Photos du produit : Richard Butler

Le Leica M11 Monochrom est le dernier appareil photo télémétrique numérique plein format de la société, construit autour d’une version du capteur CMOS BSI 61MP du M11 qui n’a pas de réseau de filtres de couleur pour interpréter la couleur.

Principales caractéristiques

  • Capteur CMOS BSI 60MP avec conception à double gain
  • Mesure de la lumière multichamp (matrice)
  • ISO 125 – 200 000
  • Trois options de résolution Raw ou JPEG (60MP, 36MP, 18MP)
  • Carte SD accessible depuis le compartiment de la batterie (pas de plaque de base amovible)
  • 256 Go de mémoire interne
  • Expositions jusqu’à 1 heure, obturateur électronique jusqu’à 1/16 000 s
  • Stabilisation de la vue en direct (correction du bougé numérique de l’image d’aperçu)
  • Compatible avec l’accessoire d’inclinaison Visoflex II 3,68 millions de points EVF

Le M11 Monochrom sera disponible à partir d’aujourd’hui au prix de 9195$.



Quoi de neuf

Dans une large mesure, le M11 Monochrom est le même appareil photo que le M11 standard, à l’exception de l’absence d’un réseau de filtres de couleur. Cette différence, cependant, lui donne un ISO de base supérieur d’un cran à celui de la version couleur (sans filtres absorbant la lumière, le capteur n’a pas besoin d’autant d’exposition pour saturer).

Comme avec les modèles Monochrom précédents, cela signifie que les performances doivent être 1EV plus propres que la couleur M11 à chaque ISO (avec la mise en garde que le M11 M ne peut pas descendre à ISO 64), et sans effet de maculage du dématriçage, car il n’y a pas mosaïque de filtres colorés à traiter.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la logique d’une caméra tout mono

Nous avons déjà discuté des mérites de la fabrication d’une caméra mono (voir le lien ci-dessus), et tout cela reste vrai. Et, au-delà de toutes les différences techniques, une caméra mono agit comme une invitation à voir le monde différemment : à rechercher la lumière et l’ombre, le détail et la texture, plutôt que la couleur accrocheuse.

La mémoire interne est passée de 64 Go à 256 Go dans la version mono, ce qui signifie que vous aurez encore moins besoin d’une carte mémoire. Ne vous trompez pas en pensant que les fichiers d’un M Mono seront plus petits que les M standard : les JPEG sont toujours des fichiers sRGB avec des valeurs rouges, vertes et bleues (bien que les valeurs rouges, vertes et bleues correspondent aux tons) et les DNG Raws sont aussi mono que les fichiers Raw de la plupart des appareils photo, ils n’ont tout simplement pas besoin d’inclure une balise pour indiquer comment les dématricer.

Retour à l’index


Comment ça se compare

Vous payez tout cet argent pour un Leica et il n’a même pas le « point » rouge sur le devant.

À quoi pouvez-vous même comparer le M11 Monochrom ? Bien qu’il existe d’autres appareils photo mono, dont le Pentax K3 III Monochrome qui lui a volé la vedette en lançant hier, il n’y en a pas beaucoup qui déduisent également l’autofocus, à ce prix ou à tout autre prix. Comme si un télémètre n’était pas une proposition assez distinctive, avec son caractère anachronique – bien que tout à fait convaincante – méthode de mise au point, l’héritage du M11 M le lance comme un appareil photo de luxe, né dans un système d’objectifs de luxe.

À un prix un peu plus abordable, le télémètre APS-C à monture M du nouveau venu français Pixii, que nous aimerions tester, si nous en avons l’occasion. La société vend également un appareil photo “ mono ”, mais en pratique, il s’agit d’un appareil photo à capteur Bayer qui peut corriger les caractéristiques d’absorption de ses filtres de couleur et produire des Raw mono, donc ce n’est pas tout à fait la même chose que ce que Leica fait avec son Modèles monochromes. Encore moins cher sera le reflex numérique monochrome APS-C de Pentax, qui partage un viseur optique et un écran fixe avec son cousin haut de gamme. Mais, en fin de compte, un appareil photo à capteur plus petit sans le mot Leica dessus remplace-t-il le M11 Mono ?

Leica est sans doute le seul parmi les fabricants d’appareils photo à commercialiser avec succès les produits Veblen : des produits dont le prix élevé contribue activement à leur attrait. Ce qui ne veut pas dire que leur qualité et leurs performances n’ont aucune importance, mais elles ne sont pas essentielles à leur désirabilité.

Cela dit, le capteur 60MP utilisé dans les M11 et M11 Mono est un excellent interprète, une conception à double gain de conversion qui présente une excellente plage dynamique. L’utilisation d’un capteur BSI avec sa région sensible à la lumière directement à la surface signifie que les pixels dans les coins reçoivent mieux la lumière à des angles d’incidence peu profonds provenant d’objectifs qui se montent près de la surface du capteur.

Leica dit qu’il a fait de son mieux pour optimiser cela en utilisant une couche de filtre UV/IR inhabituellement mince, pour réduire le risque que ces rayons lumineux soient réfléchis avant qu’ils n’atteignent le silicium. Le M11 continue également l’utilisation de microlentilles décalées, centrées sur les pixels au milieu mais assises de plus en plus à l’intérieur de l’axe des pixels lorsque vous regardez vers les bords du capteur.

Ce niveau d’attention aux détails vise à obtenir les meilleures performances possibles des objectifs souvent extrêmement coûteux de l’entreprise. Et, d’après ce que nous avons vu, cette dernière génération de caméras dispose de capteurs véritablement compétitifs, par rapport au marché plus large.

Dans une certaine mesure, le M11 Mono se vendrait simplement parce que c’est un bel objet cher qui dit Leica dessus, mais Leica est une entreprise pour qui l’héritage photographique est plus qu’un simple argument marketing : tout porte à croire qu’ils veulent faire d’excellents appareils photo, même s’ils ont reconnu qu’ils ne seraient plus l’appareil photo de choix des photojournalistes.

Retour à l’index


Carrosserie et maniabilité

Le M11 Mono prend son approche minimaliste très au sérieux.

Le M11 Monochrom ressemble beaucoup au M11 et, d’ailleurs, à la plupart des appareils photo M de Leica depuis 1954. Il a la même plaque supérieure en aluminium noir que les M11 noirs (ce qui signifie qu’il est plus léger que la version argentée en laiton). Il n’y a pas de point rouge sur le devant, et dans un engagement total envers le « bit », la vitesse d’obturation et le cadran ISO ont une surbrillance grise, plutôt que rouge.

Les appareils photo M11 ont un corps agréablement minimaliste, aminci pour mieux correspondre aux dimensions du M6. Il n’y a pas de plaque de base à retirer lorsque vous souhaitez accéder à la batterie ou à la carte SD (si vous choisissez d’utiliser cette dernière). Au lieu de cela, vous tirez un levier pour libérer partiellement la batterie, puis appuyez légèrement vers le haut pour libérer un deuxième loquet, à quel point la batterie sort complètement. À l’intérieur de la chambre se trouve un emplacement SD clairement indiqué.

L’indicateur “On”, la molette de vitesse d’obturation et la molette ISO du M11 Monochrom sont “surlignés” en gris.

L’écran à l’arrière du M11 Mono est le même LCD arrière de 2,33 millions de points (1080 x 720 pixels) que son cousin couleur, mais se trouve derrière une couche de verre saphir plus dure, plutôt que le verre Gorilla utilisé dans le M11 standard.

Les trois boutons personnalisables de l’appareil photo restent les mêmes : un bouton Fn sur la gauche de l’écran LCD, un bouton sur la plaque avant de l’appareil photo et une molette de commande arrière pressable. Maintenez l’un de ces boutons enfoncé et vous pouvez reconfigurer leur fonction, ce qui réduit considérablement le besoin de se plonger dans les menus.

Le M11 Mono possède le même système de visualisation en direct avancé que le M11, qui vous permet d’agrandir la scène pour sauvegarder la mise au point du télémètre avec une approche plus flexible et plus précise (bien que moins immédiate). Il bénéficie également de la vue en direct stabilisée numériquement qui facilite la mise au point fine, même dans des circonstances où le tremblement de la main pourrait autrement rendre cela difficile.

Comme le M11, le Mono dispose également d’un port USB exposé (mais classé IP67). Il s’agit d’un port USB 3.2 Gen 2 (10 Gbit/s) qui peut être utilisé pour charger la caméra. Mais son importance est accrue en raison des 256 Go de stockage interne de l’appareil photo, car il devient le moyen le plus rapide de transférer des images depuis l’appareil photo. En plus de pouvoir se connecter à un ordinateur, le port peut être utilisé pour se connecter directement à des iPhones ou des iPads à l’aide du câble USB vers Lightning fourni. Vous utilisez l’application LeicaFotos pour sélectionner et transférer des images via Bluetooth, Wi-Fi ou câble, pour la connexion la plus rapide et la plus fiable.

Le M11 Monochrom utilise la même batterie BP-SCL7 que le M11. C’est une batterie de 13,32 Wh, qui devrait donner quelque chose comme les ~ 700 coups par charge que Leica cite pour le M11.

Retour à l’index


Premières impressions

Par Brendan Nystedt

En surface, Leica fait ce qu’il a fait depuis plus d’une décennie. L’équipe de Wetzlar, déjà forte du succès du M11 régulier, a créé une version avec un capteur monochrome uniquement. Gros ouf, non ?

Eh bien, pour moi, peu d’autres appareils photo peuvent rivaliser avec la connexion entre le photographe et l’appareil photo qu’un Leica vous offre. Il n’y a pas d’attente pour que l’autofocus détermine ce que vous voulez, pas de contrôle filaire sur l’objectif, et seulement un viseur optique lié mécaniquement devant votre œil au lieu d’un tout petit OLED. Le mouvement silencieux de l’obturateur rend les autres systèmes plein format apparemment grossiers – il s’agit d’un appareil photo poli et discret.

Bien sûr, le M11 Monochrom a une vue en direct, avec des aides à la mise au point modernes qui sont sans doute supérieures, mais l’expérience du viseur est une grande partie de ce que vous payez. Après tout, vous pouvez adapter les objectifs Leica à n’importe quel boîtier sans miroir pour beaucoup moins d’argent. À mon avis, si vous payez pour un Leica, vous seriez idiot de ne pas utiliser le télémètre comme prévu (c’est-à-dire lorsque vous n’êtes pas en train de vous concentrer sur des rues ensoleillées). L’immédiateté de composer votre prise de vue de cette façon fait partie du charme tactile. Les télémètres ne sont pas pour tout le monde, mais encore une fois, il s’agit d’un appareil photo noir et blanc à 9195 $ uniquement – si vous en avez un, vous n’êtes pas tout le monde.

Curieusement, aussi tangible que soit l’expérience M11 Monochrom, la technologie des points d’accès de cet appareil photo est de premier ordre. Le menu rapide, avec sa douzaine de boutons tactiles simples et ses chiffres lisibles, est aussi rapide que promis. Tout à l’écran est navigable avec le toucher ou les commandes physiques, donc la façon dont vous interagissez avec lui dépend de vous. Ce n’est que dans les rares moments où je devais plonger dans les menus ou regarder l’écran arrière que j’ai même pensé aux fonctionnalités modernes de cet appareil photo numérique. Si vous le souhaitez, vous pouvez le configurer comme vous le souhaitez et ne plus jamais regarder l’écran LCD arrière.

Hors caméra JPEG. Leica M Summicron 28 mm F2 | ISO 800 | 1/80 s

Photo : Brendan Nystedt

Une chose que je n’aimais pas, c’est l’absence d’accents colorés sur le corps. C’est une touche mignonne qui différencie ce modèle d’un M11 plébéien (ha !), mais qui peut avoir un impact sur la convivialité. Tout ce qui était rouge pour une bonne raison sur le M11 normal (comme le point près de la bascule d’alimentation) est maintenant un ton gris. Il s’avère que, surtout dans des conditions de faible luminosité, une étiquette grise sur un appareil photo noir est presque impossible à distinguer d’une étiquette blanche – ce n’est pas la meilleure idée.

De tous les appareils photo numériques de style rétro, le M11 Monochrom est celui qui se rapproche le plus de la véritable expérience cinématographique monochrome, à la fois dans la prise de vue et dans ses photos. Les images de ce capteur spécial sont tout simplement fascinantes à voir. Sans même tenir compte de la latitude supplémentaire que les fichiers monochromes peuvent offrir lors de l’édition, la gradation naturelle fluide et la rétention des détails fins sont incroyables. Même des ciels sombres avec quelques nuages ​​subtils ont pris vie, semblant profonds et réalistes. La capacité d’esquiver le bruit de chrominance était un vrai point fort pour moi, car je suis généralement précieux pour plafonner l’ISO max.

Est-ce incroyablement cher? Bien sûr. Mais comme la Ferrari dans “Ferris Bueller’s Day Off”, c’est tellement le choix. Si vous pouvez apprendre à chérir le style de prise de vue délibéré et direct, le Leica M11 Monochrom est un plaisir à utiliser. J’ai hâte de l’essayer à nouveau un jour, j’espère le plus tôt possible.

Retour à l’index


Galerie d’échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans un bulletin d’information/magazine sans autorisation préalable (voir notre page de droit d’auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu’ils les téléchargent sur leurs propres machines à des fins d’examen personnel ou d’impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Nous récupérons des offres pour votre emplacement, veuillez rafraîchir la page pour voir les prix.