Examen initial du Fujifilm X100VI

Le Fujifilm X100VI est un appareil photo à objectif fixe pour photographes qui combine un capteur APS-C stabilisé de 40 MP avec un objectif F2 équivalent à 35 mm.

Principales caractéristiques:

  • Capteur X-Trans BSI CMOS APS-C 40MP
  • Objectif F2 équivalent 35 mm
  • IS intégré au corps évalué jusqu'à 6EV de correction
  • Viseur hybride optique/électronique (panneau OLED de 3,69 millions de points)
  • AF de reconnaissance de sujets entraînés par apprentissage automatique
  • 14 simulations de films
  • Capture vidéo 6,2K et enregistrement 10 bits
  • Filtre ND intégré
  • Écran tactile arrière inclinable vers le haut/bas

Le X100VI sera disponible au PDSF de 1 599 $, soit une augmentation de 200 $ par rapport aux modèles précédents. Il sera disponible à partir de début mars 2024.


Acheter maintenant:



Quoi de neuf?

Le plus gros changement apporté au X100VI est l’ajout d’une stabilisation d’image intégrée au corps.

Fait intéressant, Fujifilm indique que les performances du SI passent de 6,0 EV de correction à 5,5 EV de correction si vous utilisez le viseur en mode optique. Aucune raison ne nous a été donnée pour cela, nous ne pouvons donc que spéculer que le chiffre de 6,0 EV est obtenu avec un certain degré d'analyse des images pour détecter les tremblements qui, pour une raison quelconque, ne se produisent pas lorsque le flux d'affichage en direct n'est pas utilisé. Nous corrigerons cela si Fujifilm fournit des explications supplémentaires.

Très peu de choses semblent avoir changé à l'arrière du X100VI, à l'exception de la disparition de la phrase « Made in Japan ». Traditionnellement, nous ne prenons pas position sur de telles questions, mais nous estimons qu'il est utile de les mentionner lorsqu'elles surviennent en conjonction avec une hausse des prix.

Le X100VI voit également le passage au capteur CMOS BSI 40MP utilisé dans les X-H2 et X-T5. C'est un capteur qui offre des niveaux élevés de capture de détails, et d'après ce que nous avons filmé jusqu'à présent, nous n'avons pas beaucoup d'inquiétude quant à la capacité de l'objectif à tirer le meilleur parti de cette augmentation de résolution.

Le VI intègre également le processeur X Processor V de Fujifilm, qui intègre les algorithmes de reconnaissance de sujets formés à l'apprentissage automatique. Cela signifie que le X100VI dispose de modes pour reconnaître les animaux, les oiseaux, les automobiles, les motos et les vélos, les avions ou les trains. Comme avec d'autres appareils photo Fujifilm récents, la détection du visage et des yeux humains est un mode distinct, vous devrez donc configurer deux boutons ou positions sur le menu Q si vous envisagez de basculer entre la photographie de personnes et un type de sujet différent.

Simulation de films

Le X100VI bénéficie de la simulation de film Reala ACE vue pour la première fois dans le GFX 100 II. À côté de cela, s'ajoutent les simulations Nostalgic Neg et Eterna Bleach Bypass, portant le nombre total à 14 pellicules simulées ou 20 si vous incluez les variations filtrées en fausses couleurs des modes mono.

Il y a beaucoup de choix, même pour les expérimenter après coup, en utilisant la conversion Raw intégrée à l'appareil photo. Pour la plupart, les options disponibles représentent des réponses cinématographiques que vous pourriez réellement choisir d'utiliser, mais la distinction entre certains modes devient assez subtile et il existe un équilibre entre l'offre d'options utiles et l'encombrement des fonctionnalités.

Caméra vers le cloud

Le X100VI devient la première caméra de Fuijfilm à prendre en charge le système caméra vers cloud (c-2-c) grâce à son Wi-Fi intégré. Cela vient en plus des options habituelles Wi-Fi vers smartphone. Il vous permet de coupler la caméra à un réseau Wi-Fi, puis de lui permettre de télécharger des images et des vidéos directement sur la plate-forme de collaboration basée sur le cloud Frame.io d'Adobe. Même sur le modèle de préproduction que nous avons, nous avons trouvé qu'il était facile à configurer et offrait la possibilité de télécharger automatiquement les fichiers au fur et à mesure de leur création ou de vous permettre de sélectionner manuellement ceux que vous souhaitez télécharger. Vous pouvez également sélectionner des types de fichiers spécifiques, afin qu'il télécharge uniquement des vidéos ou des JPEG, ou simplement des Raws ou des HEIF, selon vos préférences.

Vidéo

La série X100 a toujours proposé de la vidéo dans une certaine mesure, mais nous n'avons pas entendu parler de beaucoup de personnes utilisant cette fonctionnalité. Le X100VI offre essentiellement les mêmes options que le X-T5 (lui-même n'est pas le modèle le plus axé sur la vidéo de l'entreprise), vous bénéficiez donc d'un enregistrement 10 bits, d'une capture 6,2K à partir d'une région recadrée 1,23x (équivalent 43 mm) ou d'un format 4K « HQ ». dérivé de ces images. Celui-ci présente un volet roulant appréciable. Alternativement, il existe du 4K sous-échantillonné jusqu'à 30p à partir du capteur plein ou jusqu'à 60p avec un recadrage 1,14x.

Comme le récent GFX 100 II, le X100VI dispose désormais d'un suivi AF en mode vidéo, et cela ne se limite pas aux sujets pour lesquels il a été formé.

Le X100VI dispose d'une entrée micro et peut utiliser sa prise USB-C pour la surveillance audio, mais contrairement au X-T5, aucun adaptateur USB vers 3,5 mm n'est fourni.

Il est intéressant de noter que de nombreux paramètres du mode vidéo ne sont désormais accessibles que lorsque l'appareil photo est en mode Lecteur vidéo. De cette façon, il n'y a qu'une seule page de fonctions vidéo de base dans le menu lorsque vous prenez des photos.


Autres changements :

En plus des mises à jour de certaines des principales spécifications de l'appareil photo, le X100VI hérite également de nombreuses améliorations et mises à jour plus petites développées par Fujifilm au cours des quatre années écoulées depuis la sortie du dernier modèle. Ceux-ci inclus:

  • Capture HEIF
  • Effet lissant de la peau
  • Modes priorité blanc et priorité ambiance Auto WB
  • Zones de zone AF personnalisées
  • Option permettant de limiter les types de zones AF disponibles pour la prise de vue AF-S ou AF-C
  • Rafales de pré-prise de vue (E-shutter + Cont H)
  • Allumer/éteindre la lampe du retardateur
  • Prise de vue à intervalles avec minuterie externe
  • Mode priorité à l'intervalle (donne la priorité à l'intervalle choisi, quel que soit le temps d'exposition)

Corps et commandes

Le X100VI est 2 mm plus profond que le X100V existant et 43 g de plus. En pratique, aucun de ces changements n’est particulièrement visible. L'appareil photo ne semble toujours pas trop lourd.

Les dimensions du corps sont suffisamment similaires pour qu'il puisse toujours tenir dans l'étui en cuir pour appareil photo LC-X100V existant. Il est également toujours compatible avec les objectifs convertisseurs télé et grand angle existants. Il utilise le même objectif que le modèle précédent, vous pouvez donc protéger l'appareil photo contre les intempéries si vous ajoutez l'adaptateur de bague de filtre et un filtre quelconque.

L'écran arrière du X100VI est un raffinement de l'écran tactile inclinable du modèle précédent. Il s'incline désormais un peu plus vers le bas (45° au lieu de 30°) et s'éloigne un peu du corps et du viseur lorsqu'il est incliné vers le haut pour une prise de vue au niveau de la taille. C'est un petit changement, mais bienvenu.

Contrôles

La disposition des commandes est identique au modèle précédent, avec des commandes dédiées pour l'ouverture, la vitesse d'obturation, la correction d'exposition et l'ISO (bien qu'une commande ISO délicate au point d'être principalement décorative). Comme pour les modèles précédents et de nombreux appareils photo argentiques historiques, le mode d'exposition est dicté par la position des molettes dédiées. Essentiellement, vous tournez la molette sur « A » si vous souhaitez que la caméra contrôle cette valeur :

Manuel Priorité d'ouverture Priorité à l'obturation Programme
Réglage de la bague d'ouverture Numéro F Numéro F UN UN
Réglage de la molette de vitesse d'obturation Vitesse d'obturation UN Vitesse d'obturation UN

La compensation d'exposition est disponible dans tous les modes, y compris Manuel, si vous avez sélectionné Auto ISO. Et comme la molette de vitesse d'obturation ne comporte que des pas d'arrêt complet, vous pouvez utiliser une molette de commande pour vous donner une précision d'un tiers d'arrêt, ± 2/3 EV à partir de la valeur sélectionnée sur la molette.

Cadrans de commande

De plus, il y a deux molettes de commande pressables à l'avant et à l'arrière de la caméra, auxquelles une série de fonctions peuvent être appliquées si les commandes dédiées ne sont pas utilisées.

C'est là que les choses se compliquent un peu : les molettes de correction d'exposition et ISO ont des positions « C » dédiées pour passer le contrôle aux molettes de commande. La molette de vitesse d'obturation n'a pas de position C, elle doit donc être tournée sur son réglage « T » (Temps). La bague d'ouverture n'a pas de position C mais sa position « A » (Auto) peut être reconfigurée pour agir en « C », via les menus. Cela n'est peut-être pas évident, étant donné que le cadran ISO a à la fois une position A et une position C, mais c'est là que le développement de la série X100 nous a amenés.

Nous avons du mal à imaginer que de nombreuses personnes attribuent trois réglages aux molettes de commande et aient donc besoin des molettes pressables pour rendre leur fonction commutable, mais pour la plupart des permutations que nous pouvons anticiper, nous pensons que vous pouvez les configurer uniquement pour les fonctions que vous souhaitez. contrôle, donc au moins vous n'appuierez pas accidentellement sur la molette et n'ajusterez rien d'inattendu.

Malheureusement, si vous définissez l'ISO sur « A », vous ne pouvez pas utiliser une molette de commande pour choisir entre les trois préréglages ISO automatiques que vous pouvez configurer. Pour cela, vous devrez sélectionner « C » et faire attention à ne pas faire défiler la molette de commande trop loin et à désactiver complètement l'ISO automatique.

Viseur hybride

Le X100VI possède le même viseur hybride optique/électronique que son prédécesseur immédiat. Celui-ci dispose de trois modes : entièrement électronique, entièrement optique et optique avec un affichage électronique intégré.

Comme pour tous les viseurs décalés par rapport à l'objectif et au capteur, il est affecté par la parallaxe : lors de la mise au point à l'infini, la différence de position entre l'objectif et le viseur n'a pas d'importance, mais devient de plus en plus importante à mesure que la distance de mise au point diminue. Non seulement le cadrage de la photo diverge à des distances de mise au point plus proches, mais la position des collimateurs AF se déplace efficacement vers le bas et vers la droite lorsque vous vous concentrez sur des sujets plus proches.

Le finder X100VI inclut les améliorations apportées au firmware 2.0 pour le X100V. Une option « Collimateur AF corrigé » (Paramètres AF/MF page 3) qui affiche un indicateur entre crochets dans l'OVF, indiquant où votre collimateur AF se déplacera si vous faites la mise au point près de l'appareil photo. Une autre option de menu, « Mémoire de position du cadre lumineux » (Configuration/Configuration de l'écran, page 1) vous permet de décider si vous souhaitez que la boîte AF revienne à l'infini après chaque prise de vue ou reste à la bonne position pour la dernière fois que vous avez fait la mise au point. Entre ces deux options, vous devriez pouvoir faire fonctionner l'OVF de la manière qui vous convient le mieux.

Batterie

Le X100VI utilise la même batterie NP-W126S que les modèles X100 précédents. Il s'agit d'une unité de 8,2 Wh à partir de laquelle l'appareil photo est conçu pour fournir 450 prises de vue par changement en utilisant le viseur optique ou 310 prises de vue si vous utilisez l'EVF. Les mises en garde habituelles entrent en jeu : dans de nombreux scénarios de tir, vous pouvez vous attendre à obtenir environ le double de ce chiffre.


Premières impressions

Richard Butler

Il est facile d'être un peu déçu par le X100VI au début. Il ressemble tellement à ses prédécesseurs qu'il est difficile d'apprécier les nouveautés. J'ai rarement besoin d'un grand nombre de pixels, alors appréciez le passage à 40MP sans être particulièrement ravi.

De même, l'ajout de l'AF par reconnaissance de sujet est un ajout assez agréable, mais comme l'arrivée de la vidéo 10 bits et la mise au point par pression en vidéo, cela ressemble beaucoup à une fonctionnalité qui a beaucoup plus de sens pour un appareil photo comme celui-ci. comme le X-H2S, au lieu d'un appareil photo doté d'un objectif fixe équivalent à 35 mm. Le sous-produit des développements de Fujifilm ailleurs dans sa gamme, plutôt que des choses que la série X100 réclamait.

Et, comme nous l'avons noté lors de la mise à jour de l'objectif avec le X100V, la mise au point du nouvel objectif n'est pas particulièrement rapide : sa conception déplace la majeure partie de l'objectif pour la mise au point, privilégiant la netteté plutôt que la vitesse. Ainsi, même si vous décidez d'observer les oiseaux avec un appareil photo équivalent à 35 mm, il ne suivra pas les sujets en mouvement rapide, même si les algorithmes AF sont plus sophistiqués.

Mais ensuite j’ai commencé à creuser un peu plus et j’ai commencé à faire des recherches sur le développement de la série. En tant que personne ayant acheté le modèle original et se souvenant du buzz au bureau lorsque Fujifilm nous l'a présenté pour la première fois, et ayant participé au moins dans une certaine mesure à l'examen de toutes les versions ultérieures, j'ai quand même été un peu pris au dépourvu par le nombre de changements apportés. l'entreprise a fait à chaque itération.

Nous avons donc ici l'ajout d'une fonctionnalité majeure : la stabilisation d'image intégrée au corps, mais aussi une foule de petits ajustements et raffinements. Il y a des ajustements physiques subtils comme l'écran qui s'incline plus vers le bas et s'éloigne davantage du viseur lorsqu'il est tourné vers le haut. Mais il existe également des mises à jour mineures, telles que l'ajout de la capture HEIF, la possibilité d'utiliser un intervalomètre externe et la possibilité de modifier lesquels des nombreux modes de zone AF de l'appareil photo sont disponibles lorsque vous les sélectionnez. Tous individuellement mineurs, et probablement chacun pertinent uniquement pour un sous-ensemble d'utilisateurs, mais cumulativement, ces petits ajustements se transforment en quelque chose.

Pour le meilleur et pour le pire, le X100VI fonctionne un peu comme un X100V : le modèle dans lequel nous avons finalement ressenti l'approche de fonctionnement de Fujifilm « utilisez-le comme vous préférez » risquait de submerger la simplicité originale de l'appareil photo. Mais il se comporte également comme un X100V amélioré et plus raffiné, qui lui-même se comportait comme un X100F amélioré et plus raffiné, et ainsi de suite. Au fond, il s'agit toujours de la dernière incarnation de l'appareil photo pour lequel plus d'auteurs de DPReview ont dépensé leur propre argent que tout autre.

À chaque version de la série X100, la question de savoir si les propriétaires du modèle actuel devraient effectuer une mise à niveau est généralement assez nuancée. Mais la réponse pour les nouveaux intronisés à la question « laquelle dois-je choisir ? » a toujours été « le dernier ».

Plus ça change…


Acheter maintenant:


Galerie d'échantillons

Veuillez ne reproduire aucune de ces images sur un site Web ou dans toute newsletter/magazine sans autorisation préalable (voir notre page de droits d'auteur). Nous mettons les originaux à la disposition des utilisateurs privés pour qu'ils puissent les télécharger sur leurs propres machines pour un examen personnel ou une impression (en conjonction avec cette revue) ; nous le faisons de bonne foi, alors n’en abusez pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *