauté des drones l’examine (le panneau « Zone interdite aux drones ») et dit : « Il n’y a aucun moyen pour qu’un propriétaire foncier, à part nous empêcher de décoller et d’atterrir sur son propre terrain, puisse vouloir ou essayer de contrôler l’espace aérien. » », déclare Sean Hickey de Geeksvana.

« Presque tout le monde s’accorde à dire qu’une légère hausse est apparue à l’époque Le Mavic Mini de moins de 250 g de DJI Le drone est sorti en 2019. »

« Lorsque vous parlez à un membre du grand public qui n’est en aucun cas une « personne expérimentée en matière de drones », il trouve tout aussi absurde qu’un drone puisse survoler sa propriété et potentiellement le photographier ou le filmer. Fondamentalement, les panneaux « Zone interdite aux drones » sont le produit du fait que le public et les pilotes de drones ne se comprennent pas. » il ajoute.

Comment ça a commencé

« Historiquement, la fausse NFZ (No Fly Zone) trouve son origine dans la communication originale de la Federal Aviation Administration (FAA) de septembre 2015, qui désignait une zone d’un rayon de 5 miles autour des aéroports. « À moins de 5 miles d’un aéroport » a si bien résonné comme une phrase simple et compréhensible que les élus, les policiers et même de nombreux pilotes de drones ont pris cette partie et l’ont appliquée comme une zone d’exclusion aérienne littérale », déclare Ryan La Tourette.

Il n’y a aucune loi qui résisterait devant les tribunaux et qui pourrait être citée sur ce panneau. Cela signifie que certaines personnes ne veulent pas que les drones volent. Ce signe n’est pas juridiquement exécutoire. Photo : Ryan LaTourette.

« Le Congrès est intervenu en qualifiant les « infrastructures critiques » dans la loi de 2016 sur l’extension, la sûreté et la sécurité de la FAA. Soudain, pour les responsables de l’État et locaux et leurs services de police, cette nouvelle expression d’« infrastructures critiques » signifiait interdire les vols de drones. à proximité de centrales électriques, de gares de triage, de commissariats de police, d’installations manufacturières et bien plus encore », ajoute-t-il.

Hickey et quelques autres experts du secteur que j’ai consultés pour cet article ne sont pas tout à fait sûrs de la date exacte à laquelle les panneaux « Zone interdite aux drones » ont commencé à apparaître publiquement. Cependant, presque tout le monde s’accorde à dire qu’une légère hausse est devenue apparente au moment où Le Mavic Mini de moins de 250 g de DJI Le drone est sorti en 2019. C’était une réponse au fait que davantage d’amateurs et de personnes qui n’étaient pas familiarisées avec les lois sur les drones étaient intéressés et capables de voler sans aucune certification requise.

Ce panneau en Australie est légitime car une loi est indiquée en bas. Photo de : Fiona Lake

« Malheureusement, les médias ont diffusé l’histoire selon laquelle ‘des drones volants pour regarder par vos fenêtres’ et bien sûr, le public ne comprend pas à quel point cela est rare, il est donc probable que la paranoïa des drones va augmenter », déclare Lac Fiona, télépilote et instructeur. Les drones ont également tendance à être décrits comme militaristes, ce qui amène certaines personnes à les considérer à la fois comme une menace à la vie privée et à la sécurité.

La source de la confusion

Mis à part les idées fausses, un autre problème vient du fait que les organisateurs d’événements, par exemple, désignent leur propre « zone interdite aux drones » en affichant des panneaux sans aucun respect pour la réglementation de l’espace aérien. Antoine Tissier, professionnel des drones basé à Chicago, rencontre des panneaux « No Drone Zone » devant des entreprises, des festivals et des parcs qui n’ont aucune base légale.

Dans l’état actuel des choses, la FAA contrôle tout l’espace aérien des États-Unis. Vous ne pouvez être empêché de voler dans l’espace aérien que lorsque la FAA le juge dangereux. Si un propriétaire foncier ou un intérêt particulier ne veut pas que vous voliez dans une zone particulière, il ne peut que vous empêcher physiquement de décoller et d’atterrir sur sa propriété privée.

Vous ne pouvez être empêché de voler dans l’espace aérien que lorsque la FAA le juge dangereux.

La FAA propose un panneau No Drone Zone qui peut être téléchargé et imprimé gratuitement sur son site officiel. Le site indique explicitement « Le panneau n’est pas destiné aux propriétaires fonciers privés. » Il y a aussi une fiche d’information pour que les entités étatiques, locales et tribales comprennent où elles ont de l’autorité et où elles ne peuvent pas appliquer certaines règles.

Notamment, le logo de l’organisation gouvernementale ne figure pas sur le panneau téléchargeable sur le site Web de la FAA – car il s’agit d’une marque déposée. L’avocat de l’aviation, Dean Greenblatt, a récemment dénoncé une organisation basée à Détroit pour sa portée excessive. On y lisait :

« Ce qui est intéressant pour certains membres, c’est que (l’organisation) produit apparemment le panneau sur lequel est imprimé le logo de la FAA et donne l’impression qu’il s’agit d’une déclaration officielle de la FAA. Je soupçonne que ce n’est pas l’intention de la FAA ou du FSDO (Flight Standards District Office) local de déclarer cette installation comme une « ZONE SANS DRONE ».

L’avocat de l’aviation, Dean Greenblatt, a dénoncé une organisation basée à Détroit pour son utilisation illégale du logo de la FAA sur un panneau « Zone interdite aux drones ». Cela implique que la FAA approuve les restrictions alors qu’en réalité ce n’est pas le cas.

« Mes soupçons étaient étayés par le fait que le lieu en question n’est officiellement répertorié nulle part comme étant soumis à des restrictions de vol », poursuit la lettre. «En fait, les fabricants de drones populaires ne géolocalisent pas cet endroit. Je ne connais aucune entreprise privée habilitée à mettre en œuvre ses propres restrictions de vol et à invoquer le sceau de la FAA pour crédibiliser ses publications, n’est-ce pas ?

Greenblatt affirme à juste titre que les gens remarqueraient probablement le logo de la FAA, croiraient que le panneau et son emplacement ont été approuvés par l’agence, et soit qu’un pilote n’opérerait pas dans la zone, soit qu’un membre du public pourrait être contrarié si un drone était repéré en train de voler. autour.

La FAA décourage, et interdit pour la plupart, l’utilisation de son logo sur des sites Web, des brochures, du matériel marketing ou éducatif et, oui, des panneaux, à moins que l’approbation ne soit donnée par l’agence gouvernementale. Quiconque utilise le logo de la FAA sans autorisation s’expose à des recours juridiques.

Ce que dit réellement la FAA à propos des « zones interdites aux drones »

UN Pas de zone de drones la ressource est facilement disponible sur le site officiel de la FAA. Il contient trois points principaux que les pilotes à distance doivent comprendre avant le lancement. D’une part, comme mentionné précédemment, la FAA contrôle tout l’espace aérien et a imposé des restrictions sur certaines zones pour des raisons valables. Il est illégal d’opérer dans un espace aérien que la FAA a désigné comme contrôlé et plus encore.

Certains États autorisent les villes et territoires à créer leurs propres ordonnances concernant l’utilisation des drones. D’autres, comme le Michigan, permettent à l’État d’établir les règles finales. L’utilisation de drones est autorisée dans tous les parcs de l’État du Michigan, avec un petit ensemble de directives à respecter. D’autres États, comme New York, utilisent leur juridiction en matière d’utilisation des terres pour interdire les opérations de drones dans leurs parcs nationaux. Ce point est une nouvelle fois souligné : vous pouvez être empêché de lancer ou d’atterrir physiquement votre drone dans un endroit précis, mais vous pouvez toujours voler dans son espace aérien.

La FAA tente de clarifier ses intentions avec une signalisation « No Drone Zone ».

Des restrictions de vol temporaires (TFR) sont souvent établies lors d’événements sportifs majeurs (pensez au Super Bowl de la Ligue nationale de football et même à un match de la Ligue majeure de baseball) ou dans le cas où le président ou le vice-président voyage dans les environs. Vérification d’une application UTM (gestion du trafic sans pilote) telle que B4UFly de la FAA ou Contrôle aérien est impératif. Il est également fortement recommandé de vérifier les ISF de dernière minute directement sur le site TFR de la FAA.

La violation des restrictions de vol temporaires peut entraîner une arrestation, une lourde amende de plusieurs dizaines de milliers de dollars ou une peine de prison.

Un avis TFR apparaîtra et la zone désignée, ainsi que ses heures de début et de fin, seront clairement définies. Si vous êtes surpris en train d’opérer dans une zone où un TFR actif est en place, une arrestation, une lourde amende de plusieurs dizaines de milliers de dollars et une peine de prison sont autant de conséquences possibles. Dans ce cas, un panneau « Zone interdite aux drones » remplit son rôle.

La question est la suivante : comment savoir si un panneau « Zone interdite aux drones » a été mis en place par une agence gouvernementale ou par une entité privée agissant dans son propre intérêt ?

Comment savoir si un panneau « Zone interdite aux drones » est légitime ?

Selon Sean Hickey, les gouvernements locaux utilisent beaucoup les panneaux « No Drone Zone », même s’ils ne sont pas distribués par un régulateur officiel au Royaume-Uni – dans ce cas, le Autorité de l’aviation civile (CAA). Si vous voulez savoir si un panneau est légitime, regardez si une loi ou un règlement est cité sur le panneau. Si ce n’est pas le cas, c’est essentiellement le propriétaire foncier, une entreprise ou un organisateur d’événements qui déclare qu’il ne veut pas de drones dans la zone.

Si une loi ou un règlement est cité sur un panneau, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’un avertissement légitime. Photo : Ryan Lackey

Dans le cas de Kitch-iti-kipi, aux États-Unis, il est interdit de lancer et d’atterrir un drone sur le radeau (ou la plate-forme) que les visiteurs utilisent pour traverser la source naturelle du parc national Palms Book. Sinon, voler dans et autour de la zone, à 400 pieds AGL ou en dessous (au-dessus du niveau du sol), est parfaitement légal tant que le pilote du drone suit toutes les réglementations de la FAA pour les vols UAS.

Vous pouvez voir un panneau « Zone interdite aux drones » sans aucune loi ou réglementation spécifique imprimée dessus et supposer que vous pouvez toujours décoller en dehors de la zone et opérer au-dessus de son espace aérien. Même si le panneau n’est pas officiel, cela ne signifie pas que vous êtes de toute façon autorisé à décoller. Le panneau pourrait se trouver dans une zone avec un TFR actif.

Cette année, le festival de musique Lollapalooza au centre-ville de Chicago a réussi à obtenir un TFR pour les trois jours du festival, contrairement aux années précédentes. En cas de panneaux non officiels « Zone interdite aux drones » qui traînent dans la zone, il serait insensé de supposer qu’ils ne sont pas autorisés et de ne pas vérifier votre application UTM au préalable.

Aucun panneau Drone Zone ailleurs

Nous avons couvert les règles « No Drone Zone » aux États-Unis et au Royaume-Uni. Depuis DPReviews Le public étant mondial, j’étais curieux de savoir comment ces panneaux étaient mis en œuvre et reçus dans d’autres pays. En Australie, les règles relatives aux drones sont similaires à celles de la plupart des pays occidentaux, mais les citoyens ont une attitude plus détendue et plus autonome.

Il s’agit d’un panneau « Pas de drones » affiché à l’extérieur du festival de musique Lollapalooza à Chicago. À l’époque, ce panneau était affiché parce que les organisateurs d’événements ne voulaient pas de drones à proximité. Récemment, ils ont pu obtenir un TFR, rendant illégal tout vol de drone. Photo: Antoine Tissier

« En plus des restrictions de l’espace aérien contrôlé (aéroports et zones des forces de défense), des restrictions sur le vol de drones s’appliquent aux parcs de conservation, aux installations liées à la sécurité, aux ports et à d’autres infrastructures. Quelques conseils locaux dans les hauts lieux touristiques sont également stricts – exigeant que les propriétaires de drones demandent l’autorisation de voler et facturent des frais », explique Fiona Lake.

« Des membres du public qui attachent au hasard un panneau ‘pas de drones’ à leur porte – les panneaux n’ont aucun sens – les gens peuvent toujours faire voler un drone au-dessus de leurs terres (tant qu’ils respectent les autres Règles CASA). Cependant, les panneaux « Pas de zone de drone » ne sont pas aussi courants. Je n’ai jamais vu un propriétaire foncier privé signer « pas de drones ». Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas du tout, mais la rareté des panneaux privés serait due au fait que la population est 15 fois inférieure à celle des États-Unis, mais sur un territoire de même taille. Il existe également des différences culturelles.

Les Australiens ont tendance à s’autoréguler – ils suivent les règles lorsque les raisons sont claires/comprises, et les ignorent s’il n’y a pas de bonne raison pour elles. En tant que culture, nous avons tendance à nous demander « pourquoi », puis à évaluer la situation. Si une personne au hasard apposait un panneau « interdit aux drones » sans raison apparente (règles aériennes, sécurité publique, protection des biens ou de la faune), de nombreux Australiens seraient enclins à l’ignorer (bien qu’avec précaution). »

Au sud, cependant, la Nouvelle-Zélande n’a pas besoin de panneaux privés « zone interdite aux drones », car ses règles inhabituelles stipulent que les propriétaires de drones doivent obtenir la permission de tous les propriétaires fonciers privés avant de survoler leur propriété. Ensuite, il y a des pays et des territoires qui n’ont pas encore mis en place beaucoup de réglementations sur les drones.

Un panneau « No Drone Zone », repéré en Australie. S’il n’y a aucune base légale, la plupart des Australiens ignoreront un panneau comme celui-ci. Photo de : Fiona Lake

Dans un pays plus petit et moins peuplé comme la Guyane, vous ne verrez aucun panneau « Zone interdite aux drones » simplement parce que vous n’avez même pas besoin d’obtenir un permis pour votre drone s’il pèse moins de 15 livres et n’est pas utilisé. utilisé à des fins commerciales. « Heureusement, peu de lois nous restreignent, car les drones sont relativement nouveaux ici. Il y a des révisions constantes des règles et des directives qui peuvent susciter des inquiétudes dans la communauté des opérateurs, pilote à distance natif et entrepreneur. André Smith explique.

Cependant, essayez de contester les panneaux « Pas de zone de drone » dans les stations balnéaires haut de gamme, et le résultat pourrait être mauvais, même si vous avez raison. « Les complexes hôteliers de Bora-Bora, tels que St. Regis et le Four Seasons, affichent des panneaux « Pas de drone » à votre entrée et exigent que les clients signent des documents juridiques reconnaissant l’interdiction des drones. Le non-respect de ces règles peut entraîner l’expulsion des locaux de l’hôtel sans aucun remboursement », explique le photographe. Larissa Rolley.

Quoi qu’il en soit, si vous opérez dans un autre pays ou territoire, vous devez vous assurer que vous disposez de la certification appropriée et que vous comprenez les coutumes et les règles pour votre propre sécurité.

Juste parce que vous le pouvez, n’est-ce pas ?

C’est une question que m’a posée un photographe bien intentionné lorsqu’une dispute publique a éclaté à propos de ma photo de Kitch-iti-kipi. Aux États-Unis, et dans de nombreux autres pays, décoller dans les parcs nationaux ou zones de conservation est strictement interdit – et pour cause. Plusieurs personnes ont eu des ennuis pour piloter un drone au-dessus du célèbre Grand Prismatic Spring dans le parc national de Yellowstone.

LiveNation n’a pas le pouvoir d’utiliser le logo de la FAA sur sa signalisation « No Drone Zone ». Photo : Antoine Tissier

Cette pratique est non seulement illégale, mais aussi dangereuse. Si un drone tombe en panne ou entre en collision avec un oiseau, par exemple, et tombe dedans, cela pourrait causer des dommages importants à l’écosystème du geyser. Une température de 70 °C (160 °Fahrenheit) fera fondre le drone et ses restes seront difficiles à localiser dans une piscine de 150 pieds de profondeur. Dans les zones plus sèches, la batterie lithium-ion d’un drone écrasé pourrait déclencher un incendie de forêt.

Comme mentionné précédemment, la température de Kitch-iti-kipi ne descendra pas en dessous de 7 °C (45 °Fahrenheit) et sa profondeur est de 40 pieds. Hypothétiquement, si un drone tombe, il est possible de le récupérer sans endommager le ressort. Le panneau « Zone interdite aux drones » dans ce parc d’État signifie simplement que les rangers ne veulent pas risquer que des gens fassent voler des drones au-dessus du lac, même si cela est légalement inapplicable.

La légalité mise à part, il est toujours sage de se demander si un vol de drone est approprié compte tenu de votre environnement.

Néanmoins, il est utile de faire preuve de bon sens et de savoir intuitivement quand un drone peut provoquer une perturbation. Quelques jours auparavant, des amis photographiaient des harfangs des neiges dans une région abritant l’une des plus fortes concentrations de cette espèce au pays. Même s’il n’y avait pas de panneau « Zone interdite aux drones » et que nous n’étions pas dans un parc national ou un espace aérien protégé, j’ai quand même eu assez de bon sens pour garder mon drone au sol. Mes amis auraient été furieux aussi. La légalité mise à part, il est toujours sage de se demander si un vol de drone est approprié compte tenu de votre environnement.

« Nous avons de nombreuses zones spéciales de conservation en Irlande et également autour des sites du patrimoine, mais elles ne peuvent pas être légalement appliquées à moins d’être référencées par les autorités de l’aviation », explique Fergal McCarthy. ‘L’AAI a un lien vers le site Web Heritage Ireland qui contient une liste de sites interdits, mais rien ne tiendra devant les tribunaux à moins que des dommages n’aient été causés, ce qui s’est déjà produit. Parce que quelqu’un a intégré un drone dans un vieux château et qu’une nacelle a été amenée sur place pour le retirer, causant ainsi des dégâts, tous les drones sont désormais interdits dans cette zone particulière.

Que faire lorsque vous voyez un panneau « Zone interdite aux drones »

« Pour être honnête, il est rare que vous voyiez en public de nombreux panneaux qui n’ont aucun fondement légal. Ainsi, lorsqu’une personne peu familiarisée avec les lois sur les drones voit un panneau « Zone interdite aux drones », il est facile pour elle de supposer qu’il y a une raison à sa présence », explique Sean Hickey. « Si j’allais pique-niquer quelque part et qu’il y avait un panneau disant « Pas de pique-nique », j’irais probablement ailleurs. »

C’est un panneau repéré à Chicago. L’espace aérien de classe G est légal pour voler selon les normes de la FAA, ce qui rend ce panneau particulier sans fondement. Photo : Antoine Tissier

C’est pourquoi il est important de s’engager dans un discours civil. Panneau « Pas de zone de drone » ou non, il est essentiel de tout savoir sur la zone dans laquelle vous évoluez. Quoi qu’il en soit, un pilote de drone doit toujours utiliser une application UTM pour vérifier l’espace aérien à l’avance. Cela garantit que vous ne volez pas pendant un TFR ou dans un parc national. Il est également important de suivre des règles de base de bon sens, notamment de ne pas survoler des foules de personnes ou des véhicules en mouvement.

Il est également important de vous comporter de manière honnête et d’être un bon citoyen drone. Beaucoup de gens comprennent mal la technologie des drones et les règles. S’expliquer calmement est parfois nécessaire et éduquer les autres rend service à la communauté des drones dans son ensemble.

Il est important de vous comporter de manière honnête et d’être un bon citoyen drone.

Enfin, d’un autre côté, en cas de doute sur la légalité d’une image publiée en ligne, il n’y a jamais de mal à interroger le créateur avant de s’en prendre à lui ou de faire des affirmations non fondées sur un forum public. Dans la vraie vie, demandez calmement plutôt que d’accuser quelqu’un d’opérer illégalement devant un panneau « Zone interdite aux drones ». Un peu de courtoisie fait beaucoup de bien.

Espérons que toutes ces informations dissipent l’idée fausse du panneau « Zone interdite aux drones » pour les deux parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *